mardi 4 mai 2010

C.J Box : Meurtres en bleu marine




De C. J Box, j'avais bien aimé Détonations rapprochées, qui racontait la première enquête de Joe Pickett, un héros récurrent, sympathique garde-chasse dans le Wyoming. Mais Meurtres en bleu marine ne fait pas partie de la série.
Ce thriller se déroule dans le Nord de l'Idaho, région qui attire, semble-t-il, irrésistiblement les policiers de Los Angeles qui viennent s'y installer pour vivre paisiblement une retraite bien méritée. Oui, mais, parmi eux, tous ne sont pas là pour couler des jours paisibles! Le titre Meurtres en bleu marine (référence à la couleur de l'uniforme) est là pour en témoigner.  C'est ce que va découvrir Annie Taylor (12 ans) quand, en colère contre sa mère Monica qui a encore fait venir un de ses  amants chez elle, elle  amène son petit frère  William à la pêche.  Au bord de la rivière, les deux enfants assistent au meurtre d'un homme abattu à coups de pistolet et sont repérés par les meurtriers. Une chasse à l'enfant commence et nous réserve de nombreux moments de suspense. Pour leur venir en aide, Jess Rawlins, un rancher qui a tout raté dans sa vie, Jim Hearne, un banquier qui a bien des choses à se reprocher, et Villatoro, un latino, policier à la retraite, intègre, qui  n'arrive pas à décrocher, forment un trio dévoué.
Sauf à quelques moments où je me suis sentie peu concernée, le livre se lit avec plaisir. L'histoire n'est pas sans rappeler La nuit du chasseur, toutes proportions gardées avec l'immense chef d'oeuvre de Laughton : une mère coupable, la poursuite d'enfants innocents mais matures, l'adulte salvateur qui les prend sous sa protection. Mais, si le roman ne se situe pas au même niveau que le film, il est bien écrit et C.J Box a une maîtrise incontestable dans l'art du suspense.
Ce qui m'a choquée, cependant,  dans ce livre, c'est la justification de l'auto-défense, le recours normalisé à la violence,  aux armes à feu.  Puisque les "méchants" sont des flics, quoi de plus naturel, en effet, que de tuer  soi-même les meurtriers! Le poor lonesome cow boy, Jess Rawlins, au demeurant très sympathique, a une armoire pleine d'armes à feu et n'hésite pas à s'en servir.  Le seul pacifiste, Villatoro, se sent honteux et lâche de ne pas s'être battu. Heureusement, il va pouvoir se "rattraper" selon le mot de Rawlins en prenant une arme pour abattre les bandits. Que cela soit pour la bonne cause ne me dérange pas moins! On pense à Michael Moore et son Bowling for Columbine.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.