jeudi 24 mai 2012

Jean-Christophe Ruffin : Le grand Coeur





Jean-Christophe Ruffin l'explique, il a passé son enfance, à Bourges, au pied du palais de Jacques Coeur, un homme "qui lui montrait la voie" au milieu de la grisaille, un homme "qui témoignait de la puissance des rêves et de l'existence d'un ailleurs de raffinement et de soleil". C'est pour lui rendre hommage et surtout pour lui dresser un "tombeau romanesque" que Jean-Christophe Ruffin écrit Le grand Coeur avec pour but de faire vivre le personnage et de ressusciter un période historique complexe, témoin de grands bouleversements.

Le roman historique, relate, en effet, une époque charnière, riche en péripéties, celle où la France va sortir du Moyen-âge et s'ouvrir,  peu à peu, à un autre style de vie, à d'autres mentalités, une avancée vers la Renaissance. Le palais de Jacques Coeur à Bourges témoigne de ce passage, l'une des façades est encore médiévale, l'autre renaissance. La jeunesse de Jacques Coeur, issu d'une modeste famille d'artisans, se déroule en effet, sous le règne de Charles VII qui succède à son père, Charles VI le Fou. Le pays est ruiné par la guerre de cent ans avec les Anglais dont les troupes dévastent les campagnes, pillent, détruisent, tuent. Le pouvoir du roi est contesté, l'intervention de Jeanne d'Arc permet son couronnement mais le royaume est largement détruit, appauvri, encore traversé de guerres intestines. Les moeurs chevaleresques tombent en désuétude, le sentiment de l'honneur est remplacé par l'attrait de l'argent, la guerre devient plus technique, et l'on va bientôt désirer plus de raffinement, de douceur, de luxe dans la vie quotidienne des classes aisées. Or c'est par le commerce que la société va pouvoir évoluer, d'où le rôle d'un homme comme Jacques Coeur qui a voyagé en Orient, en Italie, en Flandres, en Grèce, et possède une hauteur de vue et une ouverture d'esprit exceptionnelles. Profitant de la paix, même toute relative, il va s'allier au roi pour organiser des échanges commerciaux à grande échelle, ce qui apportera une prospérité au royaume et lui permettra de réaliser une immense fortune personnelle. Mais il n'est jamais trop bon d'être plus riche que son souverain! 
L'Histoire s'allie aussi à la fiction et l'écrivain laisse son imagination suppléer en l'absence de faits historiques fondés, brodant, par exemple, autour des relations qui ont rapproché Jacques Coeur de la favorite du roi, la belle Agnès Sorel, peinte par Fouquet. Le but de l'écrivain étant de rappeler cet "homme à la vie", il dresse de Jacques Coeur  le portrait  d'un homme supérieurement intelligent, en avance sur son époque, hardi et ambitieux. A côté du personnage principal, le portrait du roi, aigri, soupçonneux, jouant de sa faiblesse physique, maladivement jaloux de son autorité,  dangereux pour ceux qui lui font de l'ombre, est une belle analyse du pouvoir et est tout aussi réussi.

Damas :
Surtout Damas comptait de fabuleux jardins. Cet art, poussé à l'extrême de son raffinement, me parut être autant que l'architecture, le signe d'une haute civilisation. Enfermés dans leurs châteaux forts, menacés sas cesse de pillages, les nobles de chez nous n'avaient pas le loisir d'ordonner les terres comme ils le faisaient de la pierre. Nous ne connaissions que deux mondes :  la ville ou la campagne. Entre les deux les Arabes avaient inventé cette nature réglée, hospitalière et close qu'est le jardin...
 Nous découvrîmes à Damas bien d'autres raffinements, en particulier, le bain de vapeur. J'en usais presque chaque jour et y ressentais un plaisir inconnu. Jamais, jusque là, je ne m'étais autorisé à penser que le corps pût être en lui-même un objet de jouissance.

Jean Fouquet : Agnès Sorel




Quand Agnès le vit, elle prit immédiatement en sympathie. Il faut dire que découvrir Fouquet au milieu de ses tableaux était la meilleure façon de faire sa connaissance. Il était étrange de voir sortir de ce personnage si désordonné et si sale des oeuvres lumineuses d'une calme beauté, d'une facture précise et d'une délicatesse de couleurs et de formes qui lui faisaient totalement défaut dans la vie. Ses portrait en particulier plaçaient ses personnages dans un monde à part, comme s'ils les avait extraits de leur réalité  pour les restituer dans le décor de leurs songes.

 Jean Fouquet : Charles VII



Fouquet s'était bien tenu devant le roi, pour ne pas indisposer Agnès, sans doute. Mais s'il avait dissimulé l'antipathie qu'il ressentait pour le souverain, son tableau, lui, en faisait l'aveu. Il présentait Charles dans le climat de de sentiments qui lui était propre : jalousie, peur, cruauté, méfiance, rien ne manquait. Heureusement une des particularités des oeuvres de Fouquet étaient qu'elles plaisaient toujours à leurs modèles, quand même elles les montraient sous un jour défavorable.




Merci  à la Librairie Dialogues et aux éditions Gallimard  pour l'envoi de ce livre.


LIVRE VOYAGEUR : inscrivez-vous!

22 commentaires:

  1. Ah !!! J'avais déjà hâte de mettre la main sur ce livre. Ton billet m'en donne encore plus envie !

    RépondreSupprimer
  2. Très envie de ce Coeur.A bientôt.

    RépondreSupprimer
  3. Je veux absolument le lire celui-là !

    RépondreSupprimer
  4. Je l'ai vu et entendu hier :-))) Il est passionnant quand il parle d'histoire, je l'aurais volontiers écouté plus longtemps. Je prendrai son livre à la bibliothèque.

    RépondreSupprimer
  5. Je n'ai jamais rien lu de Ruffin, mais me promet de le faire : l'homme est intéressant et donne envie de découvrir ses écrits.

    RépondreSupprimer
  6. J'ai très envie de connaitre Mr Ruffin et n'habitant un temps pas loin de Bourges, l'histoire de Jacques Coeur m'a toujours intrigué. Je le note!

    RépondreSupprimer
  7. Je l'ai lu sans déplaisir aucun car c'est bien fait, bien documenté, mais je n'ai pas eu de vrai coup de coeur (sans jeu de mot) il y manque un peu de souffle ou alors une écriture plus aiguisée, je ne sais pas trop ce qui manque mais je suis restée un peu sur ma faim

    RépondreSupprimer
  8. coucou,
    ton billet donne très très envie ! Quant auxbains de vapeur....soupiiiir...
    J'aime bien ce thème du pouvoir du roi, jaloux de ses sujets qui ont le malheur de lui faire de l'ombre....Dangeureux d'être un homme intelligent en ses temps-là !(et Fouquet, l'autre, plus tard aussi avec Louis XIV)
    je note !

    RépondreSupprimer
  9. @ Shelbylee : je peux le mettre en livre voyageur pour toutes et tous! Inscrivez-vous.

    RépondreSupprimer
  10. @ Eeguab : un bon livre que j'ai trouvé intéressant et agréable à lire mais pas un coup de coeur (sans jeu de mot)! Tu as vu que je le mets en livre voyageur.

    RépondreSupprimer
  11. @ Irrégulière : livre voyageur, ça te dit?

    RépondreSupprimer
  12. @ lireau jardin : c'est un auteur que je lis avec plaisir.

    RépondreSupprimer
  13. @ Aifelle : oui j'aime bien cette plongée dans l'histoire et le choix de cette période de transition et d'évolution.

    RépondreSupprimer
  14. @ Roz : Tu as vu le palais de Jacques Coeur? Il a l'air splendide!

    RépondreSupprimer
  15. @ Clara ; je te le prête! Livre voyageur!

    RépondreSupprimer
  16. @ Dominique : je suis d'accord en partie avec toi! C'est un bon livre, intéressant, une période historique qui me passionne.. Je l'ai lu avec plaisir. Pourquoi n'est-ce pas un coup de coeur? Il manque un petit quelque chose qui est ce que j'ai trouvé dans le livre Helle Haasse: Charles d'Orléans qui se passe presque à la même période sous Charles VI le Fou.. et qui est un cran au-dessus !

    RépondreSupprimer
  17. Jeneen : Je t'envoie le roman en livre voyageur! pas d'objection, j'espère!

    RépondreSupprimer
  18. Que c'est gentil de le mettre en livre voyageur ! Je laisse passer le mois de juin, parce que j'ai déjà pas mal de lectures de prévues (et qu'il est quand même assez imposant) mais pour cet été, je suis bien tentée !

    RépondreSupprimer
  19. @ Shelbylee : je te note mais tu me le rappelles parce qu'avec mon étourderie!

    RépondreSupprimer
  20. Come tu eme l'as proposé en LV, je veux bien faire partie de celles qui auront la chance de le lire. Merci Claudia!

    RépondreSupprimer
  21. j'ai très envie de lire ce livre cette époque est passionnante :)

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.