mardi 21 janvier 2014

Fernando Pessoa : Le gardeur de troupeaux ( Le pasteur amoureux et je suis un gardeur de troupeaux)


Fernando Pessoa de Almada Negreiros, 1954

Le jeu de la poésie continue sur facebook :
" L'idée est d'occuper Facebook en poésie. Quelqu'un vous attribue un(e) poète et vous partagez son texte comme suit. Chaque personne qui cliquera qu'elle aime ce statut se verra attribuer en retour un(e) poète par vos soins, poète dont vous partagerez un poème sur votre propre mur Facebook. "
Aifelle m'a proposé Fernando Pessoa :

Fernando António Nogueira Pessoa est un écrivain, critique, polémiste et poète portugais . Né le 13 juin 1888 à Lisbonne, ville où il meurt des suites de son alcoolisme le 30 novembre 1935, il a vécu une partie de son enfance en Afrique du Sud.


Pessoa a créé une œuvre poétique multiple et complexe sous différents hétéronymes en sus de son propre nom. un hétéronyme est un pseudonyme utilisé par un écrivain pour incarner un auteur fictif, possédant une vie propre imaginaire et un style littéraire particulier. :
  • Alberto Careio qui incarne la nature et la sagesse païenne;
  • Ricardo Reis, l'épicurisme à la manière d'Horace;
  • Alvaro de Campos  le « modernisme » et la désillusion;
  • Bernardo Soares, modeste employé de bureau à la vie insignifiante s'il n'était l'auteur du  Livre de l'intranquillité
  • Alii (soixante-douze en incluant les simples pseudonymes)
Ces grands hétéronymes littéraires auront une telle force, seront à l'origine d'une création littéraire si unique que l'auteur leur trouvera même à chacun une biographie justifiant leurs différences. Fernando Pessoa deviendra « le cas Pessoa » pour grand nombre d'intellectuels, de critiques, de littérateurs, de simples lecteurs. (source Wikipedia)
« Nombreux sont ceux qui vivent en nous ;
Si je pense, si je ressens, j’ignore
Qui est celui qui pense, qui ressen
t.

Je suis seulement le lieu
Où l’on pense, où l’on ressent.. »
 
Le berger : Julien Dupré

Le pasteur amoureux 


L’amour est une compagnie.
Je ne peux plus aller seul par les chemins,
parce que je ne peux plus aller seul nulle part.
Une pensée visible fait que je vais plus vite
et que je vois bien moins, tout en me donnant envie
de tout voir.
Il n’est jusqu’à son absence qui ne me tienne compagnie.
Et je l’aime tant que je ne sais comment la désirer.
Si je ne la vois pas, je l’imagine et je suis fort comme
les arbres hauts.
Mais si je la vois je tremble, et je ne sais de quoi se
compose ce que j’éprouve en son absence.
Je suis tout entier une force qui m’abandonne.
Toute la réalité me regarde ainsi qu’un tournesol dont le
coeur serait son visage.




Maurice Hagemans, Berger et son troupeau.



Je suis un gardeur de troupeaux.

Je suis un gardeur de troupeaux.
Le troupeau ce sont mes pensées
et mes pensées sont toutes des sensations.
Je pense avec les yeux et avec les oreilles
et avec les mains et avec les pieds
et avec le nez et avec la bouche.

Penser une fleur c'est la voir et la respirer
et manger un fruit c'est en savoir le sens.

C'est pourquoi lorsque par un jour de chaleur
je me sens triste d'en jouir à ce point,
et couche de tout mon long dans l'herbe,
et ferme mes yeux brûlants,
je sens tout mon corps couché dans la réalité,
je sais la vérité et je suis heureux.

6 commentaires:

  1. Tu me donnes envie d'aller voir Pessoa le poète de plus près ..

    RépondreSupprimer
  2. Pessoa et ses multiples personnalités! C'est assez étonnant!

    RépondreSupprimer
  3. je connais mal la poésie, merci pour cette belle découverte!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis heureuse que tu aies aimé! Pessoa est un grand poète et le recueil Le gardeur de troupeaux, une mine inépuisalbe!

      Supprimer
  4. La poésie pastorale de ce billet m'enchante !
    Grand merci, ClaudiaLucia pour la découverte d'Almada Negreiros

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.