mardi 19 mai 2015

Evelyne Bloch-Dano : Jardins de papier



Jardins de papier de Rousseau à Modiano de Evelyne Bloch-Dano est un livre écrit par une amoureuse des jardins dans un style plaisant et élégant qui nous invite à une promenade en toute liberté.

 Les jardins dans le temps et l'espace

Jardin à l'anglaise

Après nous avoir présenté les différents types de jardin (y compris les siens!) et nous avoir fait voyager dans le temps et l’espace, du jardin des origines en passant par ceux de la Renaissance ou du Moyen-âge, jardins de l’Islam, jardins romains, persans, à la française ou à l’anglaise, Evelyne Bloch-Dano  nous convie à  une promenade littéraire. 

Jardin médiéval à Cahors (source)

Les jardins dans la littérature
parc de la maison de George Sand Nohant
domaine de Nohant : George Sand (source)
 
A tout seigneur, tout honneur. C’est avec Rousseau que nous commençons cette promenade. Non que les jardins soient absents de la littérature avant lui mais parce qu’il est l’initiateur de ce goût de le nature qui n’a cessé de se répandre après lui, en particulier chez les romantiques qu’il annonce. Les pas du promeneur solitaire, les ébats campagnards de La Nouvelle Héloïse nous amènent dans la vallée ou fleurit le lys de Balzac, dans le parc nocturne ou Julien Sorel saisit la main de madame de Rénal, dans le Nohant de George Sand, jardinière férue de botanique…

Le paradou de Zola inspiré des jardins de Monet Giverny (source)
Le Paradou de Zola inspiré des jardins de Monet Giverny (source)

Avec Evelyne Bloch-Dano, j’ai aussi revu le Paradou de Zola qui m’a fait rêver dans mon adolescence et les fleurs de Colette si somptueusement parées par les mots de l’écrivaine, tisseuse de rêves colorés, jardins nostalgiques qui annoncent l'abandon et la perte. J’ai appris comment Jean Paul et Simone auraient pu se rencontrer au parc du Luxembourg et l’anecdote du marronnier m’a bien fait sourire :  Certes la philosophie n’en a pas été changée mais la botanique s’en est trouvée plus mal, oui! Cette promenade se termine non avec Modiano mais avec Christian Bobin, jardinier du paradis.

 
 
Evelyne Bloch-Dano analyse le rôle que joue le jardin pour chacun de ces écrivains, ce qu’il représente, simple décor extérieur, ou personnage à part entière, symbole du renoncement dans La Porte étroite de Gide, le jardin a une signification jusque dans son absence, témoins les jardins invisibles de Modiano.

Le livre paru chez Stock est lui-même un joli objet. La première de couverture est illustrée par Jacek Yerka avec Romantic garden et les pages sont très délicatement soulignées par les dessins pleins de finesse, végétaux, feuilles et fleurs de couleur verte de la graphiste Marion Cochat.

Un bémol : j’aurais aimé que les analyses soient accompagnées d’extraits de textes (et non de courtes citations).  C'est que j'avais un à priori quand j’ai choisi ce livre, j'ai cru qu'il serait une anthologie, ce qu’il n’est manifestement pas. Il est vrai que cela vous poussera peut-être à aller lire ou relire les oeuvres qui nous sont présentées!  Il n’en reste pas moins très intéressant.

Voir aussi le billet de Dominique


Jardin à la française : Versailles (source)

Et pour finir un petit aperçu du jardin de Syl :



Ce livre est lu dans le cadre du très joli challenge des fleurs et des jardins de Syl...



Merci à Dialogues croisés et aux éditions Stock



22 commentaires:

  1. recommandé avant hier chez Dominique, aujourd'hui chez toi! Je suis une grande jardinière aussidans la catégorie petits potagers scolaire....je crois que je vais succomber à la tentation

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toi aussi tu fais des jardins scolaires? Comme ma fille!

      Supprimer
  2. Il va falloir que j'ouvre une page challenge ! puisque je ne suis plus toute seule...
    Je note ce livre qui me fait très envie. Le titre est beau ! on dirait de l'origami. En ce moment je passe ma vie dans le jardin et je me sens plus entière... très cassée aussi !
    Merci Claudia ♥
    Ah... et je suis contente de voir mes bleuets ici.
    Dans le Berry 10° ce matin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Brr! le froid chez toi mais il faut croire que les fleurs préfèrent le Berry à notre sècheresse et nos températures radicales.

      Supprimer
  3. Vrai que ce livre est un joli petit objet, je n'ai pas été déçue par l'absence de textes longs car je l'avais feuilleté mais il donne une furieuse envie de rouvrir Colette, Rousseau etc
    J'aime beaucoup tes illustrations et merci pour le lien

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On a découvert Jardins de papier en même temps! Oui, je vais aller relire sinon tous les livres du moins les passages que je connais bien mais que j'ai eu envie d'avoir sous les yeux.

      Supprimer
  4. Je l'ai repéré dès sa sortie et Dominique et toi enfoncez le clou ! Je pense que je ne vais pas résister longtemps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne résiste pas, c'est un livre qu'on aime bien avoir chez soi!

      Supprimer
  5. Là vous faites fort, toi et Dominique! Belles illustrations... Finalement, si ce livre donne envie de lire les oeuvres juste citées;..
    Y a-t-il des photos?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, le livre donne envie de relire mais l'erreur vient de moi; je pensais que c'était une anthologie.

      Supprimer
  6. Tu nous donnes envie de posséder ce livre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au fait, tu as un jardin? Il me semble que tu n'en parles jamais? Moi, je suis en ville et en immeuble; Mon jardin, c'est celui dema fille, à Arles; Mais c'est un peu décourageant; pour l'instant il n'est pas beau; il faudrait y être tout le temps, ce qui n'est pas le cas.

      Supprimer
  7. magnifique :) A avoir dans sa bibliothèque, assurément !
    Et qu'il est beau le jardin de Syl ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Syl a un jardin magnifique mais comme elle le dit, elle y est tous les jours et elle est "cassée" par le travail de jardinière! Mais le résultat en vaut la peine.

      Supprimer
  8. Oh ça c'est un livre pour moi ! je suis passionnée par les jardins, et toute la philosophie de vivre qui tourne autour ! Des jardins labyrinthes, aux fouillis à l'anglaise, chacun peut être un personnage à part entière !!
    C'est émouvant pour moi de revoir cette couverture de Colette, ça me rappelle les vieux livres de poche de mon enfance, hérités de mes ainés...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, un roman qui présente tous les aspects du jardin .. Je peux le mettre en livre voyageur.

      Supprimer
  9. Voilà de quoi regretter le fait d'habiter en ville... sans jardin ! Le challenge de Syl. est tentant, comme les références que tu donnes (j'aime bien C. Bobin). Je vais aller voir de quoi il retourne pour le challenge, même si je me dis qu'il ne faut pas ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi je regrette d'habiter la ville sans jardin! Ce que cela me manque!

      Supprimer
  10. Comme je le disais à Dominique je l'avais repéré dans un de mes magazines (même si je suis incapable de me rappeler lequel ;0) et je l'ai tout de suite noté... J'ai une fascination pour les jardins divers même si chez moi c'est l'homme qui jardine (je suis l'inverse d'une femme aux doigts verts ;0( Bon dimanche

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut aimer le livre sans avoir les doigts verts!! Moi , je n'ai pas de jardin, alors!

      Supprimer
  11. Je n'avais pas encore entendu parler de ce livre qui m'a l'air passionnant! Oh moi aussi le Paradou m'a fait rêver adolescente... Ce n'est pas impossible que je relise La faute de l'abbé Mouret cet été, tiens!

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.