samedi 2 juillet 2011

Joyce Carol Oates : Les mystères de Winterthurn


                            

Les mystères de Winterthurn de la grande romancière Joyce Carol Oates que l'on pourrait qualifier de roman noir gothique aborde un registre auquel je ne m'attendais pas  après avoir lu  Nous étions les Mulvaney bien ancrée dans la société américaine des années 1970.
Le livre est divisé en trois parties qui correspondent à trois énigmes, associées à des meurtres, résolues par le détective Xavier Kilgarvan :
          La vierge à la roseraie ou la tragédie du manoir Glen Mawr
          Le demi-arpent du diable ou le mystère du "cruel prétendant"
          La robe nuptiale tachée de sang ou la dernière affaire de Xavier Kilgarvan
Le fil directeur de ces trois récits est d'abord, bien sûr, Xavier Kilgarvan qui a seize ans au début du roman et les personnages récurrents  comme les deux cousines du jeune homme, Perdita et Thérèse Kilgarvan ainsi que les frères du héros; ensuite le lieu, le village de Winterthurn, et le genre, un mélange de réalisme lié au roman policier et de fantastique qui rappelle le roman gothique avec intervention du diable et de démons. L'intrigue se situe  à la fin du XIX ème siècle.
On peut lire cette oeuvre au premier degré, en tremblant, caché(e) sous sa couverture, fasciné(e)par les horreurs du manoir de Glen Mawr, terrifié(e) par les atrocités commises par le  "cruel prétendant" ou la robe couverte de sang de la belle et malheureuse Perdita.
Et puis, il y a le second degré : un humour sous-jacent au récit qui nous interpelle comme si l'auteur voulait attirer notre attention vers autre chose, vers un autre point de vue, d'autres centres d'intérêt, thèmes qui ne sont pas si éloignés, finalement, du roman que je citais plus haut : Le double visage d'un Juge, égoïste et incestueux dans le privé mais qui se prétend juste, sévère et impartial dans l'exercice de son métier et qui condamne à la pendaison une servante, séduite par son patron et jetée à la rue, parce que son bébé est mort de froid lors de l'accouchement. Un fils de famille coupable des pires atrocités, innocenté et libéré sous un fallacieux prétexte, mais en fait parce que les jeunes filles torturées et violées par lui ne sont après tout que des ouvrières d'usine. Calomnies, cruautés, vanités, superstitions, obscurantisme... Description d'une société bien-pensante et méprisante qui cache sous les aspects extérieurs de la vertu, les dépravations les plus totales. Même le pasteur n'est pas épargné, terminant en beauté (si j'ose dire!) la satire d'une société que l'auteur épingle d'un trait vigoureux, incisif.
diapo-1.1225560554.jpg 



4 commentaires:

  1. Superbe et terrible la photo d'Aurélia!

    RépondreSupprimer
  2. @ Gwen : elle donne bien l'atmosphère de ce roman de Joyce Carol Oates.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour
    J'ai trouvé votre blog car je cherche des explications sur ce beau livre, eh oui gothique ?, de JCO, lu il y a des années et refermé tout juste hier.
    Impression que JCO, excellent écrivain, non encore nobelisé, dommage, ne donne pas toutes les explications, et laisse les mystères (de Winterthun ou d'ailleurs) affleurer. Idem pour la "Légende de Bloodsmoor" : toutes ces irruptions du fantastique, ces démons meurtriers, qu'en est il ? JCO nous laisse comme dans la vie, il y a plein de choses qu'on ne comprend pas, et elles ne nous sont jamais expliquées. Dosage entre le rationnel, les faits (policie scientifique au XIXe etc.) et les possibles motivations d'ordre immanent, possessions, envoutements et autres gothiqueries.
    Alors, vous qui avez bien lu et aimé, et en faîtes part avec bonheur, ce beau livre, comment comprenez vous Xavier Kilvargan ? Il faut lire les toutes petites phrases, les interventions minimes de témoins, entre des lignes de pure action dévorante de suspense se glissent des détails certainement signifiants et non gratuits.
    Par ex, ce visage "ciselé, au profil de médaille" qui apparait à la servante Nell au cours d'une nuit de cauchemar de Perdita, ne pourrait il pas être celui du démon Xavier, versus ange, double véritable ou non de l'infâme Valentine ? Et l'enfant abandonné un soir de Noël celui des deux amants ayant depuis longtemps consommé leur union, pendant leurs transes amnésiques ? Ou bien est ce le père incestueux qui revient ? Les sables mouvants, comment s'en sort-il ? Etc etc. Merci d'éclairer ma lanterne, par courrier privé si vous voulez, merci, merci !!

    RépondreSupprimer
  4. @ Anonyme : J e suis bien incapable de vous répondre. D'abord parce que j'ai lu le livre il y a trop longtemps, 3 ans ou plus et je n'ai plus les détails en tête. (mon billet est paru en 2011 parce qu'il a été transféré d'un blog ancien.)Ensuite parce que ce qui m'a le plus intéressée c'est le deuxième degré, celui qui permet, sous couvert d'un roman gothique, de dénoncer une société qui n'a pas changé depuis le XIXème siècle, date où se situe l'action. Oates est un des écrivains le plus féroce envers les hypocrisies et les injustices du Pouvoir et des classes dominantes et sa plume acérée ne fait pas de cadeau. Vous avez raison de dire, aussi, que c'est un grand écrivain qui sait suggérer et ne dit pas tout. Elle donne ainsi du travail à son lecteur qui doit suppléer et se faire sa propre opinion.
    Désolée de ne pouvoir vous en dire plus!

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.