mercredi 22 janvier 2014

Les romantiques et la lune : Lamartine, Musset, Novalis, Hugo, Friedrich, Aivazovsky,Schumann, Schubert, Chopin

Caspar David Friedrich : Rivages avec la lune cachée

Chez les romantiques le thème de la nuit et de la lune est récurrent. Il correspond à un attrait pour le mystère et la beauté dans ce qu'elle a de grandiose, de sublime. La nuit est le moment propice aux rêves, à l'abandon, mais aussi aux cauchemars, à l'apparition de personnages aux pouvoirs surnaturels, maléfiques; c'est le décor des contes traditionnels, folkloriques, que le mouvement romantique remet à l'honneur. Pour les romantiques allemands, imprégnés de la mythologie germanique, la célébration de la nuit est un retour aux origines, pour les français c'est un refus du cartésianime, des règles établies, un désir de liberté dans une communion avec la nature. Tous les possibles peuvent s'y réaliser. La nuit est indissociable du Divin, elle est un face à face grandiose avec Dieu. C'est pourquoi les poètes autant que les peintres ou les musiciens ont été sensibles à ce qu'il y a d'insondable, d'illimité dans la nuit.  La nuit est le lieu des révélations essentielles, la médiatrice entre l'homme et l'infini, le moment de communication avec le surnaturel. Dans le silence de la nuit et la magie des clairs de lune, on croit percevoir les voix de l'infini; l'univers semble s'agrandir.» La forme poétique du monde (Jankélévitch Le Nocturne 1937)


Caspar David Fiedrich : Lever de lune sur la  la mer


Lamartine, Harmonies poétiques et religieuses
 
C'est une nuit d'été ; nuit dont les vastes ailes 

Font jaillir dans l'azur des milliers d'étincelles ; 

Qui, ravivant le ciel comme un miroir terni,
 
Permet à l'oeil charmé d'en sonder l'infini ; 

Nuit où le firmament, dépouillé de nuages, 

De ce livre de feu rouvre toutes les pages! 

Sur le dernier sommet des monts, d'où le regard 

Dans un trouble horizon se répand au hasard, 

Je m'assieds en silence, et laisse ma pensée 

Flotter comme une mer où la lune est bercée. 

                                    Livre II, "L'Infini dans les Cieux"(extrait)

Les deux tableaux précédents de Caspar David Friedrich(1774 -1840), un des plus grands artistes de la peinture romantique allemande, associent le ciel à deux moments de la soirée et la mer avec ces barques déployant leurs voiles. Ce sont deux immensités face à face qui prédisposent à la méditation. On remarquera que le peintre a choisi de peindre une mer paisible plutôt que la tempête pour que rien ne nuise à la contemplation et à l'élevation de l'âme.

Dans Le lever de la lune sur la mer, le peintre a placé des personnages, deux femmes et un homme, légèrement surélevés sur un rocher, de manière à ce que leur tête soit couronnée de lumière. Nous sommes à un moment entre chien et loup où les couleurs sont visibles mais atténuées, adoucies. Les barques reviennent vers le village. La nature est paisible et tout invite au repos, à la communion avec le divin. Comme dans le poème de Lamartine, il s'agit d'une méditation poétique et religeuse favorisée par la contemplation. Dans Rivages avec lune cachée, le temps a passé, la lune est maintenant levée, les couleurs se sont assombries, les personnages qui servaient d'intermédiaire sont partis et le spectateur reste seul devant ce paysage encore calme mais empreint de grandeur. Les nuages et la lueur blafarde de la lune laissent entrevoir une part de mystère non dénué d'une possible menace.

« Quand je donne aux choses communes un sens auguste, aux réalités habituelles un sens mystérieux, à ce qui est connu la dignité de l'inconnu, au fini un air, un reflet, un éclat d'infini : je les romantise »
Novalis, poète allemand 


Ivan Aivazovsky: Clair de lune


 Hymne à la Nuit de Novalis

Novalis de son vrai nom Georg Philipp Friedrich, baron von Hardenberg, (1772-1801) est un poète, et romancier allemand romantique.  Novalis a rencontré celle qui est devenu pour lui l'Idéal,Sophie von Kühn  âgée de 13 ans avec laquelle il se fiance secrètement en 1795. La mort prématurée de Sophie, survenue en 1797,  atteint considérablement Novalis, qui vécut cette disparition comme une authentique expérience mystique philosophique et poétique. Dans son Journal intime qu'il tient après la mort de Sophie, Novalis rapporte à la date du 13 mai 1797 l'expérience bouleversante, mélange d'angoisse et d'extase, de la « vision » de Sophie au crépuscule, auprès de sa tombe à Grüningen. Cette expérience est à l'origine de l'un des plus grands textes lyriques du premier Romantisme allemand, les Hymnes à la Nuit. (wikipedia)

Johan Christian Clausen Dahl: Etude des nuages à la pleine lune

Vers le bas je me tourne, vers la sainte, l’ineffable, la mystérieuse Nuit. Le monde est loin - sombré en un profond tombeau - déserte et solitaire est sa place. Dans les fibres de mon cœur souffle une profonde nostalgie. Je veux tomber en gouttes de rosée et me mêler à la cendre. - Lointains du souvenir, souhaits de la jeunesse, rêves de l’enfance, courtes joies et vains espoirs de toute une longue vie viennent en vêtements gris, comme des brouillards du soir après le coucher du soleil. La Lumière a planté ailleurs les pavillons de la joie. Ne doit-elle jamais revenir vers ses enfants qui l’attendent avec la foi de l’innocence ?
Que jaillit-il soudain de si prémonitoire sous mon cœur et qui absorbe le souffle douceâtre de la nostalgie ? As-tu, toi aussi, un faible pour nous, sombre Nuit ? Que portes-tu sous ton manteau qui, avec une invisible force, me va à l’âme ? Un baume précieux goutte de ta main, du bouquet de pavots. Tu soulèves dans les airs les ailes alourdies du cœur. Obscurément, ineffablement nous nous sentons envahis par l’émoi - je vois, dans un joyeux effroi, un visage grave, qui, doux et recueilli, se penche vers moi, et sous des boucles infiniment emmêlées montre la jeunesse chérie de la Mère. Que la Lumière maintenant me semble pauvre et puérile - heureux et béni l’adieu du jour !

*Johan Christian Clausen Dahl (1788-1857) peintre paysagiste norvégien, ami de Caspar David Friedrich et de Carl Gustav Carus subit l'influence du romantisme allemand. Il rompt ainsi avec l'académisme norvégien et  est considéré comme le père du paysage en Norvège.

Ivan Aivazovsky : Clair de lune
Ivan Aivazovsky, un peintre russe d'origine arménienne (1817-1900), un des maîtres de la peinture de marine romantique même si l'influence du réalisme se fait sentir dans ses oeuvres. Fasciné par la mer, il peint dans ce tableau la mer inondée par la lumière lunaire, translucide, animée par de toutes petites vagues qui lui donnent un mouvement paisible. En jouant sur les contrastes du clair-obscur, le port, les bâtiments, les rochers plongés dans le noir, le ciel et la mer éclairés par les rayons de la lune, il fait ressentir le mystère, l'invisible. Le temps semble suspendu dans le silence de la nuit. Voilà qui me fait penser au poème de Victor Hugo : la lune était sereine et jouait sur les flots. Mais alors que le tableau de Ian Aivazovsky se suffit à lui-même et a pour but de procurer des émotions, Victor Hugo se sert de la lune et la nuit comme des éléments d'un décor pour un récit bien dans la veine de Les Orientales, éléments qui servent de contrepoint à la tragédie pour mieux la souligner.

Clair de Lune Victor Hugo
La lune était sereine et jouait sur les flots. -
La fenêtre enfin libre est ouverte à la brise,
La sultane regarde, et la mer qui se brise,
Là-bas, d'un flot d'argent brode les noirs îlots.

De ses doigts en vibrant s'échappe la guitare.
Elle écoute... Un bruit sourd frappe les sourds échos.
Est-ce un lourd vaisseau turc qui vient des eaux de Cos,
Battant l'archipel grec de sa rame tartare ?

Sont-ce des cormorans qui plongent tour à tour,
Et coupent l'eau, qui roule en perles sur leur aile ?
Est-ce un djinn qui là-haut siffle d'une voix grêle,
Et jette dans la mer les créneaux de la tour ?

Qui trouble ainsi les flots près du sérail des femmes ? -
Ni le noir cormoran, sur la vague bercé,
Ni les pierres du mur, ni le bruit cadencé
Du lourd vaisseau, rampant sur l'onde avec des rames.

Ce sont des sacs pesants, d'où partent des sanglots.
On verrait, en sondant la mer qui les promène,
Se mouvoir dans leurs flancs comme une forme humaine... -
La lune était sereine et jouait sur les flots.

                               Les orientales


Leonid Tishlov : Private Moon

Avec La ballade à la lune, l'on comprend pourquoi Alfred de Musset était appelé : l'enfant terrible du romantisme : une manière iconoclaste de traiter le thème, une irrévérence qui détruit le mythe, un pied de nez à la spiritualité recherchée dans le mystère de la nuit.  Mais quel humour et quelle imagination dans les images! Ce n'est plus un romantique mais un photographe contemporain, le russe Leonid Tishkov,  qui se rapproche le mieux de l'univers de Musset dans La ballade à la lune : S'inspirant lui-même de Magritte, Leonid Tishkov raconte dans Private Moon l'histoire d'un homme qui rêve de décrocher la lune et qui y parvient!

Ballade à la lune Alfred de Musset (extrait)

C'était, dans la nuit brune,
Sur le clocher jauni,
La lune
Comme un point sur un i.

Lune, quel esprit sombre
Promène au bout d'un fil,
Dans l'ombre,
Ta face et ton profil ?

Es-tu l'oeil du ciel borgne ?
Quel chérubin cafard
Nous lorgne
Sous ton masque blafard ?

N'es-tu rien qu'une boule,
Qu'un grand faucheux bien gras
Qui roule
Sans pattes et sans bras ?

Es-tu, je t'en soupçonne,
Le vieux cadran de fer
Qui sonne
L'heure aux damnés d'enfer ?

Sur ton front qui voyage.
Ce soir ont-ils compté
Quel âge
A leur éternité ?

Est-ce un ver qui te ronge
Quand ton disque noirci
S'allonge
En croissant rétréci ?

Qui t'avait éborgnée,
L'autre nuit ? T'étais-tu
Cognée
A quelque arbre pointu ?

Car tu vins, pâle et morne
Coller sur mes carreaux
Ta corne
À travers les barreaux.


Les musiciens des Nocturnes 


Robert Schumann : Nuit sous la lune

Nuit sous la lune est un lied de Joseph Von Eichendorff, poète romantique allemand, mis en musique  par Robert Schumann 


Nuit sous la lune

C'était comme si le ciel
Avait en silence embrassé la Terre,
Et qu'elle, dans la lueur des fleurs,
Ne pouvait à présent rêver que de lui.

La brise passait à travers champs,
Les épis ondulaient doucement,
Et bruissaient doucement les bois,
Tant la nuit était claire d'étoiles.

Et mon âme ouvrit
Tout grand ses ailes,
Et s'envola par les campagnes silencieuses,
Comme si elle volait vers sa demeure.



Franz Schubert : A la lune (An den Mond)

Schubert s'inspire d'un poème de Ludwig Heinrich Christoph Holty 1748-1776), poète allemand connu surtout pour ses ballades.



A la lune (An den Mond)

Verse, chère Lune, verse ta lueur scintillante et argentée
À travers le vert des branches,
Là où des hallucinations et des formes de rêves
Flottent toujours devant moi !

Dévoile-toi, que je puisse trouver l'endroit
Où ma chérie s'asseyait,
Et souvent, dans le souffle des buis et des tilleuls,
Oubliait la ville dorée.

Dévoile-toi, que je puisse faire plaisir aux buissons
Qui lui soufflaient de la fraîcheur,
Et que je puisse poser une guirlande sur ce pré
Où elle écoutait le ruisseau.

Allons, chère Lune, allons, enlève ton voile encore,
Et plains ton ami,
Et pleure à travers les nuages,
Comme pleure celui qui est abandonné !

Ludwig Van Beethoven: La sonate au clair de lune



Frédéric Chopin : Nocturne

Nocturne de Frédéric Chopin






30 commentaires:

  1. J'aime beaucoup les nocturnes, un thème (une forme?) majeur du romantisme. Merci pour ces beaux textes et cette belle musique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je partage cette admiration! Textes, tableaux, musiques, beaux et très divers!

      Supprimer
  2. Haaan mais c'est un vrai cours ! Je suis ravie ravie, tu me rafraîchis la mémoire et je vais aller me coucher avec ces images de la lune et de la nuit, avec le Nocturne de Chopin et tous ces lieds pleurés par les romantiques... On a beau dire mais Victor Hugo était très fort : les images, la rime tout y est pour marquer l'esprit ! ;) Merci Claudia pour ce billet superbe ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contente que tu aimes! ce qui est bien avec les romantiques c'est qu'il y en a pour tous les goûts malgré ce qui les rassemble et tous les points communs!

      Supprimer
  3. Merci de nous présenter ce mélange de poésie, de musique , de peinture. c'est beau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, c'est beau! Et décidément Friedrich est mon peintre romantique préféré!

      Supprimer
  4. Très riches heures de la Lune chez Claudia. Et de découvrir le texte de certains lieder et leur germanique romantisme si fort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La lune est une inspiration inépuisable chez les romantiques et j'ai dû limiter les exemples. j'aurais bien aimé citer Aloysus Bertrand, moins connu peut-être mais son Gaspard de la nuit comme le titre l'indique est tout à fait dans le sujet!

      Supprimer
  5. Quel beau billet! j'ai bien envie d'en savoir plus sur Ivan Aivazovski! Pour la partie musicale il me faut attendre ce soir pour avoir un ordi "avec le son" je suis en classe! si le Songe d'une nuit d'été fait aussi partie de ta nuit, j'en suis à l'acte IV, peut être que je ferai un effort pour lundi 27

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! J'aimerais bien voir moi aussi des tableaux de Ivan Aivazovsky ; je n'ai jamais vu que des reproductions ! C'est d'accord pour le 27 même si la nuit shakespearienne n'est pas romantique, on sait combien les romantiques ont adulé Shakespeare!

      Supprimer
  6. Mais quel billet merveilleux !!! C'est absolument passionnant ! Mêlé Leonid Tishlov et Musset est une chouette idée ; et à dire vrai, avant de te lire, je m'étais pas à ce point aperçu que Musset était iconoclaste. Au passage, je m'inspirerai bien de ta chronique pour une séquence de seconde ou 1ere, tiens :D
    Bisoux doux¨¨**

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! Et oui Musset n'était pas toujours sérieux! Et même si Les nuits ( de décembre, de mai ..) sont tout à fait romantiques, sa ballade à la lune en a choqué plus d'un!
      Une séquence sur la nuit dans le romantisme; pourquoi pas? Tu crois que cela leur plairait? Ceci dit, il y encore et encore d'autres poètes à proposer.

      Supprimer
  7. Superbe billet, il y en a pour les yeux, les oreilles, le cœur, l'imagination ... Le choix des tableaux me ravit, je fais des découvertes et je vais continuer mes visites de blogs en m'accompagnant de tes choix musicaux (pour li'instant la sublime Annelise)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! j'ai appris que la sublime Annelise s'est fait connaître et est devenue une pianiste de renommée internationale en postant ses enregistrement sur You Tube!

      Supprimer
  8. Beau sujet et très beau traitement, le romantisme dans toute sa splendeur et sa diversité
    une époque d'une richesse incroyable

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai très riche et bien sûr le billet est très incomplet!

      Supprimer
  9. Merci pour ce parcours romantique!! J'aime tous ces poèmes mais j'avoue avoir une tendresse particulière pour V Hugo.
    Chopin et Schumann, deux monstres sacrés aussi dans leur Art .Les tableaux sont splendides ,apportent rêverie ou frissons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr Victor Hugo! Mais je découvre Novalis. Les images qu'il fait naître sont très intéressantes. Goethe aussi parle de la nuit, Schiller et tant d'autres; au niveau des tableaux, mon préféré est le premier de Freidrich : la lune cachée par les nuages.

      Supprimer
  10. Quelle élève studieuse tu es, Claudialucia !
    Tu aurais pu en garder pour les quinzaines à venir :lol:
    Un billet instructif et passionnant. Tu nous as gâtés !
    Bises de Lyon

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as eu une indigestion? Mais que crois-tu? J'en ai gardé!

      Supprimer
  11. Whaouh quel billet! Des poèmes commentés,des tableaux merveilleux, de la musique instrumentale,des lieder... je ne connaissais pas l'entièreté du poème de Musset qu'on apprend en classe. Il mérite d'être connu!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ta visite. Le poème de Musset est encore plus long, ce n'est qu'un extrait.

      Supprimer
  12. Quel billet magnifique! Tu nous offres là une belle promenade romantique au clair de lune. Merci, merci...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi! Le clair de lune a inspiré les poètes pour notre plus grand plaisir!

      Supprimer
  13. Un billet tout calme, extremement beau et emouvant quand on l'accompagne de Chopin ou de Beethoven. Aïvazovski me fait penser a Turner. Apparemment aucun de ses tableaux ne se trouve a Toulouse, dommage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aivazovsky est beaucoup plus démonstratif, tourmenté que Turner, à mon avis et il n'évolue pas comme Turner vers la dissolution de la lumière et la quasi abstraction. mais en fait, je n'ai jamais vu de lui que des reproductions.

      Supprimer
  14. Jeudi j'avais vu que ton billet était très riche et je profite de ce début de Weekend pour venir le lire tranquillement ;-)
    Merci pour toutes ces découvertes autour de la lune
    Ce qui m'a le plus plu est la photo de Leonid Tishlov : Private Moon : j'ai cherché un peu et c'est un thème qui revient beaucoup pour lui la lune (des photos fabuleuses sur ce thème)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les photos de Leonid Tishkov sont pleines de fantaisie, d'humour et de poésie! C'est pourquoi je les ai rapprochées de Musset et de sa ballade à la lune. Elles racontent toute la même histoire sur cet homme qui est parvenu à décrocher la lune.

      Supprimer
  15. Magnifique article ! merci, merci, merci ! J'adore Friedrich, notamment son superbe "Le moine et la mer" (3/4 de ciel, 1/4 de terre).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie que ça te plaise. moi aussi j'adore Friedrich !

      Supprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.