vendredi 2 décembre 2011

Des mots une histoire : Pardon Baudelaire!

 Charles Baudelaire par Courbet

 Les mots imposés pour l’édition du jeu Des mots, une histoire dans le blog d'Olivia Désirs d'histoires sont  :
pilier – autocollant – mistral – défaillir – canot – photo – anthropomorphisme – gazelle – soupe-au-lait – sincère – assouvir – dormir – vent – souffler – bouilloire – désir – chaleur d’hiver – animalisme – douleur

La nature est un temple ou de vivants piliers
Laissent souvent passer de confuses paroles*

L'homme y passe, fantôme, errant et gémissant 
dans le vent froid soufflant la douleur des absents
Loin de là, sur la grève où la vague se cabre,
le mistral déchaînant sa fureur sur les flots
a brisé un canot, dispersé ses débris.
Mais lorsque la nature le berce dans ses bras
L'homme y peut assouvir son désir de dormir
Dans la chaleur d'hiver, la bouilloire gloussant,
Son chat au coin du feu, ronronnant doucement .
Sincère partisan d'un doux animalisme
il veut de la douleur prémunir la gazelle
sans antropomorphisme, avec amour, respect,
aimer les animaux, lui qui est soupe-au-lait
Se faire doux et humble ainsi qu'un nouveau-né
sourit sur la photo, béate insouciance.

* Pardon Baudelaire mais je n'ai pas réussi à placer autocollant!
Correspondances Les Fleurs du Mal


32 commentaires:

  1. Promenade au bord de la mer déchainée puis retour au coin du feu : deux images qui s'opposent mais qui vont si bien ensemble dans ce poème :-)

    RépondreSupprimer
  2. alors là chapeau ! faire un poème avec ces mots il fallait s'y coller et ce n'était pas facile !

    RépondreSupprimer
  3. @ Valentyne : obligée par les mots d'aller de l'un à l'autre! Merci de ta visite!

    RépondreSupprimer
  4. @ Lucie : Merci. Quels mots, en effet!!

    RépondreSupprimer
  5. Pourquoi Pardon Baudelaire ? tu crois qu'il aurait osé rimer avec anthropomorphisme ?

    RépondreSupprimer
  6. Tu n'as pas à t'excuser ! c'est magnifique et même les mots pas vraiment poétiues ne se sentent pas ! Tu as bien fait pour autocollant, là je ne sais pas si ça n'aurait pas détruit ce beau poème :) Et le tableau par Courbet est très beau !

    RépondreSupprimer
  7. Un super texte mais il faut avouer que j'ai eu plus de mal à placer autocollant que antropomorphisme!
    Bravo! J'aime beaucoup
    Amicalement
    Bisous
    Violette

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour,
    Beaudelaire ne t'en voudra pas... bel exercice, et une balade en bord de mer fortement agitée et bousculé par le vent, le repos devant la cheminée, on y est.
    Bonne journée
    @mitié

    RépondreSupprimer
  9. @ wens : autrement dit, tu crois que je suis plus courageuse que Baudelaire!!

    RépondreSupprimer
  10. @ Asphodèle : Pardon d'avoir osé plagier Baudelaire et d'avoir introduit des mots comme soupe-au-lait, animalisme etc ... Moi aussij'aime ce tableau de Courbet et la palette de couleurs.

    RépondreSupprimer
  11. @ Violette : C'est vrai que selon ce que l'on écrit autocollant ne passe pas! Pour un poème, en particulier! Mais il y en avait bien d'autres tout aussi difficiles.

    RépondreSupprimer
  12. @ Covix : Merci de m'accorder le pardon de Baudelaire! Il ne s'est donc pas retourné dans sa tombe!

    RépondreSupprimer
  13. J'aime ton poème qui nous transporte sur ton rivage de tempête. :-) Tu as bien fait de ne pas placer autocollant, il aurait juré avec ce si beau ramage. ;-) La première partie de ton poème m'a particulièrement transportée. :-)

    RépondreSupprimer
  14. Normal: des auto-collants, y' en avait pas du temps de Charles !
    Il t' en aurait pas voulu, je suis sûre que, quelque part, il avait le sens de l' humour...

    RépondreSupprimer
  15. Impressionnant.

    Je suis un admirateur de Baudelaire et j'ai retrouvé son rythme si particulier dans ton texte.

    Donc bravo et merci. Sincèrement.

    RépondreSupprimer
  16. @ Pierrot : mais c'est vrai ça! pas d'autocollants du temps de Baudelaire! Ouf! me voilà excusée!

    RépondreSupprimer
  17. @ ceriat : Merci romantique dame, tu aimes les plages battues par les tempêtes...

    RépondreSupprimer
  18. Merci Huluberlu. Moi aussi, comme toi, j'aime Baudelaire, c'est pourquoi je lui demande humblement pardon de l'avoir entraîné dans ce délire! sourire!

    RépondreSupprimer
  19. On se passe aisément d'autocollant. Quelle maîtrise. J'aime la bouilloire qui glousse et le mistral déchaînant les flots.

    RépondreSupprimer
  20. Bravo ! Me voilà une fois de plus béate d'admiration ! Et puis... je crois percevoir comme l'ombre du sourire de Charles B. :)

    RépondreSupprimer
  21. Jolie prouesse certains mots n'étaient pas si faciles

    RépondreSupprimer
  22. @ cagire : j'aime bien l'ombre du sourire de Baudelaire qui plane sur moi.

    RépondreSupprimer
  23. @ Jean-Charles : Oh! oui, des mots difficiles à placer.

    RépondreSupprimer
  24. bel hommage à Baudelaire, autocollant m'a donné aussi du fil à retordre alors je comprends tout à fait :)

    RépondreSupprimer
  25. @ aymeline ; en tous cas, on s'amuse!

    RépondreSupprimer
  26. Je suis bluffée! A chaque fois, je me dis "non, elle n'y arrivera pas... " Eh bien si! Trop forte Claudialucia! ;-)

    RépondreSupprimer
  27. Merci Gwen ! Moi aussi je me dis : "non mais je n'y arriverai pas!"

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.