mercredi 4 mai 2022

Jake Hinkson : Au nom du bien


 

Jake Hinkson est fils d’un prêcheur baptiste et il a été marqué dès son enfance par son éducation religieuse étouffante. Alors quand il parle dans son livre Au nom du bien des formes d’oppression religieuse dans certaines régions des Etats-Unis et, ici, dans un petite ville de l’Arkansas, il sait ce dont il parle. Et cela le rend féroce !

Richard Weatherford est le pasteur de cette ville et il impose son autorité à tous, s’immisçant dans la vie privée des gens, surveillant leur participation au culte ou leur absence, jugeant de leur moralité jusqu’au sein de leur vie de couple, de leur sexualité, réprouvant le divorce, l'homosexualité, interdisant, culpabilisant, guidant de haute main la vie de ses paroissiens, une influence qui s’abat sur la cité, prend une forme pateline, insidieuse et exerce une violence certaine sur les esprits ! Pour l’heure, il intrigue avec ses paroissiens, notables vertueux, pour faire interdire l’alcool et faire fermer les débits de boissons. Considéré par tous comme un saint homme, il est l’exemple qu’il faut suivre pour gagner son paradis !

Son épouse Penny est la parfaite épouse de pasteur, assurant le catéchisme, dirigeant les prières, déjeunant avec les dames de la paroisse. Très attachée à ses prérogatives et à la supériorité que lui donne sa position sociale, elle laisse son mari diriger l’éducation de leurs enfants.

Une vie édifiante dans lequel le pasteur sage et respecté, pourrait couler des jours sereins  mais… Car il y un mais, bien sûr, un caillou qui va enrayer les rouages, et faire grincer la machine bien huilée jusqu’alors. Et ce caillou, s’appelle Gary Doane, jeune homme dépressif et suicidaire. Il a pour petite amie Sarabeth Simmons considérée par tous comme une fille immorale, dépravée. Tous les deux ne supportent plus le manque de liberté, les excès d’une religion fondamentaliste, conservatrice, les jugements des bien-pensants persuadés d'agir au nom du bien.
Que veut Gary Doane à Richard Weatherford ?  Pourquoi le fait-il chanter ? On le saura bien vite car la réponse à cette question n’est pas l’intérêt principal du roman. Non, l’intérêt réside dans la démonstration magistrale de l’écrivain qui scrute le personnage du pasteur avec un intérêt digne d'un entomologiste étudiant un scarabée. Comment va  réagir le pasteur ?  Va-t-il reconnaître la vérité ou, au contraire, essayer de la fuir, de s'en sortir ? Le récit adopte plusieurs points de vue, celui du pasteur, de Penny,  Gary et de Sarabeth mais aussi celui d'un autre protagoniste, Brian Harten. Péripéties haletantes qui nous mènent de surprise en surprise, suspense, retournements de situation au cours desquels s’exerce l’ironie acérée d’un Jake Hinkson qui décrit une société figée, radicale, hypocrite, et nous livre une vision noire et désenchantée d’une Amérique conservatrice et liberticide.

Un très bon roman !

vendredi 29 avril 2022

Vaison La Romaine : Vasio, la cité antique

Acrotère en forme de masque théâtral trouvé dans le cimetière antique de Vaison*
 

Je poursuis ici les visites faites pendant les vacances de Pâques avec ma petit fille qui a pris ces photos avec moi. Voici un aperçu de Vasio Julia Vocontiorum, la Vasio des Voconces, peuple d'origine celtique qui s'est installé sur la rive gauche de l'Ouvèze avant la conquête romaine à la fin du IV siècle av.J.-C. Avec la conquête romaine Vaison devient une cité fédérée ( et non une colonie) et se développe en créant des voies de circulation, des édifices publics, dans la seconde moitié du 1er siècle après J.-C. Située au pied du Mont Ventoux, la cité antique fut l'une des plus riches de l'époque romaine.  La visite a lieu sur deux sites, celui de La Villasse et de Puymin, vestiges de quartiers résidentiels avec leurs immenses maisons patriciennes, de théâtres, de thermes, de rues pavées le long desquelles s'ordonnaient les boutiques des artisans. Une belle visite sous le soleil au milieu des pins, des cyprès, des arbousiers en fleurs...
 

 Vaison la Romaine : Site de Puymin

La maison de l'Apollon Lauré (site de Puymin)


La maison de l'Apollon Lauré

C'est dans la maison de l'Apollon Lauré que l'on a retrouvé cette tête d'Apollon ceinte d'une couronne de laurier, copie d'un original grec, exposée maintenant dans le musée archéologique Théo Desplans du site de Puymarin. Au profil droit, la commissure des lèvres est très discrètement tombante, à gauche, elle est un peu relevée, indiquant selon la face la tristesse ou la gaieté.

Apollon lauré musée archéologique Vaison la Romaine
Apollon lauré musée archéologique


Apollon lauré musée archéologique Vaison


Mosaïque du Paon de la maison du Paon de la Villasse : musée archéologique de Vaison la Romaine


Statues de Sabine, Hadrien, Claude musée archéologique de Vaison


Théâtre antique : Six mille spectateurs pouvaient assister aux spectacles donnés au théâtre antique qui, de nos jours,  est toujours le cadre du festival de Vaison au mois de Juillet. J'y ai vu un ballet de Prejolcaj, Blanche Neige, il y a de cela bien longtemps mais c'est un beau souvenir.

Théâtre antique de Vaison la Romaine (Puymarin)

La maison de la Tonnelle (Puymarin)

Au fond, protégé par un toit, l'ensemble thermal. Il est parfois difficile, surtout pour un enfant  d'âge scolaire, de comprendre ce qu'étaient réellement ces riches villas mais des plans placés devant les ruines nous permettent de l'imaginer.

Plan de la maison de la Tonnelle

Et un film de reconstitution au musée archéologie, La maison du Dauphin, propose une visitede  la riche demeure  ou - domus avec atrium et tablinum- et de faire connaissance avec ses habitants, ses visiteurs, clients du maître de la maison; c'est vraiment un outil pédagogique pour tous !
 


Vaison la Romaine:  Site de la Villasse

 

Le site de la Villasse

Le site de la Villasse est le quartier riche de la ville romaine, c'est pourquoi l'on y trouve de nombreuses et grandes demeures ouvertes sur des rues commerçantes animées : la maison du Dauphin, la maison au buste d'argent, la maison de l'Ephèbe, quelques vestiges des thermes...

Porte de la Villasse



Maison de l'éphèbe Vaison la Romaine quartier de la Villasse

La rue des boutiques du site de la Villasse
 
Les vestiges des  thermes avec les latrines

 

*Les tombes et les enclos funéraires étaient ornés d'acrotères en forme de masque théâtral à l'expression tragique. La partie allongée de la tête, l'onkos, est couverte de longues boucles torsadées. (Musée archéologique de Vaison la Romaine site de Puymin)

 

Logo d'Apolline

 

lundi 25 avril 2022

Carrières des Lumières 2022 : Venise et Yves Klein

Carrière de Lumière : Venise

« La pause petite fille » est terminée avec le retour en classe. Toutes les deux, grand mère et petite fille,  publions ici les photographies que nous avons prises lors de notre visite aux Carrières des Lumières des Baux de Provence pendant les vacances.
Cette année la projection (45 minutes) est consacrée à Venise et cette visite de la ville est magique,  avec cette magnifique architecture dont les images fixes ou animées, projetées sur les murs gigantesques de la carrière, forment un cadre somptueux. Les gondoles glissent à côté du visiteur, les canaux défilent devant ses yeux, les ponts, les palais, l’opéra, les  églises… Nous entrons dans la cathédrale Saint Marc  brillante de tout l’or de ses mosaïques. Le Titien, Tintoret, Veronèse, Bellini viennent à notre rencontre,  mais aussi à l’époque contemporaine,  les stars de la Mostra de Venise. L’aspect visuel est particulièrement réussi cette année et le choix musical des plus heureux. Un beau voyage. 

Venise, la Sérénissime

 






















Venise Carrières des Lumières voir ici


 Yves Klein : L'infini du bleu











Le programme court (10 minutes) s'intéresse à l'artiste contemporain Yves Klein et nous plonge dans dans ce bleu qui porte le nom de son inventeur, le bleu Klein,  si particulier, si entièrement bleu, que l'on a l'impression de se dissoudre dans cette couleur, sa profondeur, son infini.


Yves Klein : Carrières des Lumières voir ici



Logo d'Apolline

mardi 12 avril 2022

Cracovie : Musée Sukiennice peintres polonais du XIX siècle.


Musée Sukiennice : peintres polonais du XIX siècle : la salle des peintures historiques (source)
 

Je n’ai pas eu le temps de voir le musée national de Cracovie mais je suis allée au musée Sukiennice. C'est une partie du musée national, peut-être pas la plus importante, mais elle a le mérite de faire connaître des oeuvres qui racontent l'histoire du pays (la salle des peintures historiques) et l'évolution de l'art en Pologne au XIX siècle, du  classique au réalisme, puis à l'impressionnisme et au symbolisme.
La collection a commencé avec un premier tableau offert par le peintre Henryk Siemiradzki, la torche de Néron : après l’incendie qui a ravagé Rome, Néron accuse les chrétiens et les supplicie en les brûlant sur des bûchers..

Henryk Siemiradzki, la torche de Néron

 Bien sûr, dans le genre peinture historique, nationaliste, monumentale, exaltant les victoires de la Pologne, on trouve le peintre le plus célèbre de Pologne : Jan Matjeko. Difficile de l'ignorer quand vous allez à Cracovie !

Jan  Matjeko : La bataille de Grunenwald

Si vous ne connaissez pas la bataille de Grunenwald, vous allez passer à côté de nombreuses oeuvres et symboles. En effet,  cette bataille qui a eu lieu en 1410 et qui vit la victoire de la Pologne et du grand duché de Lituanie réunis contre les chevaliers teutoniques est partout. Elle est devenue aussi  le symbole de la résistance contre l'occupation nazie en Pologne. ( Lire les chevaliers teutoniques de Henrik Sienckiewicz et Voir Ici)

Maintenant vous dire que j'aime ce genre de peinture ... je n'irai pas jusque là !!

Jan Matjeko : L'hommage prussien
 

 L'hommage prussien de Jan Matejko : Les Chevaliers Teutoniques défait signe la paix en 1525. Leur territoire devient le duché de Prusse, vassal du Royaume Polono-lituanien.

Jan Matjeko : La Pologne enchaînée 1863

L'insurrection de la Pologne en 1863 contre la Russie qui l'occupe se solde par une défaite et est la dernière des grandes insurrections patriotiques.

Voici maintenant quelques peintres et oeuvres que j'ai trouvées intéressantes.  

Roman Kochanowsky (1857_1945)

Kochanowsky Roman paysage d'hiver (détail)


Kochanowsky Roman :  paysage d'hiver

Stanislas Maslowsky (1853_1926)

Maslowsky Stanislas  Lever de lune lever de lune 1884


Maslowsky Stanislas  Lever de lune (détail) lever de lune 1884

Le tableau suivant n'est pas au musée Sukiennice mais j'ai été stupéfaite  en le découvrant sur le Net de voir l'évolution de la peinture de Maslowsky de 1884 à 1908.  Il y a quelque chose de Munch dans cette peinture et une annonce de Van Gogh.


Maslowsky Stanislas  Lever de lune 1908


Artur Grottger(1837-1867)

Artur Grottger Crossing the border 1865

Artur Grottger  est un peintre romantique particulièrement connu pour ses cinq cycles de dessins, destinés à être gravés, autour de la lutte pour l'indépendance de la Pologne pendant l'insurrection de 1863.

La jeune fille vêtue du  costume  de Cracovie, un panier de framboises à la main, aide des soldats insurgés à franchir la frontière pendant l'insurrection de 1863  sur l'ancien territoire polonais occupé par la Russie. À la suite des trois partages successifs de la Pologne qui ont eu lieu à la fin du XVIIIᵉ siècle, la république des Deux Nations, divisée entre les empires russe, allemand et austro-hongrois, a cessé d'exister. Bien que la république ait disparu de la carte, des générations successives réclament sa reconstruction et bataillent contre les oppresseurs. Le XIXᵉ siècle présente ainsi un enchaînement de soulèvements polonais : l'insurrection de Kościuszko de 1794, la participation aux guerres de Napoléon, l'insurrection de novembre de 1830, le soulèvement de Cracovie de 1846, et l'insurrection de Grande-Pologne de 1848, avec leurs lourds tributs en vies humaines.

 

Witold Pruszkowsky (1846_1896)

Pruszkowsky Witold : Roussalki 1877

Witold Pruszkowsky  est connu pour ses peintures de la vie rurale mais il s'est aussi intéressé aux contes et folklore slaves. Les Roussalki sont des nymphes d'eau ou ondines mais il ne fait pas toujours bon de les rencontrer. On dit que ce sont des filles maudites par leurs parents, suicidées, volées par le diable ou mortes avant le baptême. L'hiver, elles vivent dans leur palais de glace mais au printemps, elles sortent et s'en prennent aux passants; celui qui a l'imprudence de se baigner est noyé ou chatouillé à mort. Si l'une d'elle s'éprend d'un jeune homme, elle en fait son amant et l'entraîne au fond de l'eau.

Aleksander Gierymski (1850_1901)


Gierymski Aleksander  Soir sur la seine

Peintre réaliste, Aleksander Gierymsky fit de longs séjours à l'étranger et à Paris. Son style évolua vers l'impressionnisme. Séduit par les lumières électriques de Paris, il peignit une série de scènes nocturnes.  Les tableaux suivants ne sont pas au musée Sukiennice et j'aimerais bien les voir "en vrai" car je les trouve fascinantes.

Aleksander Gierymski Paris Le Louvre, la nuit

Aleksander Gierymski Paris  l'opéra, la nuit (1891)

Leon Wiczolkowsky (1852-1936)

Wiczolkowsky Leon  arrachage des betteraves

Leon Wiczolkowsky   arrachage des betteraves









Władysław_Podkowiński (1866-1895)

Władysław_Podkowiński quatre tableaux

Władysław_Podkowiński  Les lupins


Władysław Podkowiński Champ de trèfles


Władysław_Podkowiński Le char de foin

Podkowinski Wladyslaw : la Folie ou l'Extase( 1894)
    

 Les peintres polonais de la deuxième moitié du XIX siècle  séjournèrent pour certains en France et furent influencés par l'impressionnisme. Ce fut le cas de Podkowinski qui fut le précurseur de l'impressionnisme en Pologne ; il se tourna vers le Symbolisme à la fin de sa vie : L'extase ou La Folie est la première oeuvre de ce mouvement en Pologne.

Le titre du tableau diffère selon la traduction  adoptée : Extase, Folie ou Frénésie. L'oeuvre causa un scandale car elle symbolise aux yeux de l'artiste l'orgasme féminin : Une femme nue sur un cheval fou. Cette représentation d'un érotisme osé à l'époque fit scandale. Malade, le peintre lacéra la toile à coups de couteau avant de mourir de la tuberculose. Elle fut restaurée peu après sa mort.


Podkowinski Wladyslaw : la Folie ou l'extase ou Frénésie

Au musée contemporain de Cracovie, le MOCAK, le détournement de l'oeuvre de Wladyslaw Podkowinski  par un artiste contemporain,  Marcin Maciejowski,  proclame : We, young artists.

Marcin Maciejowski place dans le tableau la réponse d'un autre peintre polonais Wlodzimierz Tetmajer - appartenant au mouvement de la Jeune Pologne - à la bourgeoisie qui voulait interdire l'accrochage du  tableau de Podkowinski jugé scandaleux : " Nous jeunes artistes, nous accueillons avec joie le chef d'oeuvre de Wladyslaw Podkowinski".

Musée contemporain : Marcin Maciejowski : We, young artists


Et  pour finir un petit portrait par Olga Boznanska que je trouve très moderne et pour cause. Je lis dans Wikipédia : Olga Boznańska, née le 15 avril 1865 à Cracovie, morte le 26 octobre 1940 à Paris, est une peintre polonaise, liée au mouvement du modernisme. Elle fit l'essentiel de sa carrière en France

Olga Boznanska (1865-1940)


 Boznanska Olga  Fillette aux chrysanthèmes