jeudi 5 mars 2009

Alexander McCall Smith : Mma Ramostwe, la première femme détective du Bostwana et d’Afrique!

Mma Ramostwe, c'est cette femme née de l'imagination d'Alexander McCall Smith, écrivain britannique né au Zimbabwe, qui ouvre la première (et la seule!) agence de détective du Bostwana dans la capitale de Gaborone.
Je viens de lire les trois premiers livres de la série : Mma Ramotswe détective; Les larmes de la girafe; vagues à l'âme au Bostwana.... et ma foi! je me suis laissée prendre par le charme et la fraîcheur de ces histoires qui ont surtout pour but de nous faire découvrir un pays, des coutumes et des mentalités.
Surprenant, ces romans qui vont à l'encontre de toutes les modes! Amateurs de récits violents, de psychopathes en série, vous serez déçus! Car Mma Ramostwe traite d'affaires bien ordinaires, de femmes ou de maris trompées, de pères qui exploitent leurs filles, par exemple. Ses enquêtes font penser parfois aux contes traditionnels africains où tout peut être résolu par le bon sens, l'observation, l'intuition et la bonne volonté. Parfois aussi, Precious Ratmostwe emploie des méthodes peu orthodoxes pour résoudre le problème,tout ceci narré avec humour et légèreté.
514m62vg42l_sl500_ss75_.1236266768.jpgLe  ton malicieux qui ne manque pas d'attrait est un des atouts du roman. Ainsi la grosse Mma Ratmoswe s'énorgueillit d'avoir une constitution traditionnelle africaine. Pour elle, être gros est un signe de bonne santé. C'est pourquoi, elle fait des reproches à la femme de ménage de son fiancé Mr JLB Matekoni :
Si vous le nourrissez aussi bien que vous le dites, pourquoi est-il si maigre? Quand on prend bien soin d'un homme, il engraisse. C'est comme avec le bétail. Tout le monde sait cela.
Les discussions philosophiques ou littéraires, autour d'un thé rouge, de la détective et de sa secrétaire sont souvent amusantes :
Cette Mma Bovary est bien bête! Les hommes ternes  font de très bons maris! Ils restent toujours loyaux et il n'y pas de risques qu'ils partent avec une autre.
Les personnages issus de milieu populaire sont attachants avec leur naïveté, leur bonté, leur désir de garder intacte l'âme de l'Afrique, de se préserver du matérialisme, de l'individualisme et de l'égoïsme du monde industrialisé.
Les rapports sociaux entre les gens de milieu modeste sont faits de fraternité et de solidarité : tel le fiancé de Mma Ratmostwe, Mr J.L.B. Matekoni, garagiste au grand coeur, qui ne peut résister lorsque la directrice de la ferme des orphelins le sollicite; ou encore Précious Ramotswe qui ne cesse d'accorder des promotions à sa secrétaire au lieu de la renvoyer, son agence étant au bord de la faillite.
Pourtant sous cette légèreté apparente apparaissent les réalités du pays et ses difficultés,  la pauvreté qui poussent les hommes à l'exil :
Nous faisons ainsi connaissance du père de Precious qui a travaillé dans les mines de 61oz4i1ywil_sl500_ss75_.1236266835.jpgdiamants en Afrique du Sud soumis à l'exploitation la plus totale, à des conditions de travail dangereuses, en butte au racisme des contremaîtres blancs; Il a économisé toute sa vie pour acheter un troupeau qui constituera l'héritage de sa fille et lui permettra de créer son agence. Il meurt les poumons ravagés par la poussière des mines.
Il y est question aussi de la condition de la femme que l'ardente Précious Ratmostwe défend avec véhémence même si des changements se font sentir dans le Boswana. Mma Ratmostwe a été élevée par un tante qui a voulu qu'elle soit instruite :
Il existait un parti politique auquel les femmes pouvaient adhérer, même si quelques hommes regardaient cela d'un mauvais oeil, estimant que c'était chercher des ennuis. Les femmes commençaient à parler entre elles de leur condition. Aucune ne remettant en cause l'autorité masculine...
Et certes la vie n'est pas facile pour elles : la tante de Precious a été répudiée par son mari parce qu'elle était stérile et est méprisée par les propres femmes de sa famille
Elles l'avaient traitée avec mépris parce qu'une femme abandonnée par son mari méritait presque toujours son sort.
Mma Ramotswe, veuve maintenant, a épousé un musicien alcoolique qui la battait; sa secrétaire, la brillante Mma Makutsi, sortie première de son école, n'a pu trouver de travail chez les employeurs masculins parce qu'elle était laide.
Et puis il y a aussi les difficultés inhérentes au pays comme la sècheresse. Le manque de pluie peut ruiner des exploitations tournées vers l'élevage :
Il semblait que les pluies seraient bonnes cette année, un bienfait pour lequel on priait tous. Pluies abondantes étaient synonymes d'estomacs pleins, tandis que sècheresse signifiait vaches maigres et faibles récoltes
Enfin on ne peut rester insensible à la description des paysages et à leur beauté :
Elle allait atteindre l'embranchement pour Mochudi, là où la route commençait sa descente douce vers la source du Limpopo, lorsque le soleil entama sa course au-dessus des plaines. L'espace de quelques minutes, le monde baigna dans des tons vibrants de jaune et d'or : les Kopje (collines), la panoplie des cimes des arbres, l'herbe sèche de la saison passée, au bord de la route, la poussière elle-même... Le soleil, grosse boule rouge, sembla tout d'abord suspendu à l'horizon puis il se libéra et prit son envol sur l'Afrique. Alors revinrent les couleurs naturelles du jour et Mma Ramotswe aperçut au loin les toits familiers de son enfance, et les ânes au bord de la route, et les maisons dispersées çà et là parmi les arbres.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.