jeudi 8 mars 2012

Que disent-ils de la Politique ? Albert Camus : Un ordre qui consacrerait les puissance d'argent...




Un ordre qui consacrerait les puissances d’argent, les combinaisons de couloir et les ambitions personnelles, cet ordre-là ne serait qu’un désordre puisqu’il consoliderait l’injustice. 

 Il n'y a ni justice ni liberté possibles lorsque l'argent est toujours roi.

10 commentaires:

  1. La situation aujourd'hui est la preuve même de la pertinence des propos de Camus! Bravo encore pour cette rubrique Claudia!

    RépondreSupprimer
  2. je suis aussi d'accord avec cette maxime, sauf qu' on a tort de toujours dénoncer " la méchanceté " des politiciens et consort, car qui les élisent en définitive ? le citoyen lambda. Le plus triste je crois, c'est que les hommes politiques sont à l'image de la nation française tout entière...
    Moi c'est surtout cela qui m'inquiète le plus.

    RépondreSupprimer
  3. Camus est un bon accompagnateur de la réflexion en politique

    RépondreSupprimer
  4. Bien sûr, Camus a raison! Mais la difficulté, aujourd'hui, d'identifier et de contraindre les puissances de l'argent.

    Je vous ai déjà parlé de la série Les gestionnaires de l'apocalypse de Jean-Jacques Pelletier, je crois. Comme vous êtes grande lectrice, je pense que vous prendriez un plaisir fou teinté, toutefois, de pessimisme, à traverser cette longue suite de romans portant sur divers thèmes qui traversent le monde contemporain, le premier étant la commerce des organes ( La chair disparue)

    Les mêmes personnages reviennent d'un roman à l'autre, ces romans se transformant parfois en diptyque, car Pelletier est très prolixe.

    Les divers titres sont disponibles sur Amazon.fr, si cela vous dit...

    bonne journée

    RépondreSupprimer
  5. @ Gwen : tout à fait d'accord avec toi!

    RépondreSupprimer
  6. @ Mel : c'est vrai, on a coutume de dire qu'on a le gouvernement qu'on mérite! Mais il y peut-être encore des français sinon des politiques qui croient à d'autres valeurs que l'argent?

    RépondreSupprimer
  7. @ Marie-Josée : identifier, c'est facile, contraindre c'est autre chose! Je me souviens que tu m'avais parlé de Pelletier. Je retiens l'auteur et le titre. Merci.

    RépondreSupprimer
  8. @ Dominique : Finalement je me trouve souvent en accord avec Camus.

    RépondreSupprimer
  9. Je ne suis pas tout-à-fait d'accord avec Mel .. on ne peut pas dire que l'on a un choix fou pour élire nos représentants. Ils s'auto-reproduisent entre eux, je crois que le système actuel ne permet plus que les plus honnêtes se fassent une place.

    RépondreSupprimer
  10. La preuve encore que Camus avait compris bien plus de choses que Sartre à ce niveau là ! Il venait de la rue, enfin le quartier d'Alger où il a grandi était très très pauvre. Hélas aujourd'hui, je ne sais pas si le pouvoir sans l'argent voudrait dire quelque chose... Et même s'il reste encore de grands utopistes honnêtes, une fois élus, ils se font dévorer par la toute-puissance, l'omnipotence de l'argent. Il n'y a qu'à voir ce qui se claque (et se perd) pour une campagne électorale (alors qu'on est en crise paraît-il) pour comprendre que le Dieu Fric a tout contaminé ! Mais on peut toujours choisir pour le moins, la personne qui a un minimum de respect pour l'humain...Et des valeurs qui ne sont pas tout à fait les mêmes. On le remarque quand même en les écoutant...

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.