mardi 21 février 2012

Geraldine Brooks : Le livre d'Hanna




Le livre d'Hanna de l'écrivain d'origine australienne Geraldine Brooks est passionnant. Ce roman nous amène en voyage dans des époques différentes, du présent au passé, à la découverte d'un manuscrit si précieux que des hommes ont risqué leur vie à travers les siècles pour le préserver.

Haggada de Sarajevo

En effet, bien que le roman Le livre d'Hanna soit une fiction, il a pour principal sujet un manuscrit hébreu bien connu sous le nom de Haggada de Sarajevo, livre de prières orné de magnifiques enluminures médiévales (XIV siècle) créé en Espagne à une époque où la croyance juive était opposée à toute iconographie, interdisant l'art figuratif.


Quand l'ouvrage fut découvert en Bosnie en 1894, ses pages de miniatures peintes mirent cette théorie à bas, et les textes d'histoire de l'art durent être réécrits.
Or, ce précieux document est sauvé à plusieurs reprises de la destruction :  une fois à Venise par un prêtre catholique travaillant pour les autodafés de l'Inquisition en 1609; une autre fois, en 1941, par un célèbre érudit islamique, Dervis Korkut, qui le soustrait au général nazi, Johan Hans Fortner, en le cachant dans la mosquée d'un village de montagne; puis pendant la guerre en 1992, à Sarajevo, où un bibliothécaire musulman, Enver Imamovic, l'arrache à la bibliothèque bombardée pour l'enfermer dans le coffre-fort d'une banque.
A partir de cette réalité historique, place à la fiction! Hanna, le personnage de Geraldine Brooks est spécialisée dans la restauration des manuscrits anciens, une des meilleures dans son métier.  Elle parle six langues couramment dont l'hébreu et elle est titulaire d'un diplôme d'histoire de la religion juive. Ceci explique qu'elle soit choisie pour restaurer la Haggada  que l'on vient de retrouver à  Sarajevo en 1996 et qui a souffert de son séjour dans un coffre métallique à la banque. Hanna a donc tout loisir d'examiner cette merveille et elle y découvre des indices infimes, un grain de sel, un poil de chat, des taches de vin ... qui vont lui permettre de mener une enquête pour retrouver les secrets du livre. Nous voyagerons donc à Venise au moment de l'Inquisition, en Espagne à la fin de la Convivance, période où toutes les communautés religieuses vivaient en bonne entente, à Vienne où le livre subit une restauration malencontreuse en 1894,  à Sarajevo ... Une magistrale promenade à travers les siècles et l'Europe.

Geraldine Brooks invente ainsi une histoire à ce manuscrit et fait revivre avec beaucoup de talent des personnages du passé qui sont à la fois très vivants et attachants. Elle a l'art de donner aussi une consistance à l'Histoire ancienne qui rejoint la petite histoire d'êtres humains pris dans le tourbillon des guerres, de la violence, dans la souffrance provoquée par la haine, l'intolérance. Autour de ces retours en arrière se dessine aussi la vie d'Hanna que sa mère a privé de son père, a coupé de toute sa famille paternelle juive, sans lui donner d'amour en retour. L'affrontement entre les deux femmes, l'amour que Hanna va éprouver pour un bosniaque musulman (celui qui a sauvé la Haggada) et qui a vu mourir sa femme et son enfant forment la trame de l'histoire contemporaine.

Un roman très prenant. A travers la quête de ses origines, cet ouvrage juif sauvé par un catholique et des musulmans, exceptionnel par sa beauté et par sa rareté, devient tout aussi précieux comme symbole. N'est-il pas en effet, la preuve que tous les hommes peuvent s'unir quand il s'agit de préserver le savoir et l'art? La culture comme ciment de l'humanité, plus puissante que les passions fanatiques et vecteur de tolérance, c'est l'idée que Geraldine Brooks veut nous transmettre à travers Le livre d'Hanna.


Haggada de Sarajevo, le seder

Geraldine Brooks écrit dans la postface : On ne sait rien de l'histoire de la Haggadah pendant les années tumultueuses de l'Inquisition espagnole et de l'expulsion des juifs en 1492. Les chapitres intitulés "un poil blanc" et "l'eau salée" sont entièrement romanesques. Cependant une femme noire en robe safran est assise à la table du seder sur l'une des enluminures de la Haggada et le mystère de son identité a inspiré mon imagination. Remarquez à gauche, au premier plan, cette  femme noire.


18 commentaires:

  1. ...petit a petit la lecture va reintegrer mon univers.
    Encore une allusion forte interessante a cette fameuse femme apotre!
    Encore un bel ouvrage presente.

    RépondreSupprimer
  2. Lu et trouvé assez sympa mais j'ai un problème avec ce type de roman : je n'arrive pas à y croire suffisamment pour apprécier totalement, je reste toujours en retrait, et comme je suis une très mauvaise lectrice selon Nabokov !! j'ai besoin de me sentir "dans " l'histoire

    belles illustrations !

    RépondreSupprimer
  3. Il m'attend depuis de longs mois... Je crois que j'attendais un avis positif, comme le tien, pour me lancer. Allez, y'a plus qu'à ...

    RépondreSupprimer
  4. Repéré et noté déjà comme tant d'autres... Tu me sembles complètement convaincue... Et le sujet est vraiment très attirant !

    RépondreSupprimer
  5. J'ai beaucoup aimé ce livre et je suis contente que tu le mettes en lumière, je trouve qu'on en a peu parlé sur les blogs...

    RépondreSupprimer
  6. C'est tout à fait le genre de livres que j'adore !

    RépondreSupprimer
  7. En effet, le périple de ce livre a l'air tout à fait passionnant, bonne pioche !

    RépondreSupprimer
  8. @ Thérèse : Te voilà donc installée? Quelles vont être tes prochaines lectures?

    RépondreSupprimer
  9. @ Dominique : Je fonctionne bien au roman historique et ne suis pas gênée par la part de fiction à partir du moment où elle s'appuie sur des connaissances précises et où il n'y a pas de contresens historique. Ce qui est le cas pour ce roman que j'ai beaucoup aimé.

    RépondreSupprimer
  10. @ Gwen : allez "y'a plus qu'à".. et tu nous diras!

    RépondreSupprimer
  11. @ l'or des chambres : oui, je suis convaincue! Mais évidemment il faut aimer ce genre à mi chemin de l'Histoire et du roman. Moi,j'adore et, dans ce cas précis,j'apprécie la vive imagination de l'auteur. Par exemple le personnage et l'histoire qu'elle crée à partir de la femme noire du seder! Je ne suis pas gênée par le fait que ce soit imaginaire. Après tout, il s'agit d'un roman!

    RépondreSupprimer
  12. @ kathel : Tu as aimé, toi aussi, Je vais aller voir ton avis si tu as écrit un billet.

    RépondreSupprimer
  13. @ Irrégulière : Moi aussi,j'aime! Umberto Eco a ouvert la voie à ce genre de romans. Celui-ci est réussi.

    RépondreSupprimer
  14. @ ys: je vois que tu es venue avant que je te donne mon lien! Bonne pioche, oui. J'ai préféré celui-ci au premier, publié le 12, sur les écrivains de l'australasie, Kate Morton.

    RépondreSupprimer
  15. En tout cas, ton billet est passionnant. Je ne suis pas une grande fan de romans historiques, mais j'aime bien le côté enquête autour d'un manuscrit.

    RépondreSupprimer
  16. @ aifelle : oui, c'est ça, une enquête autour d'un manuscrit. Si l'on fait la part de l'imagination, on s'aperçoit que l'on apprend beaucoup sur cete splendide haggada que je ne conanissais pas. Mais du coup je suis allée me documenter et j'ai trouvé des images qui en montrent la beauté.

    RépondreSupprimer
  17. je ne connaissais pas cette histoire de manuscrit, et le roman a l'air pas mal du tout :)

    RépondreSupprimer
  18. Oui, le plaisir de la découverte du manuscrit s'allie au plaisir de la lecture du roman.

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.