lundi 8 octobre 2018

Jean-Luc Aubarbier : Montaigne, le chevalier du soleil / une aventure de monsieur de Montaigne



En optant  pour le livre de Jean-Luc Aubarbier : Montaigne, le chevalier du soleil lors de l’opération Masse Critique Babelio, je me réjouissais à l’avance à la pensée de lire un roman historique sur Michel Eyquem de Montaigne. 

Henri de Navarre et Marguerite de Valois

L’époque de Montaigne déchirée par les guerres de religion, par la lutte des trois Henri (Henri de Navarre, futur Henri IV, Henri III, roi de France depuis 1574; Henri de Guise le Balafré) est évidemment très « romanesque », au sens de riches en évènements extraordinaires. Epoque troublée aussi par la dure domination du très catholique roi d’Espagne Philippe II, et par des épidémies dévastatrices comme la peste… Quant à la vie de Montaigne, Maire de Bordeaux, conseiller auprès des rois, philosophe et grand voyageur, elle ne l’est pas moins ! Les châteaux sont encore fortifiés pour éviter les attaques du voisin (même si Montaigne se démarque en laissant sa porte ouverte) ! Bref ! Tout est là pour faire un bon roman ! Le sujet du livre est d’ailleurs autant Henri de Navarre que Montaigne.

Or, voilà que dès la préface, le lecteur apprend « que ce romancier audacieux tord délibérément le cou à l’histoire et lui préfère des aventures imaginaires…. »
Ainsi, dans le roman, le seigneur de Montaigne devient « chevalier du soleil » membre d’une société secrète qui réunit à travers l’Europe des comploteurs désireux d’établir la paix religieuse. Il est chargé par Henri III d’aller voir le pape à Rome pour négocier la paix et il est rejoint dans son voyage par le futur Henri IV et par Guillaume d’Orange dit le Taciturne qui mène une révolte au Pays-Bas contre l’hégémonie de Philippe II d’Espagne.
Si le voyage de Montaigne pour prendre les eaux (Montaigne était atteint de la gravelle, calculs rénaux qui le faisaient énormément souffrir )a bien existé et de même sa visite au pape à Rome où Les Essais ont été passés au crible de l’inquisition, tout le reste n’est qu’affabulation, semble-t-il. Le philosophe n’a jamais été chargé d’une telle mission. Il n’a jamais été l'ami de Henri IV même s’il a eu des relations avec lui et a cherché à exercer une influence pacificatrice sur les souverains, influence d’ailleurs très modeste si l’on en juge par le massacre de la Saint Barthélémy en 1572. Et Marie de Gournay, sa « fille d’alliance » qui n’était qu’une petite fille à l’époque, devenue sa maîtresse dans le roman, ne l’a jamais accompagné déguisée en garçon et pour cause !

Bref! Devant toutes ces trahisons de l’Histoire, je me suis préparée à lire un roman de cape et d’épée palpitant, faisant fi de la réalité historique pour vivre des aventures rocambolesques à la manière de Dumas ! D’autant plus que la présence de Louis d’Artagnan, le père du héros de Les quatre mousquetaires nous y invite. Et c’est bien, d’ailleurs, ce qui arrive, dans l’épisode où ce dernier enlève sa fiancée retenue prisonnière et la ramène à la cour de Nérac. Mais cela ne dure pas, la structure du roman ne le permettant pas.
Divisé en chapitres selon une chronologie précise et avec des retours en arrière, le récit romanesque s’interrompt pour exposer des faits historiques, faire le point sur les personnages. Il commence en 1578 et se termine dix-sept ans après la mort de Montaigne (1592), en 1609, avec le personnage du fanatique François Ravaillac, prêt à tuer le roi Henri IV. Une incursion dans les années 1560 nous permet de faire la connaissance de Pierre de la Boétie et de voir une partie de la jeunesse de Montaigne. La connaissance de l’époque, de la vie et de l’oeuvre de Montaigne est très solide. Michel Eyquem parle comme un livre ou plutôt comme son livre, et ses principales idées sont exposées telles qu’on les lit dans Les Essais.
Mais on dirait que Jean-Louis Aubarbier n’a pas su trouver la juste mesure entre roman historique et roman de fiction. Personnellement, cela m’a beaucoup gênée parce que si je connais assez bien Montaigne pour savoir ce qui lui appartient, je ne le connais pas assez pour savoir ce qui est de l’ordre de l’invention. Par exemple, si je me suis dit que que Montaigne et son ami La Boétie n’avaient jamais été alchimistes, j’ai pensé aussi qu’Etienne de La Boétie n’avait certainement pas écrit le texte de La servitude sur les murs de sa chambre pour le faire recouvrir de plâtre. Il m’a fallu lire cette fois-ci la postface pour savoir ce qu’il en était réellement. Finalement et alors que le livre a des bases sérieuses et fait découvrir des univers réels et fascinants comme cette brillante cour de Nérac qui témoigne de la vitalité à cette époque des pays de langue d’Oc, j’ai fini par douter de tout et tout remettre en question. J’aurais vraiment préféré lire un essai historique, j’aurais été moins déboussolée!
C’est que je ne conçois un bon roman historique que si les faits avérés sont strictement authentiques, l’écrivain ayant bien sûr licence d’imaginer ce que l’Histoire laisse dans l’ombre et de broder quand il s’agit de combler les manques !






Merci à Masse Critique et aux Editions De Borée

17 commentaires:

  1. je l'avais vu dans les parutions mais j'ai passé mon chemin m'étant déjà fait avoir par ce type de roman , je vois que n'ai pas à avoir de regrets
    Dommage j'ai tellement aimé le roman sur sa fille d'alliance l'obèle de Martine Mairal

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'i beaucoup aimé l'obèle aussi mais là l'auteure restait au plus près de la vérité historique et Marie de Gournay n'était pas présentée comme une beauté blonde déguisée en garçon !

      Supprimer
    2. PS : L'Obèle c'est vraiment le roman historique tel que je l'aime.

      Supprimer
  2. Dommage ! Je n'aime pas trop le mélange des genres et ici il a l'air particulièrement poussé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, on ne sait plus ce qui est vrai ou faux à partir du moment où de telles libertés sont prises avec l'histoire. Par contre cela ne me gêne pas dans les romans de Dumas !

      Supprimer
  3. Ha oui, je comprends ton choix de ce livre, mais dommage qu'il t'ait embrouillé les idées. ^_^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je crois que l'auteur hésite trop entre le roman proprement dit et l'histoire.

      Supprimer
  4. La Masse Critique de Babélio est une loterie où l'on ne tire pas que des chefs d'oeuvre (je viens de recevoir de la daube) J'imagine ta déception qui ressemble à celle que j'ai éprouvée en lisant Jérusalmy avec la confrérie des chasseurs de livres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tu as raison de me le rappeler ! Du coup je suis allée lire mon billet sur Jerusalmy. C'est exactement la même déception que j'avais ressentie et pour les mêmes raisons.

      Supprimer
    2. PS :
      Pourtant Jerusalmy et Aubarbier sont des personnes qui ont de réelles et solides connaissances historiques.


      Qu'est-ce que c'est cette daube ?

      Supprimer
    3. Le roi du Monde de Patrick Hutin, j'ai mis ma critique sur Babélio, pas de louanges mais je n'aime pas démolir un livre

      Supprimer
  5. De mon côté, je ne reçois jamais rien… Par conséquent, aucune chance d'être déçu (Goran : https://deslivresetdesfilms.com)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jamais rien ? Tu y vas assez tôt ? Je sais par expérience qu'il vaut mieux ne pas attendre après l'heure d'ouverture.

      Supprimer
  6. je n'aurais pas aimé non plus ce mélange-pas-extra d'histoire et de fiction pour mon héros Montaigne :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, et c'est bien dommage parce que l'auteur n'a rien ajouté de trépidant avec ses inventions alors qu'il connaît bien Montaigne et la période historique assez troublée pour être riche en évènements..

      Supprimer
  7. Réponses
    1. Moi, je n'ai pas passé et je l'ai lu jusqu'au bout mais j'ai regretté le choix de la fiction fait par l'auteur.

      Supprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.