dimanche 26 juin 2011

Clément Marot : Epigramme de moi-même



Clément Marot par Corneille de Lyon

Après Charles d'Orléans (1394-1465), je continue à remonter le temps avec Clément Marot, (1496-1544), poète officiel de François Ier.

Je ne suis plus ce que j’ai été

Et je ne le saurais jamais être,

Mon beau printemps et mon été

Ont fait le saut par la fenêtre.
 
Amour, tu as été mon maître,

Je t’ai servi sur tous les dieux.

Ah, si je pouvais deux fois naître,

Comme je te servirais mieux !
Clément Marot


Les compagnons troubadours de Bookworm

8 commentaires:

  1. Un admirable portrait et un épigramme à sa mesure, que voilà donc un beau billet pour un beau dimanche !

    Merci pour la découverte de Clément Marot, je sens que je vais me pencher sur son cas ;-)

    RépondreSupprimer
  2. méconnu, oublié...
    à redécouvrir

    RépondreSupprimer
  3. Tiens! mon commentaire n'est pas passé!
    je le réécris:
    j'aime beaucoup la simplicité de Clément Marot, l'accessibilité de ces textes de la Renaissance qui nous parlent sans avoir vieilli. Même réflexion pour Boccace dont je me délecte actuellement quoique, Boccace c'est encore le Moyen âge!

    RépondreSupprimer
  4. Très beau poème de ce poète dont on ne parle pas assez, bonne idée de le mettre à l'honneur :)

    RépondreSupprimer
  5. @ Tilia :Je suis comme toi admirative de ce portrait; Je le trouve moderne.

    RépondreSupprimer
  6. @ lystig : il est un temps où on l'étudiait obligatoirement en classe de seconde comme toute la littérature du XVIème.

    RépondreSupprimer
  7. @ miriam : j'aime Boccace aussi et tout le XVIème siècle.

    RépondreSupprimer
  8. @ Aymeline : heureuse qu'il t'ait plu!

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.