lundi 15 juillet 2013

Robert Louis Stevenson : Le maître de Ballantrae


Le maître de Ballantrae de Robert Louis Stevenson est un superbe roman qui se déroule en Ecosse, au XVIII siècle et commence avec la bataille de Culloden en 1745 qui vit l'écrasante défaite des écossais, partisans des Stuart, battu par les anglais. Du côté des écossais, le prince Charles, descendant du roi catholique Jacques II Stuart  s'oppose au  roi George, descendant de la dynastie des Hanovre, protestant…

Cette tragédie retentit dans tous les foyers écossais déchirés entre le passé et le présent, la fidélité aux Stuart ou la nécessité de faire allégeance au roi George, et marque plus profondément encore la noble famille des Durrisdeer puisqu'il consacre la fracture entre les deux frères l'aîné, Sir James, le Maître de Ballantrae, et Henry, le cadet .

James, l'héritier, est le préféré de son père et de sa cousine Alison qui doit l'épouser. James  a toutes les séductions, racé, élégant, il est intelligent, cultivé, brillant et beau parleur. Il séduit tous les coeurs et jouit d'un immense prestige dans le pays. Mais toutes ses qualités sont au service du mal : il aime trop  l'alcool et l'argent; il est dissimulé,  malhonnête, rusé et sans scrupules,violent,habile manipulateur car très bon connaisseur de l'âme humaine. Tout le contraire de son frère, Henry qui est terne, sans culture, ennuyeux mais  honnête, bon fils et bon gestionnaire du domaine, ce qui le fait considérer par rapport à son frère dissipé et prodigue, comme un avare. Deux personnalités entièrement opposées. 
En 1745, le maître de Ballantrae  décide de rejoindre le prince Charles alors que son père ordonne qu'il reste au domaine puisqu'il est l'aîné. Quant à Henry, il désire partir. Il sait que sa position en tant que cadet sera délicate dans le pays si ce n'est pas lui qui part. Une violente dispute éclate entre les deux frères et James l'emporte. Il part et sa mort est annoncée après la défaite de Culloden. Henry devient l'héritier du domaine  mais il passe pour traître et est très impopulaire auprès de la population. Il  épouse Alison qui continue à vouer un culte à son cousin, un héros qui a donné sa vie pour une noble cause.  Pourtant, James n'est pas mort. Il ne supporte pas la perte de son titre et de son héritage. Dès lors, une lutte féroce va opposer les deux frères.

Le roman de Stevenson est d'abord un magnifique récit d'aventures (même s'il n'est pas que cela). Si nous sommes plongés dans l'Ecosse du XVIII siècle, nous voyageons bien loin à la suite du maître de Ballantrae, dans les sauvages contrées d'Amérique du Nord peuplées d'indiens féroces, où anglais et français s'affrontent dans des guerres meurtrières, en France mais aussi dans les  Indes orientales en proie à la révolte des Cipayes. Nous partageons la vie de pirates dont le capitaine sanguinaire, sorte de psychopathe sans cervelle, passe  allègrement à la planche ou au fil de l'épée tous ses ennemis voire aussi ses amis s'ils le contrarient!  Certaines moments du roman, marquants, sont des scènes de bravoure parfois hallucinantes et inoubliables comme celle du duel qui oppose les deux frères dans la nuit à la lueur des chandelles, celles réitérées où Henry va s'asseoir  sans mot dire sur un banc devant la porte de son frère devenu tailleur pour mieux savourer la déchéance de celui-ci, ou encore la scène où l'on sort de sa tombe le maître de Ballantrae enterré vivant…  Le roman oscille ainsi sans cesse entre réalisme (la situation historique) et fantastique (le maître de Ballantrae laissé pour mort renaît plusieurs fois de ses cendres comme le phoenix! Il semble parfois doté d'une force ou d'une habileté satanique)  et la puissance du style donne à sentir et à partager ces courants de haine fulgurants qui circulent entre les deux hommes.

La structure du roman vient ajouter à la complexité du récit.  Le narrateur est Mackellar, l'intendant, qui entre au service de la famille peu de temps après 1745. Il devient un fidèle de Henry dont il raconte l'histoire  en prenant fait et cause pour lui.  C'est aussi un personnage à part entière qui joue un rôle dans le récit, intervient et modifie le destin des deux frères en prenant des initiatives et en révélant la vérité à Lady Alison au sujet de James. Un narrateur qui est aussi témoin de l'histoire. Les aventures du Maître sont complétées par les mémoires du chevalier Burke, irlandais, lui aussi rescapé de Culloden, qui partage un moment la fuite du Maître et subit son influence, tout en éprouvant envers lui un curieux mélange de répulsion et d'admiration.

 Stevenson en reprenant l'image biblique de Cain et Abel,  explore à travers les deux frères comme il l'a fait dans L'étrange cas du docteur Jekyll et de M. Hyde le dualisme entre le Bien et le Mal. Mais ici, ce n'est pas un seul personnage qui incarne, par un dédoublement de la personnalité, à la fois le mal et le bien. James et Henry sont comme les deux côtés d'une pièce, pile ou face, cette même pièce que James va jeter pour décider lequel d'entre eux va rejoindre l'insurrection de 1745 remettant au hasard, comme s'il s'agissait d'un jeu, une décision qui va provoquer au delà de la tragédie nationale, une tragédie familiale. L'un, James semble représenter le mal, l'autre, Henry, le Bien, un manichéisme qui va pourtant être bouleversé par l'intelligence de l'analyse. Car si l'on y regarde près, Henry ne représente le Bien que parce qu'il est terne, sans élévation, sans  désir et sans grande passion. Même l'amour qu'il éprouve pour sa  cousine, ne fait pas de lui un amant romantique et prêt à tout. La raison guide Henry, alors que la démesure caractérise le maître de Ballantrae et c'est à lui que va notre admiration. C'est, pour l'auteur, l'occasion de révéler à travers ce personnage la fascination exercée par le Mal, les séductions qu'il présente et qui le rend mille fois plus attirant que la grise sagesse. Le maître de Ballantrae peut séduire même ceux qui lui sont le plus farouchement opposés comme l'intendant, Mackellar, fidèle partisan de Henry, le chevalier de Burke, ou le lecteur lui-même qui est amené à apprécier les qualités brillantes de cet homme extraordinaire. Et de même que le mal séduit, de même le Bien peut être sapé peu à peu et détruit. Henry corrompu par la haine, tombe dans une déchéance mentale proche de la folie et ne peut penser qu'à la vengeance.

Un très grand roman dont on dit à juste titre qu'il est le chef d'oeuvre de Stevenson.


Lecture commune   du maître de Ballantrae avec Nathalie et Ys :


Voir Nathalie : Chez Mark et Marcel 



 Chez Aymeline

Chez Lili Galipette

10 commentaires:

  1. Ce n'est pas le chef d'oeuvre de Stevenson pour moi, certains passages sont trop longs à mon goût, ce roman n'a pas une intrigue aussi concentrée et ramassée que dans "L'étrange cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde", par exemple.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as peut-être raison. Il faudrait que je relise Dr jekyll. Ceci dit ce que j'aime dans Le maître, justement c'est que ce n'est pas une intrigue ramassée et concentrée... que nous voyageons partout et très loin, que nous passons du réalisme au fantastique... bref! toute la richesse et le bouillonnement de l'intrigue!

      Supprimer
  2. je l'ai lu pour la première fois vers 10 ans dans une version écourtée et je l'ai retrouvé avec plaisir à l'âge adulte, il a vraiment le sens du récit Stevenson !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je l'ai lu pour la première fois maintenant et je l'ai vraiment beaucoup aimé.

      Supprimer
  3. J'ai beaucoup aimé ce roman plutôt méconnu aujourd'hui (enfin je dis ça parce que j'ai fait un rapide sondage autour de moi, heureusement qu'il y a la blogosphère...) mais je rejoins l'avis de Sandrine : pour moi, c'est Dr Jekyll qui reste indétrônable...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voir ce que j'écris à Sandrine! J'ai lu dr Jekyll quand j'étais ado et c'est vrai qu'il est incontestablement le plus connu de Stevenson. Pourtant j'ai vraiment un faible pour Le maître de Ballantrae et sa démesure!

      Supprimer
  4. Je lis enfin ton billet (suis revenue). Nous sommes bien d'accord pour le qualifier de roman d'aventures. J'ai eu l'impression que dans ce roman Stevenson traitait de plein de choses qui étaient présentes dans ses autres romans : l'Écosse et ses contrebandiers, le château, les différents entre fils et père (très fréquents chez lui), les pirates, le voyage, l'exploration de territoires sauvages, la dualité, comme un condensé de son oeuvre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai! Il y a toute son oeuvre contenu ici! et ses réflexions sur le bien et le mal.

      Supprimer
  5. Je suis tout à fait d'accord avec tout ce que tu dis de ce magnifique roman. Malgré les apparences, ce n'est pas du tout manichéen, c'est intelligent, plein d'aventures et d'âmes humaines tourmentées. J'adore

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il est très beau! il a le souffle qu'on ne peut oublier des grands romans.

      Supprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.