dimanche 12 juin 2011

Mary Elizabeth Braddon : Sur les traces du serpent


Mary Elizabeth Braddon fut un des écrivains les plus célèbres de son époque et si elle a été un peu oubliée par la suite, il semble qu'elle connaisse un renouveau d'intérêt. En témoigne le grand nombre d'articles qui lui est consacré dans le cadre du challenge English classics et qui la place en tête devant de grands auteurs comme Dickens ou Hardy et même Austen!
Pour moi qui ne la connaissais absolument pas alors que je fréquente la littérature victorienne depuis longtemps, j'étais un peu sceptique en ouvrant le premier livre que je lisais d'elle : Sur les traces du serpent. Je savais qu'elle était considérée comme l'inventeur du "sensationnal novel" et je pensais découvrir dans les pages de ce roman toutes sortes de situations rocambolesques plus ou moins crédibles, ce en quoi je n'ai pas été déçue! Par contre, je ne m'attendais pas à la hardiesse du ton, la vivacité du regard qu'elle porte sur la société et l'humour dont elle fait preuve.
Car le moins que l'on puisse dire, c'est que Mary E. Braddon ne manque pas d'imagination, on peut même affirmer à ce propos que c'est un Wilkie Collins multiplié par dix : enfant prodigue qui revient au bercail, assassinat sordide, innocent injustement accusé, méchant le plus noir de la littérature, fille séduite qui se suicide, enfants abandonnés qui découvrent le mystère de leur naissance, femme jalouse prête à tuer son bien aimé infidèle, morts qui ne le sont pas, empoisonnement, incarcération, évasion... Nous allons de surprises en surprises, de rebondissements en rebondissements.
L'écrivain sait utiliser les codes du roman à suspense, du roman noir, du roman policier (comment appeler ce type d'ouvrage car il est tout à la fois!) et en même temps s'en jouer, se moquant bien que son lecteur la suive sur ce terrain ou pas : ainsi Richard Marwood, le beau et malheureux jeune homme qui va être accusé injustement de l'assassinat de son oncle, utilise la lettre qui aurait pu l'innocenter pour allumer sa pipe. De même quand Jabez North, "le serpent", odieux, cruel et ambitieux, va apprendre le secret de sa filiation, l'écrivain ironise sur le fait que comme dans tout bon roman le héros va se découvrir fils de prince; en fait, il est fils de marquis!
Elle est aussi la première, nous dit-on, à inventer le personnage du détective qui s'appuie sur des observations et des faits concrets et se fie à son intuition pour découvrir le vrai coupable. Elle donne, ici, ce rôle à un muet, M. Peters, que tout le monde croit sourd! Très pratique quand on est détective; il suffit de  laisser traîner ses oreilles! Il est secondé par un drôle de petit bonhomme, son fils adoptif, qui a quelque chose du Gavroche de Victor Hugo ou du Pip de Dickens. Car l'écrivain a un don pour mettre en scène et faire vivre des personnages du peuple pris sur le vif. Elle a un art du portrait satirique plein de saveur et elle excelle, par exemple, dans la description des amis de Richard Marwood, la bande des joyeux Cherokees, qui aiment bien la bonne chère et n'hésitent pas à lever le coude un peu plus qu'il ne le faudrait!
Elle épingle aussi au passage les petits et les grands travers de sa société et dénonce avec beaucoup de vigueur, lorsque son héros s'enfonce dans les quartiers pauvres de la ville, la misère totale du peuple face à l'indifférence des nantis.
Un vrai plaisir de découverte!



2 commentaires:

  1. oui, je sais, c'est un vieux billet mais je cherche à lire ce livre depuis longtemps et paf...je vois le petit logo du challenge terminé, et me voilà !
    J'ai lu tes 3 autres billets, je crois que cette auteure va me plaire...je reviendrai lire ce billet -ci quand j'aurai (enfin) trouvé le livre.
    biz

    RépondreSupprimer
  2. Hélas! je crois que je n'ai pas celui-ci à la maison, il me semble que je l'aie pris à la bibliothèque. Par contre, j'en ai d'autres qui sont à moi et, si tu ne les as pas lus je les fais voyager! je vais vérifier!

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.