samedi 17 avril 2010

René Char et la Fontaine de Vaucluse

 
La Sorgue : Fontaine du Vaucluse

 

Hier, promenade à la Fontaine de Vaucluse en compagnie de René Char :

Les premiers instants
 
Nous regardions couler devant nous l'eau grandissante. Elle effaçait d'un coup la montagne, se chassant de ses flancs maternels. Ce n'était pas un torrent qui s'offrait à son destin mais une bête ineffable dont nous devenions la parole et la substance. Elle nous tenait amoureux sur l'arc tout-puissant de son imagination. Quelle intervention eût pu nous contraindre? La modicité quotidienne avait fui, le sang jeté était rendu à sa chaleur. Adoptés par l'ouvert, poncés jusqu'à l'invisible, nous étions une victoire qui ne prendrait jamais fin.
La fontaine narrative


Tracé sur le gouffre 
Dans la plaie chimérique de Vaucluse je vous ai regardé souffrir. Là, bien qu'abaissé, vous étiez une eau verte, et encore une route. Vous traversiez la mort en son désordre. Fleur vallonnée d'un secret continu.



   
Déclarer son nom
J'avais dix ans. La Sorgue m'enchâssait. Le soleil chantait les heures au cadran des eaux. L'insouciance et la douleur avaient scellé le coq de fer sur le toit des maisons et se supportaient ensemble. Mais quelle roue dans le coeur de l'enfant aux aguets tournait plus fort,tournait plus vite que celle du moulin dans son incendie blanc?
La parole en archipel
 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.