jeudi 1 mars 2012

Sophie Chaveau : Fragonard et l'invention du Bonheur

Fragonard : La lectrice (le fameux jaune de Fragonard)


 Quatrième de couverture :
Paris 1761, dans le rougeoiement crépusculaire de la monarchie, une couleur nouvelle apparaît, un "jaune vie" éclatant, qui va révolutionner d'un sourire l'art pictural.
Frangonard invente le bonheur... et Sophie Chauveau, avec le talent si particulier qui est le sien, brosse avec un formidable luxe de détails, la fresque foisonnante et méconnue de ses soixante-quatorze années d'existence. Du soleil de Grasse aux ruelles lugubres de la capitale, des ateliers de Chardin ou Boucher à l'école de Rome, d'un Louvre totalement inconnu, véritable cité des artistes, aux intrigues assassines des salons du Paris pré-révolutionnaire, des horreurs de la Terreur aux diktats imprévisibles de l'Empire, Jean-Honoré Fragonard traverse miraculeusement un demi-siècle de chaos.
Eternel amoureux d'une famille recomposée très particulière et de la ribambelle d'animaux qui l'entoure, Fragonard est le jouet des caprices des puissants mais ne se soumet qu'à son seul désir : peindre. Précurseur des impressionnistes, premier conservateur du futur musée du Louvre par la grâce de Napoléon avec le soutien actif de David, il pose un regard nouveau sur l'amour.-, ivre de couleur et de lumière."Frago" comme il signe lui-même ses oeuvres, aura toujours choisi la voie faussement futile de la légèreté. Certains historiographes de l'art ne lui ont jamais pardonné. Sophie Chauveau balaie leurs doutes avec jubilation et une profonde tendresse.



 Fragonard : les heureux hasards de l'escarpolette


Si j'ai choisi de lire Fragonard, L'invention du bonheur, de Sophie Chaveau, c'est pour deux raisons. J'avais beaucoup aimé sa Passion Lippi et le titre du livre choisi, dans le cadre du challenge de Calypso, devait contenir le mot bonheur. 

 Par contre, je n'étais pas, à l'origine, particulièrement attirée par ce peintre. Si j'apprécie les portraits de Fragonard comme celui de la Lectrice, je n'aime pas particulièrement ses grands tableaux ou ses oeuvres  légères et surtout le style Rococo qui au XVIII ème siècle regroupe en France, à côté de Fragonard,  Watteau, Boucher, Greuze... Ce qui ne m'a pas empêchée de découvrir avec plaisir la vie de tous ces peintres et leur conception picturale car Sophie Chaveau  connaît avec précision cette période artistique et sait la faire revivre.
Le Rococo touche tous les arts, l'architecture en particulier, l'ameublement, la peinture et vient de la fusion du baroque italien et du style rocaille à la française, reprenant des ornementations des grotesques de la Renaissance : feuillages, masques, coquilles, dragons. Le mouvement s'envole, les lignes serpentent, s'enroulent, sinuent. Ce style foisonnant dont les sujets sont souvent érotiques et légers est le reflet d'une société libertine qui oublie les maux de ce siècle en se divertissant, en s'adonnant aux plaisirs, aux fêtes galantes ; une société aristocratique qui refuse de voir l'orage qui menace préfigurant la révolution. Une société qui invente le mot bonheur et dont Fragonard est le plus illustre des représentants.  Car il faut bien reconnaître que Fragonard, est un grand maître de la peinture,  un peintre exceptionnellement doué et son splendide jaune, inimitable, est un reflet du soleil de sa ville, Grasse, qu'il aimait tant.


Le mérite de Sophie Chaveau est d'avoir raconté une histoire à laquelle on s'intéresse, celle d'un petit garçon né en 1732 à Grasse dans un milieu modeste qui part à Paris avec sa mère pour rejoindre un père joueur et volage qui les avait abandonnés. L'écrivain dresse un beau portrait de cette femme qui pressentant le génie de son fils s'épuise pour qu'il puisse suivre des études de peinture d'abord dans l'atelier de Chardin puis de Boucher. Nous suivons toute sa carrière, sa brillante réussite, quand prix de Rome, il part en Italie, à la villa Médicis, pendant quelques années. Nous partageons son amour des enfants et des animaux qui peuplent  et animent son atelier du Louvre et se retrouvent dans ses tableaux. Fragonard peint toujours dans un joyeux désordre, un tumulte heureux, entouré de sa famille et des amis, artistes qui sont tous réunis dans les résidences délabrées et insalubres du Louvre que le roi consent à mettre à leur disposition.  Nous découvrons sa femme Marie-Anne Gérard-Fragonard, peintre de miniatures, et la soeur de celle-ci, Marguerite Gérard, qui devint un peintre célèbre et mondain sous le Directoire.


Rosalie, la file de Jean-Honoré et Marie-Anne Fragonard

Cette biographie est vivante même si l'on ne distingue pas trop bien les faits avérés de ceux qui sont purement imaginaires. Par exemple, Fragonard a t-il réellement eu un enfant de sa belle soeur Marguerite, bébé que Marie-Anne accepta de faire passer pour son fils, le petit Alexandre-Evariste dit Fanfan? Quelle est la part romancée? Ce qui est sûr c'est que Fragonard fut anéanti par la mort de sa fille chérie, la petite Rosalie, et qu'il cessa de peindre, traversant la Révolution et l'Empire en perdant peu à peu au milieu de la Terreur son goût du bonheur.
Ce qui est certain aussi c'est que Sophie Chaveau aime son personnage, le petit Frago, ce grand peintre qui préfère les thèmes galants et légers plutôt que graves qu'il interprète cependant sans vulgarité. Il est vrai que Fragonard se libérait ainsi des contraintes de l'Académie qui imposait le sujet historique comme Genre noble, ce que le peintre détestait particulièrement. D'autre part l'auteur, comme toujours, parle très bien de la peinture, elle nous fait découvrir les tableaux, la matière, les couleurs, en critique d'art mais aussi avec une chaleur et enthousiasme communicatifs.
J'ai trouvé par contre que la période historique et philosophique était un peu superficiellement traitée et j'aurais aimé, pour une fois, éviter le poncif, de la "petite reine" Marie-Antoinette si innocente marchant vaillamment vers l'échafaud! Mais, bon, c'est un détail qui n'empêche pas de se plonger dans cette lecture agréable  qui nous apprend bien des choses sur l'art du XVIII siècle.

Chardin

 Chardin a été pour Fragonard un bon maître qui tout en laissant libre le jeune artiste lui enseigne son art par imprégnation,  par l'observation. Mais cet apprentissage ne plaisait pas au jeune homme, lui qui rêvait du luxe, de la richesse, de la beauté des modèles féminins, de l'ambiance de l'atelier de Boucher.
Or, il se trouve que parmi ces artistes, c'est justement Chardin que j'apprécie le plus! Sophie Chaveau analyse bien la différence entre ces deux styles de peinture. Elle en parle si bien qu'elle me fait comprendre pourquoi j'aime les tableaux de Chardin alors que je suis pas spécialement attirée par les natures mortes. Chardin choisit des objets modestes, sans gloire, pour sujets de sa peinture, des pots d'étain, des oignons, des fannes de carottes peu importe... et il les peint lentement :

Chardin ôte le brillant des choses pour en extraire la sève, en tirer une autre réalité.... Rendre le relief, les infinies nuances de lumière, la gravité, les mystères des ombres, toutes ces subtilités qu'il ne parvient pas à trouver dans cette fichue assiette ébréchée de Chardin. Tout le jour, il gratte aux côtés du bonhomme à lunettes et à bonnet.... Les mois passent. Pourtant il sent son regard changer. Chardin lui ouvre un autre monde, une autre vision du Monde.


 Jean Siméon Chardin


 François Boucher


Madame de Pompadour

Avec François Boucher, le maître bien aimé de Fragonard, on est loin de l'austérité de Chardin! Fragonard est heureux de l'avoir pour maître et apprécie son caractère affable, l'effervescence  et la joyeuse camaraderie qui règnent dans l'atelier.

Boucher l'a beaucoup fait travailler mais selon sa dernière manière. Celle de sa gloire aux couleurs du badinage, aux humeurs de boudoir... Manière pleine de grâce et de légèreté à la semblance de toutes ces Madame Boucher, sensuelles et roses, de ses angelots dodus et nacrés, et des ciels estompés de crème qui parsèment ses tableaux.



 Jean-Baptise Greuze 

 Greuze :  La malédiction paternelle

 Jean-Baptiste Greuze est un ami qu'il connut à Rome.  Lui aussi un atelier dans la galerie du  Louvre où il aménage avec sa femme qui le trompe à qui mieux mieux et lui fait des scènes violentes. Il n'ose pas répliquer et attend  patiemment  qu'elle en ait fini avec ses amants, cachée derrière un paravent. Tous le méprisent et le blâment :


 Dans toute la galerie on le fuit, et la peinture de Greuze toujours en vogue, commence à sombrer dans un moralisme qui cherche à opposer un démenti à sa vie. Et aux moeurs de sa femme. Ainsi prêche-t-il une petite morale sucrée. Qu'il aimerait tant insuffler à sa mégère.

Greuze :  la cruche cassée qui symbolise la perte de la virginité





 Marguerite Gérard

                                                     
Avec Marguerite Gérard, la belle soeur de Fragonard, retour à une peinture plus froide, plus conventionnelle, bien léchée, très différente de la manière de Fragonard qui n'est plus à la mode.


 Quelques tableaux de Fragonard

Fragonard : La fête de Rambouillet



 Fragonard : très jeune fille jouant avec son chien (La Gimblette)

 Une gimblette est une pâtisserie provençale avec laquelle la fillette attire son chien. Tous les tableaux de jeunes filles plus ou moins dénudée jouant avec leur chien s'appellent désormais des Gimblette.


Merci à Dialogues croisés pour l'envoi de ce livre



18 commentaires:

  1. je n'ai pas accroché au livre car j'ai trouvé qu'elle ne choisissait pas vraiment entre la bio et le roman, une biographie romancée ne me gêne pas à condition que ce soit clairement annoncé
    par contre ton article m'a séduit totalement !

    RépondreSupprimer
  2. Pas particulièrement sensible à cette peinture non plus mais comme Dominique, un grand plaisir à lire ( et regarder ) ton billet.

    RépondreSupprimer
  3. Quel plaisir à la lecture de ce billet si riche d'informations et d'illustrations.
    Le jaune éclatant de Fragonard mérite bien d'être porté au pinacle. Je n'y avait pas vraiment prêté attention auparavant, merci pour ce coup de projecteur éclairant.
    Les coquineries de Boucher sont amusantes, mais la Gimblette de Fragonard m'a toujours paru un brin suspecte. Je lui préfère de loin l'érotisme en suspens du Verrou.

    RépondreSupprimer
  4. @ Dominique : Merci! Comme toi ce flou entre biographie et roman m'a gênée. C'est vrai que moi aussi je n'ai rien contre un bio romancée mais là on ne sait jamais si ce qu'elle affirme s'appuie sur des faits établis. Ceci dit j'ai fini par y entrer et m'intéresser à l'histoire.

    RépondreSupprimer
  5. @ Emmyne : oui, ce n'est pas un genre de peinture que j'aime mais il faut reconnaître que Fragonard a une belle palette et un dessin très sûr.

    RépondreSupprimer
  6. @ Tilia : et oui le splendide jaune Fragonard. Il vaut bien ton magnifique rouge de Mars!

    RépondreSupprimer
  7. Ton billet est extrêmement intéressant à lire et très complet, comme toujours !
    Merci d'avoir partagé cette découverte avec nous.

    RépondreSupprimer
  8. @ Calypso: non merci à toi pour ce beau challenge!

    RépondreSupprimer
  9. merci pour ce très beau billet, je me suis régalée ! Une bio romancée, ça ne me gêne pas mais encore faut-il maitriser le sujet pour faire la différence ! tu m'as appris bien des choses, merci !

    RépondreSupprimer
  10. @ jeneen : Et moi aussi j'ai appris beaucoup de choses avec ce livre. Sophie Chaveau domine amplement son sujet et parle très bien de la peinture. Seulement comme le dit Dominique il faut préciser si c'est un roman ou une biographie.

    RépondreSupprimer
  11. On en apprend des choses avec ton billet, je ne connaissais rien du tout au peintre Fragonard, a part que j'aime sa lectrice (mais le reste moins) Je n'ai jamais rien lu de Sophie Chaveau non plus, pas même "Sa passion Lippi" que j'ai beaucoup vu sur les blogs... Tout comme Tilia, la Gimblette me semble un peu douteuse... Mais je suppose que l'époque permettait cela...

    RépondreSupprimer
  12. J'aime beaucoup Fragonard, je tenterais bien l'aventure...

    RépondreSupprimer
  13. Quel magnifique billet! Il est vraiment très agréable à lire et regarder!
    Je connais assez peu Fragonard, mais j'aime beaucoup l'ambiance de ses peintures, ainsi que celles de Watteau : ces fêtes galantes, pour feindre d'ignorer l'orage approchant, ce style rococo, cet érotisme, etc. me séduisent, en amatrice du 18e siècle littéraire libertin.
    Je note donc sans hésitation ce titre, si j'ai l'occasion de le trouver un de ces jours.

    RépondreSupprimer
  14. @ L'or : Oui, l'époque est libertine, les aristocrates aiment l'érotisme, le luxe, les fêtes. On dirait que tous ces privilégiés cherchent à s'étourdir, à profiter encore un peu de ce monde qui va finir avec la révolution.

    RépondreSupprimer
  15. @ Hélène : Si tu aimes la peinture et le XVIII siècle ce livre peut te plaire.

    RépondreSupprimer
  16. @ Minou : Si tu aimes cette époque et ce style de peinture, n'hésite pas , le livre est pour toi!

    RépondreSupprimer
  17. Je n'aimais pas trop Fragonard avant de voir l'exposition qui lui a été consacré au musée Jacquemard andré, ton billet si riche me donne envie de creuser plus car cela a l'air passionnant. Merci pour ce partage

    RépondreSupprimer
  18. C'est vrai que voir une exposition rétrospective permet de mieux comprendre un peintre et de le juger moins superficiellement. Lira sa bio a été intéressant aussi pour cela!

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.