mercredi 21 juillet 2010

Festival off d’Avignon 2010 : Spartacus, théâtre la Licorne

Spartacus par le théâtre de La Licorne : le lion et le gladiateur

C'est une pièce un peu hors norme que je suis allée voir l'autre soir à Villeneuve-Lez-Avignon sur la colline des Mourgues. Et d'abord, au milieu des pins, un lieu plein de charme* qui domine la vieille cité avec ses remparts, ses toits de tuiles qui s'étagent jusqu'aux tours du Fort Saint André. Ensuite, le décor dans lequel va se dérouler la tragique histoire de Spartacus, une structure de métal qui reproduit un cirque romain, avec sa piste ovale, son arène où vont avoir lieu devant la plèbe assoiffée de sang (nous, les spectateurs!) de féroces combats de gladiateurs et des courses de chars miniatures. Nous sommes transportés à l'ère romaine et nous assistons au spectacle du théâtre La Licorne dirigé par Claire Dancoisne où l'objet animé, créé à partir de bouts de ferraille, de plaque métallique, de papier mâché, de cartons, est au centre de la magie théâtrale.

Les gladiateurs, de frêles créatures de métal manipulés à vue par des comédiens qui incarnent leur double humain, affrontent courageusement des ennemis d'une taille gigantesque, monstrueux éléphant construit avec toutes sortes de pièces de récupération, lion dont le masque d'acier à la mâchoire redoutable s'apprête à se refermer sur la victime et dont l'échine formé par le corps souple de deux comédiens imite à se méprendre la démarche sinueuse du félin. Au-dessus deux sur la tribune, dominant les jeux, l'empereur et son général,  interprétés par des chanteurs lyriques, commentent  la scène comme un opéra tragique.


Nous sommes projetés au milieu de combats  d'une violence inouïe où l'homme est sacrifié à la folie meurtrière de la foule. Les jeux de lumière crus, le bruitage, les enregistrement des cris des spectateurs réclamant la mise à mort, la démesure des comédiens-esclaves au corps maculé de sang, zébré de cicatrices qui, dans leur révolte, escaladent la structure métallique, montent à l'assaut des spectateurs, nous plongent dans une illusion parfaite. L'apparition toujours renouvelée d'objets extraordinaires comme ces pieds coupés défilant sur un tapis roulant, image de l'armée des esclaves en marche et, plus tard, après leur défaite, du massacre perpétré par l'armée romaine, concourt à la magie de cette mise en scène inventive qui, de plus, ne manque pas d'humour. Je pense aux comédiens qui aspergent la marionnette du gladiateur tombé au combat avec une éponge pleine de "sang", à cet échafaudage  échevelé qui figure le Vésuve, ou au bain de l'empereur et de son général dans des baignoires assez improblables, à la mouche-objet articulée, noyée dans le bain par un esclave opprimé qui exerce sa puissance sur ...  la seule créature plus faible que lui!
Un beau spectacle donc, malgré un fléchissement du rythme au cours de la pièce, intéressant, riche, et qui fait appel à notre imaginaire.  A voir en famille à partir de six ans.

Théâtre La Licorne
Spartacus  22H
Jusqu'au 23 Juillet (relâche le 20)
Réservation : 04 32 75 15 95
Villeneuve-lez-Avignon
Colline des Mourgues

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.