mercredi 8 juin 2011

Shakespeare, le marchand de Venise : les trois coffrets (1)


Il est des gens qui n'embrassent que des ombres ; ceux-là n'ont que l'ombre du bonheur.  
                                                                  Le marchand de Venise
Acte II scène 9 (vers 66-67) Aragon choisit le coffret de plomb :
Some there be that shadow kiss
Such have but a shadow kiss

Soit trois  coffrets, l'un d'or, l'autre d'argent, le troisième de plomb.
Le père de Portia lui a fait promettre en mourant de n'épouser que le jeune homme qui, parmi ses prétendants, saura choisir parmi ces trois coffrets celui qui contient le portrait de la jeune fille.
Maroc, le prince noir, prend le coffret d'or : Qui me choisit aura ce que beaucoup désirent mais celui-ci contient l'image de la Mort. Tout ce qui brille n'est pas or; il ne faut pas se fier aux apparences nous dit Shakespeare.
Aragon choisit le coffret d'argent: Qui me choisit obtiendra selon son mérite . Au lieu du portrait de Portia, il découvre celui d'un sot qui lui renvoie son image. Il n'a pas eu le courage de choisir le portrait de plomb qui disait : Qui me prend doit donner, hasarder tout son bien. Il n'a pas voulu donner pour recevoir. Son choix a été guidé par la vanité et l'amour propre non par l'amour et le don de soi.  Il a préféré l'ombre à l'amour, au bonheur, à la vie.
C'est Bassanio qui en prenant le risque de tout perdre gagnera l'amour de Portia. (voir mon billet sur Le marchand de Venise)

Challenge de Maggie et de Claudialucia



Le Jeudi, c'est citation initié par Chiffonnette


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.