mercredi 7 août 2013

Festival Off d'Avignon 2013 : Building de Léonore Confino / Regardez mais n'y touchez pas! de Théophile Gautier


Building Compagnie Productions du sillon

Building de Léonore Confino : Compagnie productions du Sillon metteur en scène Catherine Schaub au théâtre du Balcon
Sujet :
Un Building. 13 étages. Nous sommes chez Consulting Conseil, une entreprise qui a pour absurde mission de coacher les coachs, de conseiller les conseillers.
Le président directeur général amorce la pièce en motivant ses employés avec un discours démagogique, superposant avec éloquence  banalités et techniques de communication.
Puis, suivant la chronologie d’une journée de travail, on se hisse dans le building au rythme soutenu d’une scène par étage ..
...

On le comprendra cette pièce est une satire du monde l'entreprise avec ses méthodes absurdes, son absence d'éthique, ses actionnaires cupides, ses directeurs inhumains..  Les ridicules  de cet univers étouffant sont ici soulignés, les noirceurs aussi, la concurrence entre collègues, la hiérarchie étouffante et  méprisante, l'inhumanité des rapports humains ... 
La mise en scène est inventive, drôle, animée, légère et cruelle à la fois. Les interprètes sont excellents et plus vrais que nature dans les rôles de chef outrecuidant, de stagiaire naïve, de collègue hypocrite, de  subalterne humilié ou de macho immonde. Un bon moment de théâtre!

Regardez mais n'y touchez pas !Théophile Gautier Compagnie Abraxas

Regardez mais n'y touchez pas! de Théophile Gautier mise en scène par Jean-Claude Penchenat Compagnie Abraxas au théâtre du Chien qui fume

Montée en 1847 et jamais plus rejouée depuis, cette pièce de Théophile Gautier est un pastiche du drame romantique en même temps qu'une comédie de cape et d'épée avec cape... mais sans épée comme le veut la mise en scène de Jean-Claude Penchenat qui renchérit dans le pastiche pour le plus grand plaisir des spectateurs.
 Admirateur idolâtre de Hugo, Jeune France au gilet rouge de la bataille d'Hernani, Théophile Gautier n'en fait pas moins preuve d'un humour ravageur quand il raconte dans son Histoire du romantisme les frasques et les enthousiasmes juvéniles et romantiques de lui-même ou de ses amis, Gérard de Nerval, Pétrus Borel, Jehan du Seigneur... Il en est de même dans cette pièce complètement échevelée, à l'intrigue loufoque, que le spectateur aurait tort de vouloir prendre au sérieux. 
Pastiche de l'action du drame romantique avec des poursuites, des amours contrariés, un héros maudit marqué par le destin, une reine espagnole, des Hidalgos au coeur généreux ou fourbe, (on sait l'engouement de Hugo pour l'Espagne), Regardez mais n'y touchez pas est un "remake" (mais oui!) de  Hernani mâtiné  de Ruy Blas jusque dans le style! Mais pour faire rire!  Je me demande ce qu'en  a pensé Hugo s'il l'a vu! Le drame romantique, dix sept ans après le triomphe de Hernani (1830) était sur son déclin après l'échec des Burgraves de Hugo en 1843.
Une Espagne de convention voire de pacotille apparaît, ce que les décors et les costumes de ce spectacle rendent plaisamment : Les personnages drapés dans leur cape noire et masqués ressemblent à des Zorros et les espagnoles manient l'éventail avec fougue. Un spectacle léger et divertissant pour passer un bon moment à rire au dépens de notre grand Totor!

Comédie de cape et d'épée... sans épée!

Challenge d'Eimelle








4 commentaires:

  1. Je vois que tu avances bien dans tes billets! J'ai trouvé également que Regardez... était un bon moment!
    Bonne journée!

    RépondreSupprimer
  2. "Building" me fait penser à l'immeuble de la maison des fous ou le directeur habite au dernier étage...

    De bons moments de détente ces deux pièces!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, c'est du théâtre très agréable et pour Building, une critique sociale assez amère!

      Supprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.