lundi 25 juillet 2011

Alfred de Musset : On ne badine pas avec l'amour



 De qui est-ce? Ce petit jeu de l'été a été initié par  Mango et repris à sa demande dans mon blog.
Ce jeu de qui est-ce? - juste pour le fun- consiste tout simplement à retrouver l'auteur et le titre du roman célèbre dont je présente un extrait. Vous pouvez donner vos réponses par mail (que vous trouverez dans mon profil) et me laisser des indices dans les commentaires sans révéler l'auteur, indices qui me permettront de savoir si vous avez vu juste et d'aider ceux qui ne savent pas.

Nouvelle énigme

 Extrait d'un roman du XIXième siècle. Le passage montre une jeune garçon en train de traverser une rivière de nuit.
Il fit bien de s'arrêter, car le trou se creusait toujours, et il en avait jusqu'aux épaules. L'eau était froide, et il resta un moment à se demander s'il reviendrait sur ses pas; car la lumière lui paraissait avoir changé de place, et mêmement il la vit remuer, courir, sautiller, repasser d''un rive à l'autre, et finalement se montrer double en se mirant dans l'eau, où elle se tenait comme un oiseau qui se balance sur ses ailes, et en faisant entendre un petit bruit de grésillement comme ferait une pétrole de résine.
Cette (..) il eut peur et faillit perdre la tête, et il avait ouï dire qu'il n'y a rien de plus abusif et de plus méchant que ce feu-là; qu'il se faisait un jeu d'égarer ceux qui le regardent et le les conduire au plus creux des eaux, tout en riant à sa manière et en se moquant de leur angoisse.
(..) Il ferma les yeux pour ne point le voir, et se retournant vivement, à tout risque, il sortit du trou, et se retrouva au rivage. Il se jeta alors sur l'herbe, et regarda le follet qui poursuivait sa danse et son rire. c'était vraiment une vilaine chose à voir.
 

Réponse à l'énigme de samedi


Oui, c'est On ne badine pas avec l'amour d'Alfred de Musset et bravo à Aifelle, Wens  et Lystig qui ont trouvé!

En 1834 Alfred de Musset quitte Venise seul après le drame de la rupture avec George Sand quand elle l'abandonne et part avec le médecin Pagello . Commence alors une correspondance amicale « plus ardente que l’amour »  entre les deux amants séparés, où Musset informe qu’il projette d’écrire leur histoire, « de bâtir un autel, fût-ce avec ses os » à George, qui sera le futur Confession d'un enfant du siècle. Mais François Buloz, le directeur de  La Revue des deux Mondes qui fait une commande d’une comédie dans la continuité d’Un spectacle dans un fauteuil, laissant le poète désabusé, ne sachant même pas « comment lui faire une malheureuse comédie ». C’est donc sans enthousiasme qu’il commence l’écriture d’On ne badine pas avec l’amour, finissant deux mois plus tard, pour enfin se tourner vers le projet de son roman.    Histoire de la pièce : Wikipédia

Perdican et Camille s'aiment  mais la jeune fille  qui sort du couvent refuse l'amour, parce que, dit-elle, une soeur  lui a expliqué combien les hommes sont fourbes et infidèles. Perdican lui répond par cette réponse célèbre : Tous les hommes sont menteurs, inconstants, orgueilleux et lâches, méprisables et sensuels; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses et dépravées. 

Alfred de Musset a utilisé avec son autorisation  un passage d'une lettre de George Sand qu'il a repris tel quel : j'ai souffert souvent, je me suis trompé quelque fois, mais j'ai aimé. C'est moi qui ai vécu et non pas un être factice créé par mon orgueil et mon ennui.




9 commentaires:

  1. Je crois que j'ai trouvé, c'est un passage qui m'avait marqué dans ma jeunesse. Comme il est dans ma bibliothèque je vais aller vérifier.

    RépondreSupprimer
  2. @ Aifelle: tu aurais pu me glisser un petit indice...
    @ Claudia Lucia
    Par le style, Je crois reconnaître un auteur du centre de la France qui aimait beaucoup sa région...Mais je ne connais pas le titre!...je demanderai à Aurore...

    RépondreSupprimer
  3. Je l'ai relu il y a deux ou trois ans pour voir s'il tenait le choc d'une lecture plus "adulte". Et oui, il tient le choc, il n'est pas fade du tout .. et Wens, si tu lis le dernier paragraphe de Claudia sur le livre précédent, tu as l'auteur sur un plateau.

    RépondreSupprimer
  4. Merci aifelle, chaez ous on parle de petite "fada"

    RépondreSupprimer
  5. J'allais t'écrire que je ne trouvais pas mais évidemment la bonne âme de wens me permet de faire bonne figure d'autant plus que je l'ai lu avec plaisir: une belle histoire d'amitié et d'amour entre la petite et les bessons,
    ainsi qu'on les appelait aussi par là-bas si je me souviens bien! !

    RépondreSupprimer
  6. ça me dit qq chose
    je file vérifier

    je suis revenue :
    oui, il y en a même une qui en a fait son pseudo (je sais, trop fasssssssssss)

    @ Wens : je te laisse un message sur ton blog !

    RépondreSupprimer
  7. @ mango : oui, une belle histoire d'amour que j'avais lue quand j'étais enfant avec grand plaisir!

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.