mercredi 7 juin 2017

Olivier Truc : Le détroit du loup


Le printemps est synonyme de transhumance pour les éleveurs du Grand Nord. Chaque année moins nombreux, hommes et rennes traversent le détroit du Loup dans l'indifférence des puissants prospecteurs pétroliers. Mais la mort d'un jeune éleveur et celle du maire d'Hammerfest vont attiser la colère des uns et l'appétit des autres. Face à cette flambée de violence, la police des rennes mène l'enquête.
Journaliste, Olivier Truc vit à Stockholm où il est le correspondant du Monde. Dans Le Détroit du Loup, les lecteurs retrouveront Klemet et Nina, de la police des rennes, rencontrés dans Le Dernier Lapon (disponible en Points).  (quatrième de couverture)

…………………………………

Après Le dernier lapon dont l’action se déroule en hiver, Le détroit du loup d’Olivier Truc est vraiment le livre à lire quand on part en Laponie norvégienne, au nord du cercle polaire. Le récit a lieu de fin avril, début de la transhumance des rennes, au 12 Mai à Hammerfest, sur l’île de la Baleine, lieu de pâturage estival des rennes. Ce qui correspond en partie aux dates de mon voyage, avec ces jours qui ne cessent de s’étirer, cette absence d’obscurité qui entraîne chez Nina, la policière, norvégienne du sud-ouest, (et les françaises du sud-est), des insomnies récurrentes. Car c’est bien ce que j’apprécie le plus dans ce roman, la découverte d’un pays tel que je l’ai brièvement approché, de ces paysages démesurément étendus, du vidda enneigé à perte de vue, avec ses bouleaux étiolés, et du peuple sami qui s’accroche à ses coutumes, l’élevage des rennes, le nomadisme et la transhumance sur des terres qui leur appartiennent depuis l’origine. Un peuple peu à peu dépossédé de ces territoires et spolié par les multinationales pétrolières qui exploitent la mer de Barents au mépris de toute humanité et de tout respect de la nature.

Le vidda avec ses bouleaux nains
Laponie norvégienne : chez les samis Kautokeino au printemps : le départ des rennes a eu lieu
Kautokeino au printemps : le départ des rennes a eu lieu

Nous pénétrons dans le monde des éleveurs et j’aime que l’analyse d’Olivier Truc ne soit pas simpliste et manichéiste mais montre la complexité des problèmes engendrés par divers conflits : Entre les éleveurs eux-mêmes, les « aristocrates » fiers d’avoir des milliers de têtes et ceux qui sont forcés d’abandonner l’élevage et ainsi déclassés et méprisés; entre les samis et la population de Hammerfest gênée par les rennes qui circulent en ville; entre les puissances d’argent qui broient tout sur leur passage approuvées par le gouvernement volontiers complice et les sami qui doivent céder des pâturages et voir les lieux sacrés disparaître.
Un autre milieu dont j’ignorais tout est aussi très minutieusement analysé, c’est celui des plongeurs de grandes profondeurs. L’auteur nous apprend que dans les années 70-80 a eu lieu la grande et terrible épopée des plongeurs,  dans la Mer du Nord, qui n’étaient protégés par aucune règle et dont la mort et les maladies n’étaient pas de la responsabilité des compagnies pétrolières. Il montre aussi comment, à l’heure actuelle, ces personnes sont mieux encadrées, avec des règles de sécurité plus strictes, mais abandonnées par les multinationales en cas d’accident invalidant.

Quant à Nina et Klemet, les deux héros du récit, policiers des rennes en sapmi, nous voyons leur situation évoluer et découvrons le secret de Nina qui ne nous avait pas été révélé dans le premier volume.

Le livre est donc très intéressant et les thèmes traités bien analysés. Je lui reprocherai pourtant des lenteurs et des redites en particulier dans les rapports entre les deux policiers, une tendance au délayage qui empêche une adhésion totale. Il me semble que le roman serait plus efficace si l’action était plus resserrée, plus rigoureuse.

Laponie Finnmark Kautokeino : Tente sami (Lavvo) abandonnée au printemps pendant la transhumance
Kautokeino : Tente sami (Lavvo) abandonnée au printemps pendant la transhumance

15 commentaires:

  1. Tes critiques sont justes, mais j'ai lu cette deuxième aventure de Klemet et Nina avec plaisir et j'ai complètement découvert le terrible sort des plongeurs. C'est formidable de pouvoir illustrer le livre avec tes propres photos.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est formidable d'avoir vu ce pays ! Il existe un troisième volume avec Klemet et Nina. Je racontais leurs aventures à ma petite fille pendant le voyage ! Pas les meurtres, bien sûr, mais les anecdotes sur leur vie. Dans le restaurant-café de Kautokeino (le seul ouvert), on se demandait s'ils allaient bientôt arriver !

      Supprimer
  2. J'adore tes photos ! Je n'ai pas fini la loi des sames, je ne pense pas aller au-delà du cercle polaire mais j'ai vraiment envie de lire O. Truc... J4apprends plein de choses dans ces polars !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai ! On apprend beaucoup de choses avec ces polars !

      Supprimer
  3. Des situations auxquelles nous ne sommes pas confrontés mais qui sont d'actualités dans d'autres pays. Comme il est bon d'en entendre parler et de se confronter à d'autres modes de vie, de pensées. Merci pour les mettre à jour ici à travers photos et lectures.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et combien d'actualité ! L'exploitation pétrolière de la mer de Barents avec la complicité du gouvernement norvégien ne se fait pas seulement au détriment des Samis et de leur mode de vie mais aussi au détriment des accords passés sur le réchauffement de la planète.

      Supprimer
    2. Malheureusement le cas se répète à travers la planète, voir l'exemple lamentable dans le nord du Dakota aux US où l'état bafoue toutes les règles.

      Supprimer
  4. Ah une lecture raccord, avec tes photos!

    RépondreSupprimer
  5. j'ai la même réserve que toi, j'ai trouvé l'action plus confuse, le nombre de personnages trop grand et du coup cela perd en vigueur dommage, reste que ce n'est pas du tout désagréable à lire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait d'accord ! je l'ai lu avec plaisir malgré ces restrictions.

      Supprimer
  6. Le hasard est étrange. C'est la première fois que j'entends parler de cet auteur. Or, ce matin même, dans le métro, une femme lisait un bouquin dont j'essayais de deviner le titre, mais je n'y suis pas parvenue ; j'ai seulement réussi à déchiffrer le nom de l'auteur ... Olivier Truc ... si ça se trouve, elle lisait mle livre dont tu nous parles ... j'aime beaucoup ce type de coïncidences... Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai noté moi aussi ce genre de coïncidence ! On découvre quelque chose et puis on le rencontre ailleurs et parfois à plusieurs reprises !

      Supprimer
    2. Bonjour claudialucia, j'ai trouvé le détroit du loup beaucoup trop long. Ce fut une déception par rapport au Dernier Lapon. Quant au dernier paru: La montagne rouge, c'est pareil: pas vraiment un polar et beaucoup trop long. Bonne journée.

      Supprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.