dimanche 24 juillet 2011

Paul Verlaine, Après trois ans


Ayant poussé la porte étroite qui chancelle,
Je me suis promené dans le petit jardin
Qu'éclairait doucement le soleil du matin,
Pailletant chaque fleur d'une humide étincelle.

Rien n'a changé. J'ai tout revu : l'humble tonnelle
De vigne folle avec les chaises de rotin...
Le jet d'eau fait toujours son murmure argentin
Et le vieux tremble sa plainte sempiternelle.

Les roses comme avant palpitent ; comme avant,
Les grands lys orgueilleux se balancent au vent,
Chaque alouette qui va et vient m'est connue.

Même j'ai retrouvé debout la Velléda,
Dont le plâtre s'écaille au bout de l'avenue,
- Grêle, parmi l'odeur fade du réséda.



Dimanche poétique

2 commentaires:

  1. Merci d'avoir ressorti ce poème un peu oublié. Un exemple parfait de vision poétique, où les exigences de la réalité n'ont pas leur place.

    Pour ma part, j'ai pu constater qu'un jardin abandonné durant trois ans n'a plus la même allure que du temps où des mains attentionnées venaient arracher les mauvaises herbes des allées, arroser lorsque c'était nécessaire et couper les roses fanées...

    RépondreSupprimer
  2. @ Tilia : je pense que c'est la nostalgie du passé qui idéalise le souvenir.

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.