mardi 21 septembre 2021

Avignon : Journées du Patrimoine : La chapelle des Ortolans et Le pont Saint Bénézet

 

Avignon : La chapelle des Ortolans
 

Pour les journées du patrimoine à Avignon, nous sommes allés visiter la chapelle des Ortolans que nous n'avions jamais vue et pour cause ! Bien qu'elle appartienne à la ville depuis 1890 et qu'elle ait été occupée à diverses reprises, les différentes mairies qui se sont succédé n'ont jamais pensé qu'elle pourrait être restaurée en dehors d'une réparation provisoire après un incendie. Elle est très rarement ouverte au public. Elle reste donc inconnue de beaucoup d'Avignonnais ! Elle est extrêmement dégradée, des fissures sont apparentes sur les murs latéraux. Des fresques presque effacées sont encore visibles sous les panneaux bleus qui les cachent. Pourront-elles être sauvées ? Et que dire des fils électriques qui défigurent la façade ? Heureusement, il semble que sa restauration soit programmée pour 2021 si j'en crois la presse d'où cette ouverture exceptionnelle ! 

La chapelle des Ortolans : fresque et fissure

Voilà ce que j'ai pu glaner sur internet sur cette chapelle mariale qui fut édifiée en 1659 par la congrégation enseignante des Bénédictines qui avait fondé leur couvent rue des Ortolans en 1639 (du nom d'un ancien propriétaire, Ortolani, qui y avait son habitation dès 1260). La chapelle fut ensuite agrandie par un vestibule et une tribune pour le choeur des religieuses. En 1698, Pierre Mignard avec les menuisiers Pierre Brunet et Charles Boisselin créent un plafond en boiseries qui encadrent des toiles peintes d'après des cartons de Nicolas Mignard.
 
Chapelle des Ortolans: plafond boiserie
 

Chapelle des ortolans : peintures d'après Mignard

Le chevet plat, qui regarde le sud, est entièrement occupé par un retable en bois sculpté peint et doré par Boisselin en 1712. 

 

Au départ des Bénédictines, le couvent fut cédé à l'Oeuvre des Orphelines qui s'y installèrent en 1774.  En 1820, le noviciat des Frères des Écoles Chrétiennes prit sa place, suivi par une loge maçonnique qui aménage la chapelle pour les rites maçonniques : signes symboliques sur l'enduit bleu et sol en damier.

Chapelle des ortolans : fresques recouvertes

Chapelle des Ortolans : symboles maçonniques  

Chapelle des Ortolans : porte d'entrée (détail)

Chapelle des Ortolans : porte d'entrée (détail)

Le Pont Saint Bénézet



 

Ma petite fille n'était plus montée sur le Pont d'Avignon depuis des années, aussi, c'est le monument que nous choisissons d'aller voir avec elle ce dimanche le 19 Septembre. Il faut dire que nous ne sommes pas les seuls! Cette vision du Pont empli de touristes, lui qui a été si désert pendant le confinement, est bien agréable de même que voir le Rhône animé, plein d'embarcations sorties pour l'occasion. 

 

Vue du pont Saint Bénézet

Pont Saint Bénézet : le châtelet et la vierge du rocher des Doms

Vue du Pont Saint Bénézet

Le pont envahie pour la journée du patrimoine

Le châtelet

Le pont (détail)

Prendre la mesure de l'île de La Barthelasse qui sépare l'immense fleuve nous permet de mieux comprendre pourquoi il pouvait être effrayant, d'une largeur démesurée, impétueux voire violent, tel que le peint madame de Sévigné au XVII siècle. L'île de la Barthelasse, en effet, constituée d'alluvions, ne s'est formée que peu à peu au cours des siècles.

 

Le pont Saint Bénézet au XVII siècle
 
Le Pont Saint Bénézet

 Le pont Saint Bénézet, édifié en 1177, part de la rive gauche d’Avignon, au pied du rocher des Doms. Il se dressait alors en terre papale et aboutissait à la Tour Phillipe le Bel, domaine du roi de France. Il enjambait le Rhône sur 915 mètres avec un angle droit pour offrir le moins possible de prises aux courants malgré cela il fut partiellement emporté plusieurs fois pendant de grandes crues. Il ne reste plus que quatre arches aujourd’hui alors qu’il en possédait 22 à l’origine .

A voir la reconstitution numérique du Pont d'Avignon tel qu'il était au Moyen-âge sur ce site  : sciences et avenir; J'ai lu quelque part qu'il était non seulement étroit mais aussi qu'il avait été construit sans parapets ce qui le rendait vertigineux. Mais c'est peut-être une erreur car sur cette image, il est représenté avec parapets.

 

Reconstitution numérique du Pont d'Avignon vers la tour Philippe le Bel

 Quand on est sur le pont on prend la mesure de l'île de la Barthelasse constituée d'alluvions, qui s'est formée au cours des siècles et partage le Rhône en deux. On peut alors imaginer la largeur de ce fleuve au courant impétueux, capricieux et violent et pourquoi il était si effrayant comme en témoigne la lettre de madame de Sévigné en 1696.

Lettre de madame de Sévigné à sa fille Madame de Grignan (1696)

Madame de Sévigné

Ah ! ma bonne, quelle lettre ! quelle peinture de l'état où vous avez été ! et que je vous aurais mal tenu ma parole, si je vous avais promis de n'être point effrayée d'un si grand péril ! Je sais bien qu'il est passé. Mais il est impossible de se représenter votre vie si proche de sa fin, sans frémir d'horreur. Et M. de Grignan vous laisse conduire la barque ; et quand vous êtes téméraire, il trouve plaisant de l'être encore plus que vous ; au lieu de vous faire attendre que l'orage fût passé, il veut bien vous exposer, et vogue la galère ! Ah mon Dieu ! qu'il eût été bien mieux d'être timide, et de vous dire que si vous n'aviez point de peur, il en avait, lui, et ne souffrirait point que vous traversassiez le Rhône par un temps comme celui qu'il faisait ! Que j'ai de la peine à comprendre sa tendresse en cette occasion ! Ce Rhône qui fait peur à tout le monde ! Ce pont d'Avignon où l'on aurait tort de passer en prenant de loin toutes ses mesures ! Un tourbillon de vent vous jette violemment sous une arche ! Et quel miracle que vous n'ayez pas été brisée et noyée dans un moment ! Ma bonne, je ne soutiens pas cette pensée, j'en frissonne, et m'en suis réveillée avec des sursauts dont je ne suis pas la maîtresse. Trouvez-vous toujours que le Rhône ne soit que de l'eau ? De bonne foi, n'avez-vous point été effrayée d'une mort si proche et si inévitable ? Avez-vous trouvé ce péril d'un bon goût ? Une autre fois ne serez-vous point un peu moins hasardeuse ? Une aventure comme celle-là ne vous fera-t-elle point voir les dangers aussi terribles qu'ils sont ? Je vous prie de m'avouer ce qui vous en est resté ; je crois du moins que vous avez rendu grâce à Dieu de vous avoir sauvée. Pour moi, je suis persuadée que les messes que j'ai fait dire tous les jours pour vous ont fait ce miracle.

Vue du Pont  vers le sud : La Barthelasse à droite

vendredi 17 septembre 2021

Yan Pei-Ming : Tigres et vautours Avignon : Fondation Lambert/ Palais des Papes

Fondation Lambert  : Yan Pei-Ming : Tigres et vautours
 

Quel bonheur de pouvoir à nouveau renouer, après les années Covid, avec les grandes expositions du Palais de Papes et de la Fondation Lambert autour d'un artiste commun Yan Pei-Ming !  Après Marcello Barcello, Camille Claudel, Ernest Pignon-Ernest, je découvre pour la première fois les oeuvres de cet artiste français d’origine chinoise. Dans le cadre de la majestueuse chapelle du Palais des Papes et sur les murs blancs du bel Hôtel particulier du XVIII siècle, l'Hôtel Caumont, qui abrite la collection Lambert, ses oeuvres apparaissent  monumentales, puissantes, impressionnantes.  

 

Palais des Papes : photo du catalogue de l'exposition  : Yan Pei-Ming Tigres et vautours

Nulle reproduction ne peut rendre les émotions que communiquent ces immenses peintures toujours en relation avec l'Histoire, notre époque et notre société. Ainsi en est-il de ces tigres et vautours qui se disputent une carcasse sanguinolente et donnent son titre à l'exposition, métaphore évidente qui nous ramène à l'histoire de l'humanité, à l'éternelle lutte des puissants qui s'arrachent les dépouilles des plus faibles. La mort, la guerre et la violence du pouvoir, l’être humain, les puissants et les humbles , en particulier des migrants, (importance du portrait), l'exode, sont les thèmes récurrents de l'oeuvre de Yan Pei-Ming..

Yan Pei-Ming : La massive nuit

C'est que Yan Pei Ming n'est pas sans connaître ce qu'est l'exil. Né à Shangaï en 1960 dans une famille modeste, il trouve dans la peinture un mode d'expression qui supplée à ses difficultés de langage car il bégaie. Recalé à l'entrée de l'école d'Art et Design de Shangaï, il vient en France, en 1981, étudier à l’Ecole Nationale Supérieure de Dijon où il étudie cinq ans avant de s’inscrire à l'Institut des Hautes Etudes en Art plastique à Paris. Il est désormais installé à Dijon, travaille entre cette ville et Paris et est internationalement reconnu. 

Fondation Lambert : Yan Pei-Ming : autoportrait 
 

Fondation Lambert : Yan Pei-Ming : autoportrait 

Sa technique aussi est impressionnante : le noir y domine avec, parfois, l'utilisation de la  couleur rouge. Il peint en grands traits épais qui barrent la toile, avec une rapide dextérité. 

Vite ! sans repentis ! sans retouches !  

 

AUbe noire (1) (détail)

Aube noire (2) (détail)

Sauf pour le magnifique portrait de sa mère où il a tenu à rester longuement avec elle et où le trait se fait plus délicat, plus intime, plus apaisé.

Fondation Lambert  : Yan Pei Ming : Ma mère

La première impression que donnent certaines des toiles de l'artiste, c'est la noirceur sous laquelle se  dissimulent le danger, la violence et la mort tapis dans l'obscurité, la seconde est celle d'être pris dans un maelstrom, entraîné dans un mouvement impétueux, furieux, angoissant.On entend aussi le bruit, les cris assourdissants qui s'élèvent de ce tumulte. L'univers de Yan Pei-Ming n'est pas de tout repos !

Yan Pei-Ming (détail) Exode

Souvent nous plongeons dans les ténèbres de ces toiles sans rien pouvoir distinguer.

Fondation Lambert : Yan Pei -Ming : All crows under the sun are black !

Fondation Lambert Yan Pei-Ming Aube noire (1)
 

Fondation Lambert Yan Pei-Ming : Aube noire (2)

 Puis l'oeil s'habitue comme lorsque l'on passe de la lumière à l'obscurité. On distingue la scène plus nettement.  Si l'on approche de la toile pour la scruter attentivement, on aperçoit des détails. De la nuit de Aube noire (1) surgit un bateau trop lourdement chargé. Les migrants...

Yan Pei-Ming : Aube noire (1) détail

 puis dans le tableau suivant, Aube Noire (2) lorsque le matin amène une relative clarté, l'on distingue les corps des noyés qui flottent à la dérive.

Collection Lambert Yan Pei-ming : Aube noire (2)
 
Et sous les larges coups de brosses l'on distingue en transparence des formes évanescentes de barques, de voiliers... Autres bateaux perdus en mer coulant sous le poids des fugitifs ou fantômes des naufrages du passé ?

Aube Noire (2) détail

Le palais des Papes 

Exposition Yan Pei-Ming : palais des Papes d'Avignon
 

Pour finir j'aimerais vous montrer les oeuvres que Yan Pei-Ming a créées spécialement pour la grande chapelle du Palais des Papes et qui prennent dans ce cadre grandiose si chargé d'Histoire une résonance particulière.

Yan Pei-Ming : Autoportrait en trois personnes

Cet autoportrait en trois personnes, monumental, magnifiquement adapté au cadre, montre trois aspects du personnage. Au centre, Yan Pei-Ming, la tête baissée sur ses mains croisées, en position de méditation, est représenté en pape. Il s'agit d'une "blague" nous explique-t-on "autant qu'une réflexion sur les pouvoirs et leur caractère transitoire." Que Yan Pei-Ming convoque la figure du pape dans ce lieu ne paraît pas surprenant d'autant plus que l'on retrouve celui-ci tout au long de son oeuvre depuis son séjour comme membre de la Villa Médicis à Rome. A la manière du Titien ou de Vélasquez, le pape représente, en effet, une figure du pouvoir qui cohabite avec celles des exilés, des clandestins ou des prostituées, oeuvres que l'on retrouve à la fondation Lambert. 

Yan Pei-Ming : Le pape Paul III (  le Titien)

Yan Pei-Ming : Les clandestins

Yan Pei-Ming : Autoportrait en trois personnes (détail)

Yan Pei-Ming : Autoportrait en trois personnes: le double échiquier (détail)

Les pieds de Yan Pei-Ming reposent sur un double échiquier, international et oriental, rappelant la double origine de l'artiste.


Yan Pei-Ming : Autoportrait en trois personnes: le double échiquier (détail)

Yan Pei-Ming : le pape

Sur le mur d'en face, une splendide crucifixion semble répondre à cet autoportrait en trois personnes.

Enfin sur le mur sud, une série  de quatre panneaux : Exode, comme une gigantesque fresque, nous raconte une histoire qu'il faut lire de droite à gauche. D'une grotte dont l'ouverture est faiblement éclairée surgit une multitude de chauve-souris qui se répand dans l'espace, comme une nuée menaçante qui recouvre et obscurcit la terre. Puis de cette masse menaçante, se détache une bête aux dents acérés qui se rue sur nous, précisant le danger. C'est fou comme les oeuvres de Pei-Ming sont à la fois bruyantes et mouvementées, rapides et tumulteuses.

"La grotte est ici la métaphore de la pandémie du Covid 19. Yan Pei-Ming fait de la chauve-souris le sujet central de l'oeuvre, en qui nous voyons soit la cause de la pandémie, soit le vecteur involontaire d'un virus né d'un ordre du monde devenu insoutenable."

Yan Pei-Ming : Exode   


palais des Papes Yan Pei-Ming : exode 


Yan Pei-Ming : Exode (détail)
 
Yan Pei-Ming :Exode (détail)

Yan Pei-Ming :Exode (détail)
 

Yan Pei-Ming : Exode (détail)

  Pour moi, Aube Noire  à la collection Lambert et Exode au Palais des Papes font partie des oeuvres que je préfère et qui m'ont particulièrement touchée.. 

Mais je veux aussi vous montrer ce splendide paysage en noir et blanc que j'aime beaucoup découvert à la fondation Lambert, à mi-chemin entre peinture et photographie.

Yan Pei-Ming : International Landscape


Yan Pei-Ming : International Landscape (détail)

Yan Pei-Ming : International Landscape (détail)

Yan Pei-Ming : International Landscape (détail)

Catalogue de l'exposition Actes Sud