lundi 13 juin 2011

Tiziano Scarpa : Venise est un poisson

 

Venise est un poisson de Tiziano Scarpa! Voilà déjà un moment que je regardais avec envie du côté de ce diable de petit livre mais je savais que si je le lisais, je serais tellement imprégnée par la ville que la nostalgie naîtrait! Et bien voilà! C'est fait! Quand je vous le disais qu'il était diabolique, ce Tiziano Scarpa!
Venise est un poisson se présente comme un guide de la ville mais un guide qui vous dit "Tu", qui vous prend par la main pour vous éloigner des sentiers battus, pour partir à la découverte d'une Venise qui n'est pas celle des touristes. Et pour cause! Tiziano Scarpa ( s'appeler Tiziano quand on est vénitien, avouez que c'est savoureux!)  raconte sa ville, celle de son enfance et de ses jeux, de son adolescence et de ses premiers émois amoureux, celle aussi des adultes qui n'est pas toujours facile à vivre. Il  donne ainsi les clefs pour mieux la comprendre, pour la voir avec des yeux neufs. Certes, il ne vous dit pas tout car il trouve bon de garder pour lui les petits coins discrets et authentiques de sa chère cité mais si vous faites un effort...  car Venise, la vraie, l'intime, se mérite!
Mais Venise est un poisson est bien autre chose qu'un guide! C'est aussi une invitation au voyage qui fait appel à tous vos sens. On y apprend que si l'on voit avec les yeux (méfiez-vous de la beauté radio-active de Venise qui risque de vous terrasser, du sublime qui ruisselle à flots des églises), on peut y "voir" aussi avec les pieds, les mains, les oreilles, la bouche, le nez...
On y entend le silence et le fracas de Venise, cette ville totémique habitée par des milliers d'allégories en chair et en os,du poil, des plumes, des palmes, des bestiaires symboliques, des animaux vivants plus chimériques que les lions de pierre. On y sent "la puanteur chronique" des canaux dont chacun a une odeur caractéristique. Et puis, on ne peut s'empêcher de la toucher, Venise : Tu l'effleures, la caresses, lui donnes des chiquenaudes, la pinces, la palpes. Tu mets les mains sur Venise.
Enfin, Venise est un poisson, c'est une langue belle, concrète, sensuelle, une langue évocatrice et riche, pleine d'humour aussi, qui sait faire voir, faire sentir, qui sait décrire la rugosité des pavés sous votre pied, le roulis du bateau sous vos jambes, la saveur des mots vénitiens qui roulent sous votre langue ou celle des rouleaux d'anchois, des pattes de crabe, des olives d'Ascoli qui fondent dans votre bouche. Un style qui rend sensible la profusion, le foisonnement, la luxuriance de cette ville hors du temps, un style qui rappelle l'étourdissement, le vertige qui s'emparent de vous, visiteur subjugué par la Serenissime : Tu es prise  à coups de façades, giflée, malmenée par la beauté. N'aggrave pas ton cas et cesse de courir derrière des statues et des peintures.. Et enfin la poésie est là qui surgit par exemple au détour d'une description visionnaire, celle de Venise bâtie sur pilotis : Les Vénitiens ont enfoncé dans la lagune des centaines de milliers et des millions de pieux... Tu es en train de marcher sur une immense forêt renversée, tu es en train de te promener sur un incroyable bois à l'envers.

Merci à Dialogues Croisés et aux éditions Christian Bourgois



3 commentaires:

  1. À noter si l'on veut aller à Venise si je comprends bien (ou si on y a déjà été pour rêvasser un peu).

    RépondreSupprimer
  2. @ nathalie : Oui, je suis déjà allée plusieurs fois à Venise et c'est agréable de lire ce livre quand on est chez soi et de l'emporter quand on y va. C'est ce que j'ai fait!

    RépondreSupprimer
  3. Un texte que j'ai écrit l'an dernier s'y rapporte aussi ( voir http://ecritscrisdotcom.wordpress.com/2012/07/13/venise-deserte-en-sa-nuit-tiede-rc/ )...

    ----

    D’anciennes façades décrépies sont comme tachées,
    Une végétation touffue croise ses bras verts pour cacher
    Une grille que nul , depuis longtemps, n’a fréquentée
    Scellée par la rouille, et dont personne n’a la clef

    La fontaine est muette, l’eau ne chante plus sous le tilleul,
    La vasque est presque remplie de feuilles en deuil,
    Et de papiers, qui se soulèvent avec le vent
    La place, désertée par l’été et les gens

    On ne comprend pas où mènent ces escaliers
    Qui s’élancent, puis, s’arrêtent par paliers
    Vers une tour en partie détruite
    Et que plus personne n’habite

    La nuit est tombée, accompagnée par la lune
    L’humidité s’étale, de la proche lagune
    Le satellite, se double d’un halo
    Qui se mire dans les flots

    Du canal, aux reflets de vagues molles
    Venant lécher de noires gondoles
    Echouées, là, de biais, elles ont perdu leur emphase
    Embarcations envahies par la vase…

    De pâles lueurs tremblotent derrière les vitraux de l’église
    Dans ce quartier un peu à l’écart, de Venise,
    De briques et de marbres, les palais ont les pieds fourbus
    Les murs qui s’écaillent, disent un prestige déchu.

    La madone sculptée, au nez rongé, est toujours dans sa niche
    Une fenêtre bouchée effeuille d’anciennes affiches
    Indiquant des saisons passées les fêtes du Grand canal
    Paillettes, danses et masques du carnaval…

    Tout est silence à part une gerbe d’étincelles
    D’une radio lointaine, parvient une tarentelle,
    Et la brise déplace doucement ses voiles,
    Dans un ciel de velours piqueté d’étoiles.

    Où se déplacent paresseusement quelques nuages
    Dont le zodiaque ne prend pas ombrage
    Même pas le verseau et Ganymède
    Toujours brillants dans la nuit tiède.

    -

    RC – 7 juillet 2012

    -

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.