mercredi 30 juillet 2014

Festival d'Avignon 2014 : Bilan dans le OFF : Les mémoires d'Hadrien de Marguerite Yourcenar/Les coquelicots des tranchées de George-Marie Jolidon /Automne Hiver de Lars Noren /Frères humains de François Villon/Les Joyaux de la couronne/Aulularia de Plaute



J'ai vu de fort bons  spectacles dans le Off cette année; je récapitule ici les 15 titres des spectacles que je suis allée voir sans ma petite fille et mon petit fils. Les 12 autres pièces étaient destinées à des enfants à partir de 1 an ou de 4 ans.

Mon coup de coeur N° 1

Faire danser les alligators sur la flûte de Pan d'après la correspondance de Céline
Voir mon billet ICI








Mon coup de coeur N° 2

La Tisseuse  spectacle brésilien
Voir mon billet ICI

Mon Coup de coeur N°3

Tant qu'il y a les mains des hommes
Voir mon billet ICI










et puis aussi :
Oblomov de Gontachrov Voir mon billet ICI
L'aide-Mémoire JC Carrière Voir mon billet ICI 
La demande en mariage de Tchékhov : Voir mon billet ICI
Le roi se meurt de Ionesco : Voir mon billet ICI
Le Revizor de Gogol : Voir mon billet ICI

Parmi les pièces que je n'ai pas eu le temps de commenter :



Les mémoires d'Hadrien  de Marguerite Yourcenar
 Metteur en scène Jean Petrement
 Compagnie Bacchus

Résumé du spectacle
Après le succès de Proudhon modèle Courbet, Jean Pétrement adapte « Mémoires d’Hadrien » pour quatre personnages.
L’empereur Hadrien va mourir… Huis-clos où quatre personnages sont confrontés à l’urgence d'une fin de vie. Fin pressentie d'une civilisation.


Un bon spectacle qui mêle  des extraits des Mémoires d'Hadrien de Marguerite Yourcenar et de Fernando Pessoa. Bien interprété.



 Les coquelicots des tranchées  de George-Marie Jolidon 
 Adapté et mis en scène par Xavier Lemaire
Atelier Théâtre Actuel et  Cie Les Larrons


Résumé du spectacle
Une fresque historique sur la guerre de 14-18 : Suivez la saga d¹une famille de paysans traversant toute la Grande Guerre, de la cuisine d¹une ferme au Grand Quartier Général, des tranchées au lupanar des officiers, des scènes d¹hôpital aux retrouvailles conjugales.

 C'était la super-production du festival OFF étant donné le nombre des comédiens et des changements de décor; la pièce a d'ailleurs été coup de coeur du OFF. Pour ma part, j'ai apprécié l'ensemble des comédiens qui sont excellents avec une mention spéciale pour les rôles féminins principaux et j'ai été sensible aux moments d'émotion.  Le changement et le nombre de décors sont une gageure effectivement et un défi technique mais je ne suis pas sûre que le réalisme recherché soit indispensable. On dit tellement plus de nos jours avec les jeux de lumière qui laissent parler l'imagination.



Automne Hiver de Lars Noren 
 Mise en scène : Agnès Renaud
 Compagnie de l'Arcade

Résumé:
Un repas de famille où chacun se met à table…


 Lars Noren est un grand nom du théâtre suédois et la presse est unanime pour souligner la férocité de l'écriture et le brio de la mise en scène de cette pièce. Effectivement, il s'agit d'un repas de famille, le père, la mère et les deux filles, l'une marginale, l'autre "arrivée",  se déchirent et certes ils n'y vont pas par le dos de la cuillère..  
Les cinéphiles penseront  à Festen de Lars Von Trier mais la pièce n'a pas la maîtrise et la force du film. J'ai trouvé qu'il n'y avait aucune progession dramatique, les scènes se succèdent mais sont répétitives, tournent en rond, les personnages ressassent leur amertume; on dirait que l'auteur veut tout faire entrer dans cette confrontation et cela devient démonstratif; il nous envoie même sur des pistes qui sont abandonnées par la suite : comme le refus de prêter de l'argent à la marginale qui est aux abois ou la possibilité d'un inceste avec le père.. Chacun à son tour a son temps de lamentation, un fois la fille riche, une fois la pauvre, le père, la mère. Et souvent ce que l'on nous dit est trop attendu. Voilà comment j'ai vécu la pièce malgré les éloges dithyrambiques que tout le  monde en fait; ceci dit, ce n'est pas la faute des comédiens et ce sont de bons interprètes. 




L'homme semé de Dominique Wittorski
Metteur en scène : D. Wittorski
compagnie la question du Beurre

 Résumé :
Achille est mort en laissant 6 héritiers… Non, 7. Et une dernière volonté : que ses enfants montent « Œdipe Roi » de Sophocle en sa mémoire. Que faire, lorsqu’on est ignorant, maladroit, incompétent ? Submergés, les héritiers se lancent dans l’improbable.

La pièce présente de bons moments servis par de très bons acteurs, elle est pleine d'humour mais elle est lente et traîne un peu surtout  avec le prologue qui est trop long.  La mise en scène est intelligente.


Frères humains de François Villon
 Adaptation et mise en scène : Jean Marc Doron 
Interprète(s) : Alain Leclerc 

Résumé du spectacle
1463. Villon va disparaître de l'histoire et entrer dans la légende. Usé par une vie étourdissante mais toujours flamboyant il évoque ce testament qu'il vient tout juste de terminer ainsi que ces ballades qui feront sa gloire.
Frères humains raconte la vie de François Villon en intégrant des fragments de poèmes. J'ai été un peu déçue car je croyais assister à un spectacle de poésie présentant les oeuvres de Villon et non sa vie que l'on connaît si peu. Un bon interprète.




Les Joyaux de la couronne
Metteur en scène : Luc Béraud
Compagnie Du Pont Ramier / Coproduction : Hitch & Cie
 
Résumé
Janvier 1950.
Cachés dans un appartement au cœur de Paris, Stan Laurel et Oliver Hardy préparent leur dernier film, « Atoll K ». Hardy bout de rage. Laurel vient de lui annoncer qu’il ne veut plus jouer. Il se sent trahi.
C’est alors que surgit un étrange pilote. Un pilote qui est, en fait, la vraie princesse Elizabeth.
 J'avais bien apprécié la pièce sur les entretiens de Hicthcock et Truffaut jouée  l'année dernière  par cette troupe et qui était un plaisir pour les cinéphiles. Mais celle-ci sur Laurel et Hardy est un peu décevante, moins riche, moins convaincante.

Aulularia de Plaute 
Metteur en Scène : Cristiano Roccamo 

Résumé :
  "Aulularia" de Plaute  nous rappelle la naissance de la Commedia, avec un vieil avare, des serviteurs (Zanni), un jeune premier récitant la comédie en proses, de l’improvisation, des masques de commedia dell’Arte et de la comédie latine, de la pantomime, du chant et toutes ses expressions artistiques qui ont rendu célèbre Plaute, puis tout le théâtre occidental.
La pièce de Plaute est jouée dans la cour du Barouf par des comédiens italiens du Theatro Europeo Plautino. Pour le dernier jour du festival, je voulais un spectacle facile après le marathon théâtral que nous venions de vivre pendant tout le mois de Juillet.  Et puis c'est la pièce qui a inspiré L'avare de Molière, donc j'avais envie de la voir. Effectivement, Molière a puisé largement même si je pense qu'il dépasse l'original avec des personnages beaucoup plus complexes et une critique sociale plus appuyée. Au niveau des moeurs, du langage et des  jeux de scène, la société de Plaute admettait beaucoup plus liberté et de trivialité que celle de Louis XIV. 
La compagnie est sympathique et joue sur les registres des deux langues italien et français. Un spectacle amusant.



Chez Eimelle

2 commentaires:

  1. Bonsoir Claudialucia, cela fait plaisir que malgré la grève des intermittents du spectacle (le "off" n'a semble pas été touché) le festival t'ai réservé de bonnes surprises. J'espère que certains seront repris à Paris. Merci pour tous tes comptes-rendus. Bon week-end.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour toutes ces participations au challenge!

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.