dimanche 28 août 2011

Saint-John Perse : A présent je vais seul…

Saint John Perse


A présent laissez-moi, je vais seul.

Je sortirai, car j'ai affaire : un insecte m'attend

pour traiter. Je me fais une joie

du gros oeil à facettes : anguleux, imprévu,

comme le fruit d'un cyprès.

Ou bien j'ai une alliance avec les pierres

veinées-bleu : et vous me laissez également,

assis, dans l'amitié de mes genoux.

Eloges XVIII 1908  Gallimard

2 commentaires:

  1. ce poème est bien obscur à comprendre, je crois qu'il va me falloir plusieurs lectures pour tenter d'entrevoir quelque chose (mais j'ai souvent ce problème avec ce poète!) Bon dimanche poétique

    RépondreSupprimer
  2. @ ogresse : je crois que c'est parce que l'on se laisse intimider par Saint John Perse qu'on a cette impression d'obscurité. Mais si tu le prends au premier degré, ce n'est rien d'autre que la vision d'un enfant qui part à la découverte des insectes et des pierres, un univers transfiguré par la poésie. Je le vois assis, replié sur lui-même, les genoux ramenés contre son thorax, la tête penchée vers ses précieux trésors.

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.