mercredi 23 mai 2018

Clare Mackintosh : Je te vois



Comme des milliers de Londoniens, Zoe Walker emprunte quotidiennement le métro et feuillette le journal distribué sur le quai. Un matin, elle y découvre sa photo dans les petites annonces, sous l'adresse d'un site Internet. Qui a pris ce cliché à son insu ? Dans quel but ? Et puis, est-ce bien elle ? Sa famille n'en est guère convaincue. Zoe ne trouve qu'une oreille attentive : celle de Kelly Swift, un agent de la police du métro. Car une succession d'incidents étranges, puis le meurtre d’une femme qui avait également découvert sa propre photo dans le journal persuadent Kelly que quelqu'un surveille les moindres faits et gestes des passagères. Chacune de leur côté, Zoe et Kelly vont lutter contre cet ennemi invisible et omniprésent. (résumé quatrième de couverture)

Pour me reposer un peu des lectures graves et des sujets noirs traités par la littérature des pays de l’Est, lors du challenge du mois d’Avril d’Eva, Patrice et Goran, j’ai commencé début mai par lire un thriller que je ne vous présente que maintenant, faute de temps !
C’est  « Je te vois » de Clare Macintosh, auteure anglaise, dont j’ai déjà lu l’intéressant Te laisser partir.

C’est le genre de livre à l’intrigue bien construite et bien écrite qui relance sans cesse le suspense et nous fait partager l’angoisse des personnages. On a peine à interrompre sa lecture tellement l’on veut savoir ce qui va se passer, si les femmes traquées vont s’en sortir et bien sûr, quel est le pervers particulièrement intelligent et machiavélique qui est derrière ce cauchemar.
Les personnages féminins surtout, sont très intéressants et nous nous attachons à elles, Zoé et sa fille Kathie, l’agent de police Kelly. Nous les voyons dans leur vie quotidienne, pas toujours facile, avec leurs problèmes de travail, de patron, de mari et d’enfants. Et cela les rend très proches de nous. C’est une société dans laquelle nous pouvons nous retrouver c’est pourquoi le livre fonctionne si bien. Attention ! comme dans son premier livre, Clare Mackintsh vous réserve une surprise au dénouement !

Nota : Vous allez me dire que chercher à se reposer et à se changer les idées en lisant un thriller -surtout s’il est réussi - c’est une bien mauvaise idée. Et bien non ! Un livre comme celui-ci parle, bien sûr, de l’existence du Mal, mais le lecteur sait que si celui-ci existe, il est pour l’instant théorique. D’accord, les personnages sont en danger mais nous sommes bien à l’abri dans notre fauteuil ou notre lit douillet ! C’est comme adorer les lectures qui nous plongent dans le Grand Nord, au milieu des forêts sauvages, du blizzard et des loups affamés, quand on est à côté d’un bon feu ronflant !
Par contre, quand on lit la plupart des livres des pays de l’Est, envahis, occupés, détruits, ravagés par la haine des hommes, là, il n’y a aucun échappatoire !

14 commentaires:

  1. J'aime bien ton Nota, tu sais.
    A part ça, les thrillers, j'en lis peu. Quoique là je sors d'un bouquin avec suspense, mais sur un fond historique crédible...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et des policiers tu en lis ? Fais-tu une différence entre policiers et thrillers ? et romans noirs ? Parfois les policiers sont des divertissements, parfois, quand ils sont vraiment de qualité, ils présentent une vision de leur société qui n'a rien à envier aux romans d'un autre gendre.

      Supprimer
  2. Je suis tout-à-fait en phase avec ta nota ; il y a une différence de taille entre une fiction et ce que l'on sait exister en ce moment même quelque part .. Un suspense efficace m'a sortie plusieurs fois d'une panne de lecture.

    RépondreSupprimer
  3. J'avais lu le précédent ouvrage de cette auteur et en garde un bon souvenir... Alors !
    Oui, un des plaisirs de la lecture et souvent dans le contraste : vivre de grandes aventures, bien à l'abri, dans son fauteuil. Certains livres, par contre, brise ce sentiment de sécurité, laissant en nous, leurs traces douloureuses durant de longs moments.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est ce qui se passe quand on lit des livres des pays de l'Est qui reviennent vers leur sombre passé.

      Supprimer
  4. Justement Dominique est à la recherche de polars et thrillers pour les vacances je note celui ci. Pour moi la liseuse déborde j ai un programme grec très fourni

    RépondreSupprimer
  5. Je trouve surtout qu'il nous reste quelque chose de ces lectures marquantes alors que les polars s'évanouissent vite. J'ai lu le précédent de l'auteure l'an dernier et je ne m'en souviens plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi, ce sont des oeuvres de divertissement et, en ce sens, ils ne sont pas à mépriser!

      Supprimer
  6. Comme le dit Moustafette, ce sont des lectures qui s'effacent vite... D'ailleurs, comme je chronique mes lectures avec deux à trois semaines de décalage, je laisse de côté les livres qui glissent comme celui-ci, lu il y a deux mois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis bien amusée et j'ai passé un bon moment avec ce livre. C'est aussi ce que je demande à une lecture. C'est pourquoi, je ne vois pas pourquoi je devrais le mépriser et le mettre de côté. Je fais ça avec les livres qui m'ont déplu ou que j'abandonne en cours de route.

      Supprimer
    2. Je ne le mets pas de côté volontairement, ou encore moins pour donner une certaine image de mes lectures, mais simplement parce que, ne prenant pas de notes, quelques semaines après, j'ai beaucoup oublié et je n'ai pas grand chose à en dire... mon peu de mémoire m'effraye ! ;-)

      Supprimer
  7. Je comprends ; Je suis comme toi. Si je laisse trop de temps passer j'ai beaucoup de mal à en parler.

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.