jeudi 3 mai 2012

Des mots, une histoire : Un parfum d'Eternité



Goya : Saturne dévorant ses enfants

Un parfum d'Eternité

Elle bégaye, l'Eternité
Elle joue à tu et à toi... avec moi!

Merveilleuse, elle se pare des plumes de l'oiseau
Elle se mire dans le soleil, L'Eternité,
Elle me fait de l'oeil. Il n'est jamais trop tard,
Elle agite les clochettes du muguet
Comme un prélude à un duel amoureux,
Distille la lettre de son parfum
Comme dans un film interdit, aux images sans tain,
Princesse déchue, L'Eternité,
Vieille catin aux rondeurs du temps passé
Avec son pelage râpé,  fugitif,
mité
                   galeux
                                       toxique
 Elle fond sur moi,
Charriant avec elle comme la Tornade,
Un goût de carnage, et de chairs déchirées,
Et son parfum d'Eternité.



 Les mots imposés pour l’édition 63 de Des mots, une histoire d'Olivia sont
 tard – pelage – lettre – muguet – tornade – prélude – oiseau – temps – plateau – duel – éternité – bégayer – toxique – merveilleuse – soleil – film – fugitif – interdit – carnage. J en'ai pas employé le mot plateau.

36 commentaires:

  1. A voir le Goya, je m' attendais au pire!

    RépondreSupprimer
  2. @ Pierrot : Et alors, Tu as été rassurée?

    RépondreSupprimer
  3. J'aime le poème, le tableau me terrifie... Le parfum de l'éternité et le muguet n'auraient-ils pas la même essence?

    RépondreSupprimer
  4. @ Thérèse : Alors l'éternité sent bon!

    RépondreSupprimer
  5. affreux ce tableau ! je m'attendais à du sang...ouf, le poème est très réussi (joli titre...) biz

    RépondreSupprimer
  6. jenne : j'aurais pu me la jouer à la Baudelaire avec "les noirs bataillons de larves" et "les mouches bourdonnaient" mais je ne suis pas taille à lutter contre le grand poète!

    RépondreSupprimer
  7. allez courage quand on cite Baudelaire il ne faut pas avoir peur des mouches...elles bourdonnent sur des ventres putrides et ajoutons les bataillons de larves. Une histoire éternelle en sorte.

    RépondreSupprimer
  8. Wens : une histoire d'éternité donc!

    RépondreSupprimer
  9. C'est plus que réussi...je suis toujours scié en lisant des poèmes dans les ateliers littéraires...

    RépondreSupprimer
  10. A mon avis Goya quand il a peint ce tableau ne devait pas avoir fumé QUE du tabac. Bonjour le trip !

    RépondreSupprimer
  11. @ jeanmi : Hum! Tu crois? Le moins que l'on puisse dire c'est qu'il était torturé!

    RépondreSupprimer
  12. @ Mind : Merci! je préfère écrire un poème qu'un texte en prose!

    RépondreSupprimer
  13. Puissante ode pour une éternité insaisissable que pourtant tu as su retenir dans les bras de ton poème !

    Coincoins terminés

    RépondreSupprimer
  14. Moi aussi j'ai eu peur en voyant ce tableau que je n'aime pas du tout mais ton poème est un petit bijou !!! "L'éternité ? C'est la mer mêlée au soleil"... Et voilà un mot qui te va bien !

    RépondreSupprimer
  15. @ Aspho : Et oui, Goya n'a pas peint ce tableau pour nous faire plaisir! c'est le mot éternité qui me va bien? être éternelle? ca m'irait mais sans les rhumatismes qui vont avec!

    RépondreSupprimer
  16. @ Elcanardo : Oh! que j'aime tes coincoins poétiques!

    RépondreSupprimer
  17. comme toujours ça fonctionne parfaitement, quel talent !

    RépondreSupprimer
  18. L'éternité qui bégaie, une image tres juste. L'histoire est un éternel recommencement
    Bonne journée :-)

    RépondreSupprimer
  19. L'éternité c'est long,surtout vers la fin(Woody Allen).Et Goya c'est parfois rude.Très beau poème qui me donne envie de me remettre un peu à la poésie.

    RépondreSupprimer
  20. C'est vrai qu'en voyant le tableau je me suis dit qu'un poème "gore" ce serait bien original.
    Mais non ! ;-)

    RépondreSupprimer
  21. @ Valentyne : C'est pourquoi on peut tirer des leçons de l'Histoire! Enfin, si l'on était plus sage!

    RépondreSupprimer
  22. Eeguab : j'ai toujours aimé l'humour de Woody Allen! Tu as vu que ta poésie sur New York a été mise à l'honneur sur le site de Wens et le mien au moment de notre voyage!

    RépondreSupprimer
  23. @ Jean-Charles : je ne suis pas capable de rivaliser dans le gore avec Goya... ou avec toi!

    RépondreSupprimer
  24. J'aime ton poème à la fois descriptif et créatif. :D Mais surtout toujours merveilleux, même lorsqu'il est macabre. :D

    RépondreSupprimer
  25. faire un poème avec muguet éternité soleil c'est pas si difficile mais avec toxicité lettre et j'en passe c'est fort très fort et y adjoindre Goya cela dépasse les bornes.
    Bravo
    à tantôt
    avec le sourire

    RépondreSupprimer
  26. Blogspot m'a annulé mon com !
    Je te disais quoi donc ?...
    Que j'aime encore beaucoup ton poème mais que je déteste ce Goyat ! Ton Eternité ne mérite pas ce vilain tableau !
    Bon we et bises de Lyon

    RépondreSupprimer
  27. très beau poème, l'éternité tout comme le temps finit par nous dévorer

    RépondreSupprimer
  28. Vieille catin au rondeurs du temps passé
    très belle image qui s'agissant d'éternité va nous poursuivre jusqu'à la fin des temps

    J'ai beaucoup aimé ce poème
    Antonio

    RépondreSupprimer
  29. @ Lilou : et oui les mots nous amènent parfois dans de drôles de chemins!

    RépondreSupprimer
  30. @ Soène ; mais vous détestez tous ce Goya! Il est pourtant sublime et tellement vrai, l'image du Temps qui nous dévore!

    RépondreSupprimer
  31. @ AYmeline : c'est ce que je disais à Soène à propos de Goya. L'image du temps est horrible mais pourtant nous finissons tous par être dévorés!

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.