vendredi 17 septembre 2010

Jennifer McMahon : Tu ne m’attraperas pas


Le livre de Jennifer Mc Mahon aux éditions Belfond a pour titre français Tu ne m'attraperas pas. C'est la phrase leit-motiv du roman, c'est l'appel que lançait Del à son amie Kate lorsqu'elles étaient enfants, c'est le souvenir de leur amitié, de leurs courses d'enfants dansla nature, avant que Del ne soit assassinée. C'est aussi aussi le cri que Kate entendra par une nuit glaciale de Novembre, trente deux ans après la mort de Del!
Mais le titre anglais Promise not to tell est tout aussi explicite. Kate avait promis de ne pas révéler le secret de Del. Pourtant, elle l'a fait! Et parce qu'elle a trahi sa meilleure amie, elle n'a jamais pu se pardonner ce qui est arrivé!
Le roman se déroule sur deux périodes parallèles, Novembre 70 et Novembre 2002. Entre ce laps de temps, deux assassinats, celui de deux adolescentes, Dell et  Tori. La mort violente de Tori en 2002, si longtemps après celle de Del réveille le fantôme du passé et fait revivre aux habitants de cette petite ville du Vermont le drame qu'ils avaient vécu. La narratrice, Kate, explore les deux périodes et, à travers ses souvenirs qui naviguent entre présent et passé, nous entrons au coeur de l'histoire, à la recherche de l'assassin mais aussi des secrets enfouis dans le coeur de chacun.
Tu ne m'attraperas pas est un thriller et il en observe les codes :  L'amie de Tori, Opal, une fillette de douze ans qui vit dans un village hippie avec quelques membres nostalgiques de l'ancienne communauté des années 70, ressemble étrangement à Del. Ne serait-ce pas elle que le meurtrier a voulu atteindre lorsqu'il a tué Tori alors que cette dernière portait le blouson d'Opal? Pourquoi l'assassin a-t-il reproduit avec exactitude le rituel de l'autre crime? Pourquoi a-t-il attendu si longtemps avant de frapper à nouveau? Kate parviendra-t-elle à protéger Opal? L'auteur sait maintenir jusqu'à la fin un suspense assez efficace. J'ai moins aimé l'introduction du surnaturel qui nous est imposé comme une réalité. J'aurai préféré que l'auteur nous laisse le doute et le choix d'interpréter.
Tu ne m'attraperas pas est aussi et surtout l'histoire d'une amitié entre deux filles marginales que les autres écoliers tiennent à distance. C'est l'aspect du roman que j'ai préféré. Kate habite New Hope, le village hippie à l'écart de la ville. Nous sommes dans les années 70 et Kate est venue vivre avec sa mère et l'amant de celle-ci dans un tipi indien sans eau et sans électricité. L'autre Del, vit avec ses frères et un père violent qui la maltraite; elle est sale et mal habillée. Les autres enfants la surnomment Patate Pourrie.. de quoi être tout à fait heureuse dans la vie! Mais Del a un sacré caractère et une imagination qui lui tient lieu de tout!
Les personnages sont analysés avec justesse et précision. Jennifer Mc Mahon décrit leurs sentiments complexes, l'ascendant que Del exerce sur Kate, l'attrait-répulsion qui les lie. Elle montre combien l'investissement d'un monde imaginaire permet à l'enfant d'échapper à la réalité quand celle-ci devient insupportable. Elle dévoile aussi la vision qu'ils ont des adultes. L'enfance et le début de l'adolescence sont donc bien observés et dépeints : la cruauté des enfants entre eux, leur conformisme qui les fait rejeter tous ceux qui sont différents d'eux, l'instinct grégaire, ce désir d'appartenance au groupe qui pousse Kate à trahir Del pour obtenir la reconnaissance des autres, l'éveil à l'amour entre Del et Mike le Muet, dont l'infirmité éloigne les autres. C'est cette analyse psychologique et sociale qui me paraît le plus intéressant dans le roman.

capture-d_ecran-2010-05-27-a-10-14-261.1284208871.png Merci à Dialogues Croisés et aux éditions Belfond. Le roman paraîtra  dans la traduction française le 7 octobre 2010

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.