lundi 13 mars 2017

Peter May : L’île des chasseurs d’oiseaux


L’île des chasseurs d’oiseaux  est le premier livre de la trilogie écossaise de Peter May. C’est le seul des trois que j’ai lu pour l’instant.
L'île de Lewis et Harris (source)
L’inspecteur Fin MCleod travaille à Edimbourg mais il est envoyé dans son île natale de Lewis, au nord de l’Ecosse, car un meurtre vient d’y être commis. C’est l’occasion pour Fin de revoir les lieux où il a passé son enfance, de rencontrer des gens qui ont fait partie de sa vie, camarades d’école, premier amour, de se remémorer ses parents aimants, morts trop tôt, et la tante qui l’a élevé. Tous ces souvenirs assaillent l’inspecteur mais le souvenir le plus fort et le plus mystérieux a trait à une coutume de l’île Lewis. Les hommes se rendent chaque année sur l’îlot rocheux de An Sgeir pour tuer des milliers d’oiseaux nouveaux-nés (guga en gaélique) qui nichent sur les falaises.
 Un voyage périlleux et dangereux qui constitue pour les adolescents une sorte de rite de passage initiatique.  Mais  Fin, lui, ne se souvient pas avec exactitude de ce qui s’est passé sur l’îlot quand il y est allé sinon qu’il y a eu mort d’homme, le père de son meilleur ami. Parallèlement à l’enquête policière, c’est une plongée dans la mémoire qui est ainsi menée et qui va révéler un pan tragique de sa vie occulté.
Les chasseurs de gugas (fous de Bassan)(source)
J’ai beaucoup aimé l’ambiance de ce roman dont la force tient dans la description de cette île qui a, certes, peut-être un peu évolué depuis l’enfance de Fin dans les années 70 mais qui est pourtant sensiblement la même. Attachés à ses traditions et à la langue gaélique, marqués par un religion austère, façonnés par le climat et leur travail (la terre ou la mer) les habitants de cette île sont des personnages rudes. Les jeunes gens ne rêvent qu’à une chose : quitter l’île comme l’a fait Fin Mcleod en son temps !

Ilot rocheux de Sgeir (source)
 Peter May révèle une puissance d’écriture certaine quand il entreprend le récit de la chasse aux oiseaux sur l’îlot de An Sgeir. Il y a dans le sacrifice des Fous de Bassan, dans le sang versé, les dangers partagés, la cadence infernale, la longueur de l'épreuve (deux semaines) une sorte de rite primitif ; les hommes se retrouvent soudés par une solidarité viscérale qui n’a plus rien à voir avec la raison. Cette chasse qui, jadis, obéissait à des impératifs économiques (un peuple très pauvre qui trouvait là de quoi se nourrir après un hiver rigoureux) n’est plus une nécessité. Mais elle se poursuit malgré les combats menés par les écologistes. Les hommes risquent donc leur vie gratuitement sur ces falaises suspendues au-dessus de l’océan parce que c'est la tradition et aussi, comme le dit l’un d’entre eux, « parce que personne d’autre ne le fait, nulle part dans le monde; Nous sommes les seuls ».  D'autre part, tous les personnages se révèlent, au fil du roman, liés entre eux par un lourd passé dont ils ne peuvent se délivrer. Ces passages sont des grands moments du roman, assez inoubliables. Quant à l’intrigue policière proprement dite, elle est en relation avec le passé de Fin Mcleod mais je ne vous en dirai pas plus..


16 commentaires:

  1. J'ai beaucoup aimé cette trilogie où l'île est un personnage à part entière.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, l'île est un personnage et c'est ce que j'ai trouvé très intéressant.

      Supprimer
  2. Je le note. J'aime les polars exotiques et l'Ecosse!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu seras servie pour l'Ecosse et cette île ne particulier ! La mentalité est encore très traditionaliste avec ce que cela implique de rigidité.

      Supprimer
  3. Je me souviens que l'ambiance et les décors m'avaient impressionnée ... En revanche, j'avais été plus déçue par l'histoire et les personnages (même si je ne me souviens plus vraiment pourquoi). C'est probablement pour ça que je n'ai jamais lu la suite ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En un sens, tu n'as pas tort ! J'avais même un peu deviné ce qui s'était passé bien avant le dénouement. Mais comme d'habitude dans les romans policiers, ce n'est pas l'histoire qui m'intéresse mais ce qu'il y a à côté. Celui-là me restera en mémoire pour ces pages sur l'île et pour cette chasse aux oiseaux.

      Supprimer
  4. J'ai beaucoup aimé ce roman de Peter May qui est fortement resté dans ma mémoire. Si vous lisez les autres, vous les aimerez aussi, j'en suis sûre.
    Merci pour votre visite d'hier et votre commentaire qui m'a touchée.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que je les lirai , pas tout de suite peut-être. Merci à vous aussi.

      Supprimer
  5. j'ai aimé cette trilogie même si celui là est le meilleur je pense
    un bon auteur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dommage que ce soit le meilleur ! J'aurais préféré le contraire !

      Supprimer
  6. J'ai lu la trilogie et comme souvent mon intérêt s'est un peu émoussé au fur et à mesure. Mais dans l'ensemble ce fut un bon moment et ça donne envie d'y passer quelques jours, quelques jours seulement. A bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'aimerais pas y vivre, en effet ! Même maintenant, au niveau religieux, cela a l'air très austère !

      Supprimer
  7. Je fais partie des rares à ne pas avoir été totalement emballée mais je suis d'accord, il est fort pour créer une ambiance (c'est aussi le cas avec son dernier roman).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais comme toi c'est l'ambiance et la description de l'île et des coutumes qui m'ont intéressée.. plus que l'histoire policière elle-même !

      Supprimer
  8. Je l'ai lu aussi en 2013 et j'ai encore l'odeur de tourbe fumante, les vols d'oiseaux, le ciel souvent gris en mémoire...alors que j'ai un peu oublié l'histoire policière ! Comme toi, c'est souvent le contexte autour qui m'attire. Les deux autres sont aussi dans ma PAL mais je ne m'y suis pas remise, comme si un seul contenait déjà tout ce qu'il restait à venir ! :)

    RépondreSupprimer
  9. Moi, je n'en ai qu'un dans ma PAL et je le lirai un jour mais j'ai envie d'autre chose en ce moment.

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.