vendredi 17 septembre 2021

Yan Pei-Ming : Tigres et vautours Avignon : Fondation Lambert/ Palais des Papes

Fondation Lambert  : Yan Pei-Ming : Tigres et vautours
 

Quel bonheur de pouvoir à nouveau renouer, après les années Covid, avec les grandes expositions du Palais de Papes et de la Fondation Lambert autour d'un artiste commun Yan Pei-Ming !  Après Marcello Barcello, Camille Claudel, Ernest Pignon-Ernest, je découvre pour la première fois les oeuvres de cet artiste français d’origine chinoise. Dans le cadre de la majestueuse chapelle du Palais des Papes et sur les murs blancs du bel Hôtel particulier du XVIII siècle, l'Hôtel Caumont, qui abrite la collection Lambert, ses oeuvres apparaissent  monumentales, puissantes, impressionnantes.  

 

Palais des Papes : photo du catalogue de l'exposition  : Yan Pei-Ming Tigres et vautours

Nulle reproduction ne peut rendre les émotions que communiquent ces immenses peintures toujours en relation avec l'Histoire, notre époque et notre société. Ainsi en est-il de ces tigres et vautours qui se disputent une carcasse sanguinolente et donnent son titre à l'exposition, métaphore évidente qui nous ramène à l'histoire de l'humanité, à l'éternelle lutte des puissants qui s'arrachent les dépouilles des plus faibles. La mort, la guerre et la violence du pouvoir, l’être humain, les puissants et les humbles , en particulier des migrants, (importance du portrait), l'exode, sont les thèmes récurrents de l'oeuvre de Yan Pei-Ming..

Yan Pei-Ming : La massive nuit

C'est que Yan Pei Ming n'est pas sans connaître ce qu'est l'exil. Né à Shangaï en 1960 dans une famille modeste, il trouve dans la peinture un mode d'expression qui supplée à ses difficultés de langage car il bégaie. Recalé à l'entrée de l'école d'Art et Design de Shangaï, il vient en France, en 1981, étudier à l’Ecole Nationale Supérieure de Dijon où il étudie cinq ans avant de s’inscrire à l'Institut des Hautes Etudes en Art plastique à Paris. Il est désormais installé à Dijon, travaille entre cette ville et Paris et est internationalement reconnu. 

Fondation Lambert : Yan Pei-Ming : autoportrait 
 

Fondation Lambert : Yan Pei-Ming : autoportrait 

Sa technique aussi est impressionnante : le noir y domine avec, parfois, l'utilisation de la  couleur rouge. Il peint en grands traits épais qui barrent la toile, avec une rapide dextérité. 

Vite ! sans repentis ! sans retouches !  

 

AUbe noire (1) (détail)

Aube noire (2) (détail)

Sauf pour le magnifique portrait de sa mère où il a tenu à rester longuement avec elle et où le trait se fait plus délicat, plus intime, plus apaisé.

Fondation Lambert  : Yan Pei Ming : Ma mère

La première impression que donnent certaines des toiles de l'artiste, c'est la noirceur sous laquelle se  dissimulent le danger, la violence et la mort tapis dans l'obscurité, la seconde est celle d'être pris dans un maelstrom, entraîné dans un mouvement impétueux, furieux, angoissant.On entend aussi le bruit, les cris assourdissants qui s'élèvent de ce tumulte. L'univers de Yan Pei-Ming n'est pas de tout repos !

Yan Pei-Ming (détail) Exode

Souvent nous plongeons dans les ténèbres de ces toiles sans rien pouvoir distinguer.

Fondation Lambert : Yan Pei -Ming : All crows under the sun are black !

Fondation Lambert Yan Pei-Ming Aube noire (1)
 

Fondation Lambert Yan Pei-Ming : Aube noire (2)

 Puis l'oeil s'habitue comme lorsque l'on passe de la lumière à l'obscurité. On distingue la scène plus nettement.  Si l'on approche de la toile pour la scruter attentivement, on aperçoit des détails. De la nuit de Aube noire (1) surgit un bateau trop lourdement chargé. Les migrants...

Yan Pei-Ming : Aube noire (1) détail

 puis dans le tableau suivant, Aube Noire (2) lorsque le matin amène une relative clarté, l'on distingue les corps des noyés qui flottent à la dérive.

Collection Lambert Yan Pei-ming : Aube noire (2)
 
Et sous les larges coups de brosses l'on distingue en transparence des formes évanescentes de barques, de voiliers... Autres bateaux perdus en mer coulant sous le poids des fugitifs ou fantômes des naufrages du passé ?

Aube Noire (2) détail

Le palais des Papes 

Exposition Yan Pei-Ming : palais des Papes d'Avignon
 

Pour finir j'aimerais vous montrer les oeuvres que Yan Pei-Ming a créées spécialement pour la grande chapelle du Palais des Papes et qui prennent dans ce cadre grandiose si chargé d'Histoire une résonance particulière.

Yan Pei-Ming : Autoportrait en trois personnes

Cet autoportrait en trois personnes, monumental, magnifiquement adapté au cadre, montre trois aspects du personnage. Au centre, Yan Pei-Ming, la tête baissée sur ses mains croisées, en position de méditation, est représenté en pape. Il s'agit d'une "blague" nous explique-t-on "autant qu'une réflexion sur les pouvoirs et leur caractère transitoire." Que Yan Pei-Ming convoque la figure du pape dans ce lieu ne paraît pas surprenant d'autant plus que l'on retrouve celui-ci tout au long de son oeuvre depuis son séjour comme membre de la Villa Médicis à Rome. A la manière du Titien ou de Vélasquez, le pape représente, en effet, une figure du pouvoir qui cohabite avec celles des exilés, des clandestins ou des prostituées, oeuvres que l'on retrouve à la fondation Lambert. 

Yan Pei-Ming : Le pape Paul III (  le Titien)

Yan Pei-Ming : Les clandestins

Yan Pei-Ming : Autoportrait en trois personnes (détail)

Yan Pei-Ming : Autoportrait en trois personnes: le double échiquier (détail)

Les pieds de Yan Pei-Ming reposent sur un double échiquier, international et oriental, rappelant la double origine de l'artiste.


Yan Pei-Ming : Autoportrait en trois personnes: le double échiquier (détail)

Yan Pei-Ming : le pape

Sur le mur d'en face, une splendide crucifixion semble répondre à cet autoportrait en trois personnes.

Enfin sur le mur sud, une série  de quatre panneaux : Exode, comme une gigantesque fresque, nous raconte une histoire qu'il faut lire de droite à gauche. D'une grotte dont l'ouverture est faiblement éclairée surgit une multitude de chauve-souris qui se répand dans l'espace, comme une nuée menaçante qui recouvre et obscurcit la terre. Puis de cette masse menaçante, se détache une bête aux dents acérés qui se rue sur nous, précisant le danger. C'est fou comme les oeuvres de Pei-Ming sont à la fois bruyantes et mouvementées, rapides et tumulteuses.

"La grotte est ici la métaphore de la pandémie du Covid 19. Yan Pei-Ming fait de la chauve-souris le sujet central de l'oeuvre, en qui nous voyons soit la cause de la pandémie, soit le vecteur involontaire d'un virus né d'un ordre du monde devenu insoutenable."

Yan Pei-Ming : Exode   


palais des Papes Yan Pei-Ming : exode 


Yan Pei-Ming : Exode (détail)
 
Yan Pei-Ming :Exode (détail)

Yan Pei-Ming :Exode (détail)
 

Yan Pei-Ming : Exode (détail)

  Pour moi, Aube Noire  à la collection Lambert et Exode au Palais des Papes font partie des oeuvres que je préfère et qui m'ont particulièrement touchée.. 

Mais je veux aussi vous montrer ce splendide paysage en noir et blanc que j'aime beaucoup découvert à la fondation Lambert, à mi-chemin entre peinture et photographie.

Yan Pei-Ming : International Landscape


Yan Pei-Ming : International Landscape (détail)

Yan Pei-Ming : International Landscape (détail)

Yan Pei-Ming : International Landscape (détail)

Catalogue de l'exposition Actes Sud

 

mardi 14 septembre 2021

David Lescot : J'ai trop d'amis

J'ai trop d'amis de David lescot

Parmi les pièces auxquelles j’ai assisté au mois de juillet 2021 au festival d’Avignon, il y en une que j’aurais vraiment aimé voir avec ma petite-fille parce qu’elle entrait en sixième cette année … (Oui, maintenant, c’est fait ! au mois de septembre ! ). Mais comme elle était déjà repartie vers d’autres lieux de vacances, j’ai vu J’ai trop d’amis de David Lescot seule et c’est dommage.
 

Oui, c’est bien dommage car il s’agit d’une pièce très réussie, à la fois hilarante et pleine de finesse, qui analyse avec justesse et précision les sentiments et les réactions d’un jeune élève à son entrée en sixième.
Et ce qui est intéressant dans cette pièce, c’est que les enfants se reconnaissent et adhèrent à l’histoire, et les adultes en font tout autant et cela à double titre : Qui ne se souvient, en effet, de sa propre entrée en sixième comme un rite initiatoire que l’on vit plus ou moins bien mais dont le souvenir attendri -parce que lointain- nous revient en mémoire ? De plus, en tant que parents et grands-parents (dans mon cas) comment ne pas se sentir concernés ?
Les situations sont saisies sur le vif  : L’appel interminable dans la cour du collège où tous les copains et copines de l’année dernière sont envoyés dans d’autres classes et où l’enfant se retrouve seul(e) dans une autre. C’est ce qui est arrivé à ma petite-fille mais heureusement, depuis, elle s’est déjà fait beaucoup d’amis comme le jeune garçon de la pièce !
La pièce est interprétée par des comédiennes dans le rôle des garçons aussi bien que des filles. Elles sont très crédibles, plus vraies que nature, et tellement amusantes et touchantes en jeunes ados paumés ou frimeurs, souvent fragiles et désarmants, selon le cas. Il faut accorder une mention spéciale au personnage de l’inénarrable et désopilante petite soeur qui, elle, entre en maternelle, paraît déjà tout savoir de la vie et n’a pas la langue dans sa poche !
Un spectacle plein d’humour et de fraîcheur qu’il est bon de voir en famille ! A ne pas rater s’il passe à côté de chez vous !

PS : Dès le premier cours de français, le professeur de ma petite-fille a donné à ses élèves, un extrait de  la pièce de théâtre J’ai peur. Or J’ai trop d’amis est la suite de J’ai peur qui explore les sentiments du jeune héros à la fin du CM2. Les deux pièces ont été données au théâtre de la Manufacture, à Avignon, l’une en juillet 2018, l’autre en 2021.

Critiques Presse
« Avec “J’ai trop d’amis”, le metteur en scène livre un spectacle pour petits et grands, drôle et terrible à la fois qui ravive les mémoires d’un élève de 6ème, et questionne subtilement sur la notion de popularité. Jubilatoire.
 Visible par les adultes comme par les enfants à partir de 8 ans, ce spectacle à l’intelligence subtile, drôle et terrible à la fois, ravive les mémoires comme il conjure le présent, faisant s’épouser et communier avec une infinie délicatesse l’hier et l’aujourd’hui, les parents et leurs collégiens dans ce temps si joliment retrouvé pour chacun. » Télérama / juillet 2020



"Avec un humour corrosif, trois comédiennes talentueuses et une boîte en bois modulable pour seule scénographie, David Lescot décrit avec acuité la vie des préados.". Le Point / Juillet 2020
 

Théâtre la Manufacture
Auteur : David Lescot
Interprètes / Intervenants

    •    Metteur en scène : David Lescot
    •    Interprète(s) : Charlotte Corman, Théodora Marcadé, Elise Marie, Caroline Menon Bertheu, Camille Roy, Marion Verstraeten

Compagnie Du Kaïros2-1039095
David Lescot est artiste associé au Théâtre de la Ville, à Paris et au Théâtre de Villefranche-sur-Saône. Ses textes sont édités chez Actes Sud Papiers, 
Coproduction Théâtre de la Ville – Paris, Compagnie du Kaïros. La Compagnie du Kaïros est soutenue par le Ministère de la Culture - DRAC Ile-de-France

 



vendredi 13 août 2021

Shakespeare : La nuit des rois/ Molière : Les femmes savantes/ Goldoni : Il Campiello

Voici quelques-unes des pièces que j'ai vues avec ma petite fille (11 ans) Apolline

La nuit des rois de Shakespeare

Orsino aime Olivia qui aime Viola, qui aime Orsino. Toute la force de cette comédie réside dans ce triangle amoureux. Mais beaucoup d’autres personnages surgissent dans cette nuit endiablée, faite de musique, de magie, et de rêves.
C’est au total plus d’une quinzaine de personnages interprétés par six comédiens, qui prennent vie sous vos yeux dans une adaptation audacieuse de ce classique intemporel… 

L'avis d'Apolline
J’ai adoré cette pièce car je l’ai trouvé qu’il y avait plein d’humour. Il y a des situations amusantes comme lorsque Malvolio arrive avec des jarretelles jaunes.  J’ai aimé l’histoire d’amour entre Olivia et Sébastien mais pas entre Viola et le duc Orsino parce que le comédien qui interprétait le rôle était bien dans les rôles comiques mais pas dans les romantiques.
 Les personnages sont attachants surtout Olivia et Festé, le fou car ils jouaient tous les deux très bien.
Les costumes étaient modernes mais cela ne m’a pas dérangée.
Il y avait six comédiens mais certains jouaient plusieurs rôles différents. Et on voyait qu’ils aimaient ce qu’ils jouaient. Les lumières étaient belles.
( Le seul petit problème qui n’a aucun rapport avec la pièce est que les sièges de la salle n’étaient pas confortables)
Mais sinon, tout était super !!!
   

L'avis de sa grand-mère

 Je le dis tout net, je n’ai pas aimé  La nuit des rois par la Compagnie Les Lendemains d’Hier  tant ils me paraissent appauvrir la pièce de Shakespeare en n'en présentant que le côté burlesque sans chercher à en rendre la poésie, à présenter le mystère de l'amour, le jeu sur le travesti et le changement de genre, le trouble lié aux tentations de l'homosexualité, bref ! tous les thèmes de la pièce ! D’autre part, résumer la pièce au lieu d’en donner une représentation complète est extrêmement réducteur et sacrifie la beauté du texte ! On ne résume pas Shakespeare, non ! Mais évidemment c’est l’avis de quelqu’un qui a déjà vu la pièce plusieurs fois, interprétée par de grands acteurs et des metteurs en scène qui avaient à la fois le talent et les moyens matériels et financiers de la monter. La nuit des Rois d’Ariane Mnouchkine à la cour d’Honneur pour ne citer que cette représentation mais bien d'autres encore.  
Cependant, je dirai que cette compagnie a le mérite d’initier le jeune public à cette pièce et ma petite-fille a beaucoup aimé. Tant mieux mais je souhaite pouvoir un jour lui montrer une représentation qui montrera toutes les facettes et les richesses de la pièce, tout en jouant sur l’aspect poétique et romantique des émois amoureux. Pour moi, je suis restée sur ma faim.

La nuit des rois Shakespeare à La Conditions des soies 

Compagnie Les Lendemains d’Hier 
Coréalisation L’Anthéadora
 
De William Shakespeare
Mise en scène Benoît Facerias
Avec Grégory Baud, Pierre Boulben, Nolwen Cosmao, Benoît Facerias, Céline Laugier, Arnaud Raboutet, Joséphine Thoby  

 


Les femmes savantes de Molière

Le bel équilibre de la famille de Chrysale et Philaminte vole en éclat sous l'influence d'un homme, Trissotin, poète prétentieux et pédant qui va se révéler n'être en fait qu'un coureur de dot, mu par l'intérêt. Philaminte, Bélise (sa belle soeur) et Armande(sa fille), nos trois savantes, avides de savoir et de reconnaissance, se laissent berner par cet intrigant. La famille se scinde en deux camps et dans cette guerre de pouvoir Philaminte pour couper court à tous pugilats veut marier sa fille Henriette à l'imposteur, alors qu'elle est éprise de Clitandre ancien prétendant de sa sœur Armande.L'intrigue est nouée ! La raison reviendra t-elle dans la maisonnée? La supercherie sera t-elle démasquée?
Une comédie de caractères avec amour, désespoir, exaltation et folie.

L'avis d'Apolline

J’ai adoré cette pièce avec les costumes du 17ème siècle, les chants italiens, la danse.. Ensuite, l’histoire n’est pas facile à comprendre mais avec cette troupe de théâtre, ils ont su faire en sorte que même un jeune public comprenne. Je tiens à souligner un personnage qui se singularise entre tous, c’était la servante de la maison des femmes savantes. Elle était drôle, et incarnait vraiment bien son rôle. J’ai bien aimé Henriette qui avait raison de vouloir se marier. Philaminte, la mère, était aussi bien joué mais  je ne l’aimais pas parce qu’elle voulait obliger sa fille à se marier avec Trisottin.
J’ai vu cette pièce à la cour du Barouf où les comédiens sont formés à la commedia d’ell’Arte..
 
BRAVO !!!!!

 

 

 Il campiello de Carlo Goldoni

IL CAMPIELLO de Carlo Goldoni fait partie des chefs d'oeuvre rédigés par le grand dramaturge Vénitien. L'action se déroule dans une petite place (il Campiello) qui représente le cœur battant de la ville de Venise où les histoires des riverains se croisent avec celles des visiteurs étrangers dans un tourbillon d'actions et d'événements hauts en couleurs. Danses, chants, pantomimes, et lazzis font la part belle à cette oeuvre majeure du Théâtre Populaire Européen. Pour tout public et pour le plus grand plaisir de tous les publics !!!

L'avis d'Apolline

J’ai beaucoup aimé cette pièce car les costumes étaient très bien, les maquillages réalistes et les personnages amusants. Le décor qui ressemblait vraiment à une petite place de Venise était magnifique!
Quelques comédiens/comédiennes qui jouaient dans ‘Les femmes savantes’ étaient aussi dans cette pièce car ce spectacle se jouait aussi dans la cour du Barouf. C’était un vrai moment de plaisir.
J’ai ri tout le long du spectacle et ma grand-mère (Claudia Lucia) aussi.
BRAVO À EUX !!!

L'avis de sa grand mère

Les comédiens de la cour du Barouf sont de jeunes élèves franco-italiens en troisième année de l'Académie des Arts du spectacle de Versailles. Ils sont jeunes, fougueux, pleins d'énergie et mêlent chants, musique et danses dans le style de la Commedia dell' Arte sous la houlette du metteur en scène Carlo Boso. Les deux spectacles Il Campiello et Les femmes savantes donnent lieu à d'agréables moments de théâtre, pleins de bonne humeur, et dans le respect du texte et de l'auteur. C'est là que je me suis aperçue que Les femmes savantes (en vers) ne sont pas un spectacle facile pour les enfants au niveau de la langue et du contexte historique.

 

 Logo d'Apolline


jeudi 12 août 2021

Challenge Jack London : cinquième et dernier bilan

 

 Et voilà le dernier bilan du challenge Jack London que j'avais laissé ouvert pour ceux qui avaient manquéde temps et pour les passionnés. C'est Ta loi du ciné blog de Dasola qui a été le plus assidu et a clôturé la dernière lecture. Merci à lui ! Et merci à toutes et tous d'avoir participé à ce challenge et d'avoir partagé avec moi vos découvertes sur ce grand écrivain américain.

Nous avons été nombreux à découvrir toutes les facettes de son oeuvre et son étendue, oeuvre que l'on croit bien souvent limitée à ses récits du Grand Nord. Nombreux aussi à avoir été frappés par ses contradictions, socialiste engagé qui prône la fraternité et la solidarité mais raciste, marqué par le colonialisme, égalitaire mais qui a le culte de la survie du plus fort. Féministe pourtant et très en avance sur son temps  quant à sa manière d'envisager le rôle de la femme. Son épouse Charmian en est l'exemple ! Une oeuvre riche et prolixe écrit par un homme tourmenté, qui meurt jeune, détruit par ses excès !

Les participants au challenge 

 


Aifelle   Le goût des livres   

 
 
 
 
 
 

 

 

 


 
 
 
 
 

   



 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 





 
 
 
 
 




  Electra La plume d'Electra