mercredi 8 octobre 2008

Automne : et que j’aime ô saison… Keats/Apollinaire/ Hugo/ Suketaka/ Shiki/ Prévert

Ce premier week end d'Octobre, j'étais là!



et là!


                                              Season of mists and mellow fruitfulness   Keats
    

 L'été a du mal à mourir. Pourtant, la Lozère commence à sentir l'automne avec ses lumières changeantes, ses arbres qui se couvrent peu à peu d'or et de rouille. Les feuilles du prunier et de l'osier tombent dans la mare du jardin. Le soir, le froid engourdit les doigts et le ciel a des couleurs d'orage. Alors, je suis partie sur les chemins des poètes :

Et que j'aime ô Saison ...

Et que j'aime ô saison que j'aime tes rumeurs   
Les fruits tombant sans qu'on les cueille   
Le vent et la forêt qui pleurent  
 Toutes les larmes en automne feuille à feuille  
                  Les feuilles  Qu'on foule                  
Un train 
                  qui roule                 
                            La vie                                                                        
                             S'écoule.                                     

                            Guillaume Apollinaire


 

L'aube est moins claire, l'air moins chaud, le ciel moins pur.

Le soir brumeux ternit les astres de l'azur.

                                                                                                            Victor Hugo




Sur une branche morte

Sur une branche morte

Un corbeau s'est posé


Soir d'automne.     

                   Matsuo  Bashô


  Il pleut des feuilles jaunes

            Il pleut des feuilles jaunes
Il pleut des feuilles rouges
L'été va s'endormir
Et l'hiver va venir
Sur la pointe de ses souliers gelés.

Un oiseau chanta -

tomba au sol
une baie rouge
                     

 


Est-ce la pluie Que j'entends?

Est-ce la pluie Que j'entends? Ce sont les feuilles

   Qui tombent.

Comme s'il pleuvait


mes manches sont mouillées de larmes.            


  Fujiwara no Suketaka



Un oiseau chanta -
tomba au sol
une baie rouge


Shiki
                                                                                  
                    
Car chaque fois les feuilles mortes

Car chaque fois les feuilles mortes

Te rappellent à mon souvenir


Jour après jour les amours mortes


N’en finissent pas de mourir

   
             Jacques Prévert

 

                                                                  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.