PAGES

lundi 27 septembre 2021

Margaret Atwood/ Mary Harron : Captive


 

L’un de mes livres préférés de Margaret Atwood, écrivaine canadienne, est Captive, c’est pourquoi j’ai hésité à regarder la série (2017) de Mary Harron, adaptée du livre que j’avais lu à sa parution en 1996. Mais je n’ai pas été déçue. 

Margaret Atwood

Margaret Atwood s'inspire d'une histoire vraie (1859) d’une jeune servante, Grâce Marks, condamnée à perpétuité à l’âge de seize ans pour avoir tué ses patrons. Son complice, le valet qui commis le crime, est exécuté mais avant d’être pendu il accuse Grâce d’être l’instigatrice et la tête pensante de ces deux meurtres. Grâce échappe à la peine de mort étant donné son jeune âge mais est condamnée à la prison à vie.
Les années passent, de prison en asile psychiatrique, des années de douleur et de maltraitance, quand un pasteur et ses ouailles qui croient Grâce innocente font appel à un médecin psychiatre, Simon Jordan. Ils lui demandent de parler avec Grâce qui se dit amnésique pour lui faire retrouver la mémoire, ceci afin de confirmer son innocence et obtenir une remise de peine. Pendant le procès, elle avait donné, en effet, trois versions différentes des meurtres. Les rapports médicaux de l’époque n’avaient pu émettre un avis tranché sur la santé mentale de la jeune fille ni sur sa culpabilité.

Sarah Gadon : Grâce Marks

J’ai retrouvé dans la série canado-américaine les mêmes finesses au point de vue psychologique que dans le roman. La servante, Grâce Marks, extrêmement bien interprétée par Sarah Gadon, est ambiguë à souhait. Simon Jordan, (Edward Holcroft) le médecin, lui demande de raconter sa vie, espérant faire remonter les souvenirs du meurtre à la mémoire. Mais bientôt, il est subjugué, se laisse prendre dans les filets de cette belle jeune femme d’une intelligence redoutable mais dont on devine les zones d’ombres. Que se cache-t-il derrière ce visage si doux, cette voix si sage qui sait si bien choisir ses mots, ce discours si habile, si maîtrisé ? Il en tombe dangereusement amoureux. Dit-elle la vérité ? Est-elle coupable ou innocente, folle ou perverse ? Que dissimule-t-elle ? Doit-on prendre comme vrai ce portrait innocent, ingénu d’elle-même, qu’elle brosse devant le jeune médecin qui doit décider de sa demande de remise en liberté ?
Dans le livre comme dans le film, on se laisse prendre à ce jeu subtil et haletant.

Les autres centres d’intérêt du roman sont aussi très bien rendus. L’aspect féministe étroitement lié à la critique sociale montre une classe sociale misérable dont les membres subissent la faim, le froid,  la maladie, l'insalubrité de taudis sans chauffage. Accéder au statut de domestique dans une maison bourgeoise leur permet d'échapper en partie à ces terribles conditions de vie. Mais c'est pour  subir, alors, comme Grâce Marks ou son amie Mary Whitney, le paternalisme ou la condescendance des patrons, dans le meilleur des cas, et dans le pire (surtout pour les femmes) les agressions sexuelles, sachant que si celles-ci se plaignent, elles auront toujours tort et seront mises à la porte. La scène de la mort de Mary est d’une violence incroyable aussi bien dans le roman que dans le film. Elle souligne, à travers le sort horrible fait aux femmes, l’hypocrisie sociale de ces bourgeois ou nobles qui fréquentent l’église chaque dimanche mais cachent les exactions et la culpabilité de leur rejeton dégénéré. Les journées de travail sont longues, pénibles, du matin très tôt jusqu’au soir tard, une véritable exploitation ! Mais dans tous les cas ce sont toujours les femmes qui sont les victimes puisque même dans leur milieu, elles sont aussi maltraitées par leur père ou mari violent, alcoolique, et machiste, subissent le mépris des domestiques mâles et sont les proies sexuelles aussi bien des dominateurs que des dominés. La femme n'a aucun droit !
Margaret Atwood décrit en particulier les migrants irlandais, écossais, qui fuit la misère de leur pays sous la domination méprisante et implacable des anglais mais qui retrouve au Canada les mêmes conditions de vie et les mêmes anglais exploiteurs et méprisants.
D’autre part, le film en utilisant la voix off de la servante et son récit à la première personne rend compte du style envoûtant de Margaret Atwood et est aussi un récit à plusieurs voix et à plusieurs entrées.
Une réussite !
 

17 commentaires:

  1. Ah... alors je regarderai certainement ! Merci.

    RépondreSupprimer
  2. je ne peux pas lire ou regarder ce type de récit ou de série, cela crée chez moi une angoisse telle que j'ai renoncé depuis longtemps, cela n'a rien à voir avec le talent de l'auteure qui est connue et appréciée c'est le type d'histoire que je ne peux pas supporter

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que c'est une ambiance sombre mais à l'image de la société et de la condition de la femme toujours victime surtout quand elle cumule, en plus d'être femme, un rang social inférieur et une origine étrangère.

      Supprimer
  3. Pas lu ni vu, je retiens ce titre. Merci pour ton billet.

    RépondreSupprimer
  4. Le livre et la série attirent mon attention.

    RépondreSupprimer
  5. je n'en ai pas lu beaucoup d'elle, mais je les ai tous aimé, je note! PS: j'ai enfin vu quelques oeuvres d'Aurélia à Tours! Tu la féliciteras pour moi!

    RépondreSupprimer
  6. Autant le livre m'a déçue (désolée), autant la série m'intéresse. Il faudrait vraiment que je prenne le temps de la voir en entier (je l'ai commencée il y a plus d'un an...).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le livre t'a déçue ? Pourtant il y a des passages écrits d'une grande force. Relis le texte de la mort de son amie Marie. C'est glaçant, bouleversant ! Le film rend très bien aussi la violence et l'hypocrisie sociale qui entourent la mort de Marie.

      Supprimer
  7. C'était l'époque pas si lointaine où la plus grand part de l'humanité était du coté du manche de la pelle et non de celui du révolver (cf le bon la brute et le truand). N'ayant pas lu le livre l'adaptation pourrait me séduire mais il est vrai qu'il faut laisser passer du temps pour oublier les idées que l'on s'est faites, chaque lecteur étant un petit réalisateur et se faisant son propre film

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui et puis toutes les adaptations ne sont pas bonnes ! Il faut que le réalisateur ait un talent égal à l'écrivain et qu'il ait bien compris le sens profond de l'oeuvre.
      Par exemple deux chefs d'oeuvre : Mort à Venise Mann/Visconti

      Supprimer
  8. Tu me rappelles qu'il faut que je découvre cette écrivaine. moi aussi je préfère commencer par lire le livre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme toi, j'aime d'abord le livre puis je viens ensuite avec prudence à l'adaptation.

      Supprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.