mardi 18 octobre 2011

Anne-Marie Garat : Nous nous connaissons déjà


Dans le roman de Anne-Marie Garat, Nous nous connaissons déjà, la narratrice se rend dans le sud-ouest de la France pour examiner des plaques photographiques découvertes dans les combles d'un vieux château en restauration. C'est dans ce paysage de vignoble qu'elle rencontre Laura, une jeune femme qu'il lui semble déjà connaître. Désormais, leur route ne va  pas cesser de se croiser au hasard des rencontres spontanées ou voulues.
La construction du récit est habile et c'est peu à peu que toutes les pièces se mettent en place jusqu'à la révélation du dénouement. Le récit est mené en parallèle :  la  narratrice cherche à percer le mystère des photographies retrouvées au château, particulièrement horribles, qui révèlent un crime de guerre, ce qui l'entraîne d'un lieu à l'autre en France et à l'étranger. Laura, dans une vieille école abandonnée, classe des archives, à la recherche d'un petite fille disparue. Et leur quête respective les amène sur les traces de leur passé personnel et du secret familial qui pèse sur chacune d'elle. Le roman se révèle être une interrogation sur la mémoire collective et historique d'abord mais aussi individuelle, personnelle, réflexion aussi sur le rôle de la photographie dans la conservation du souvenir et comme substitut de la mémoire ou encore sur la littérature et l'art :
Parce que les mots sont plus forts que le monde, ils sont dangereux, ils nous obligent. A ce prix l'art est l'exacte vérité du monde, l'impudeur extrême des constructions de notre imaginaire, qui est la forme sous laquelle nous instruisons la réalité, aussi pouvons-nous dormir les yeux grand ouverts, le roman est un représentation vraie et nous y courons des dangers extrêmes, parce que nous sommes d'intelligence avec nous-mêmes.
Quand je cherche les mots qui pourraient le mieux qualifier ce roman, me viennent ces qualificatifs : intelligent, brillant. Le style de l'écrivain que l'on peut qualifier de proustien semble épouser les circonvolutions de la pensée, tel un long  fleuve déroulant ses méandres.
Pourtant, malgré ces qualités, je n'ai pas totalement adhéré à ce récit même si j'ai éprouvé de l'admiration pour le talent de l'écrivain et si j'ai aimé, par exemple, ce voyage  dans l'Italie érudite du vieux Battistini.  Cependant, je n'ai pas eu l'impression de rencontrer de véritables personnages mais plutôt des idées, non "l'exacte vérité du monde". Pour moi qui aime les romans où la société apparaît, où les gens se collètent avec la vie parce qu'ils sont intégrés dans un tissu social, je ne me suis pas sentie complètement concernée.  Je suis en grande partie restée extérieure à l'histoire sauf à plusieurs moments très forts où j'ai ressenti une profonde émotion.
Par exemple, lorsque les personnages cessent d'être des idées pour devenir des êtres vivants, déchirés, tourmentés,  la réflexion intellectuelle laisse alors place au récit.
Il en est ainsi lors de la dernière rencontre entre Laura et son père. Celui-ci fait un long détour pour venir lui parler et lui dire peut-être enfin le secret qui a pesé sur leurs relations et les a empêchés de communiquer. Mais Laura, cadenassée en elle-même, refuse cet échange :

Il semblait si vulnérable, hésitant sur le pas de la porte à la quitter, s'y résolvant cependant, et la réalité dormait devant la porte, elle attendait son heure. Laura n'avait pas retenu son père, et vers midi il avait quitté la longue voie rapide dans une embardée que seule expliquait le sommeil ou un malaise.

Et encore à la fin du récit lorsque l'on apprend "la réalité", pourquoi le père a agi ainsi ..  ou  bien  quand la narratrice rencontre l'auteur des photographies, le criminel de guerre dans un hospice pour vieillards indigents :

... mais sa face à la mâchoire décrochée par la sénilité, ses yeux larmoyants sans paupières s'apparentaient à la figure universelle du délabrement séculaire d'un corps humain, et rien ne laissait à penser qu'il avait pu être un échantillon de cette humanité qui ne s'est pas rencontrée ni connue, qui est peut-être restée au coeur des ténèbres dont parle Conrad, pour qui l'histoire n'a pas commencé et qui erre en liberté dans notre imaginaire comme une bête d'épouvante, dont la dérisoire réalité ne résout rien, n'annonce rien, reste sans guérison ni rédemption, et qui pousse ce cri inarticulé, inaudible, du crime immémorial.

Pour résumer, disons que ce livre, malgré ses qualités évidentes et abouties, ne me touche pas entièrement parce que j'attends encore autre chose d'un roman, celui de coller à la réalité.

Ceci est une lecture commune avec L'Or des chambres dont vous trouverez le billet ICI. Voir aussi celui de Lire au jardin ICI

15 commentaires:

  1. malgré tes réticences, le sujet de ce roman m'intéresse et me rend curieuse, je vais donc me le noter !

    RépondreSupprimer
  2. @ George: effectivement, il pourrait te plaire.

    RépondreSupprimer
  3. dommage car le sujet est attirant , j'ai bien aimé le premier tome de sa trilogie mais ensuite mon plaisir s'est émoussé, elle ne tient pas toujours ses promesses cette dame

    RépondreSupprimer
  4. J'ai ressenti la même chose que Dominique à propos de sa trilogie, d'ailleurs je n'ai pas lu le dernier. Pourtant, je lirais bien autre chose d'elle, elle a quelque chose de captivant aussi.

    RépondreSupprimer
  5. Ton billet me rend curieuse à propos de ce roman, comme George, je note ! Sait-on jamais. Mais je peux tout à fait comprendre ton besoin de romans plus ancrés dans le réel.

    RépondreSupprimer
  6. Comme je te l'avais dit, c'est pour moi un livre marquant, comme on en rencontre peu, et sa puissance m'a bouleversé.

    Mais nous réagissons chacun avec notre propre vécu, nos propres expériences, et je comprends et connais ce sentiment que l'on ressent pour un auteur, un livre qui "devrait" nous plaire mais auquel on reste un peu sur le seuil.

    "Nous nous connaissons déjà" a eu sur moi un effet fulgurant, et tout comme j'ai eu l'impression que ce livre m'était adressé, lorsque j'ai correspondu quelques mois avec Anne-Marie Garat à la suite de cette lecture, notre correspondance à trouver cette fluidité naturelle.

    Cette recherche de la mémoire, associée à un style très proustien - ce qui n'en fait pas moins une oeuvre extrêmement originale - m'est particulièrement sensible. Je ne sais pas quel effet ce livre aurait sur moi à nouveau, je n'ose m'y replonger de peur d'en perdre la magie à une relecture. Je le ferais mais il me faudra encore laisser passer du temps.

    RépondreSupprimer
  7. Dominique, Aifelle, comme vous je m'en suis lassée rapidement de sa trilogie. J'ai lu "Dans la main du diable", suis arrivée péniblement à la fin, et n'ai pas voulu lire les deux autres, cela ne me correspond pas.

    Je comprends son intention, elle l'a expliqué dans différentes interviews, écrire, à la façon anglo-saxonne, de grandes sagas populaires comme des feuilletons. Mais elle s'est éloignée fortement de ses écrits précédents, beaucoup plus forts.

    "Nous nous connaissons déjà" est à des années lumière de sa trilogie.

    RépondreSupprimer
  8. @ Dominique ; "la dame en tient pas ses promesses": Tu as vu que d'après Lire au jardin, ce n'est pas le cas pour "Nous nous connaissons déjà".

    RépondreSupprimer
  9. @ Aifelle : c'est vrai, ce mélange entre c'est captivant et... non, cela ne me captive pas!

    RépondreSupprimer
  10. @ Eiluned : oui, même s'il y a des idées abstraites, j'aime, à partir du moment où il s'agit d'un roman, que les personnages soient vivants et réels.

    RépondreSupprimer
  11. Merci Lire au jardin de ton intervention enthousiaste. C'est bien que quelqu'un qui apprécie l'écrivain alors que je suis si mitigée vienne expliquer les raisons de cet amour.

    Est-ce que tu connais "Chambre noire" du même auteur, un livre qui est aussi sur la mémoire et sur la photographie, un thème récurrent et qui m'intéresse.

    RépondreSupprimer
  12. Ce n'était pas une lecture qui va de soi mais le style de l'auteur (pour ce livre là, les autres je ne sais pas, et pourtant j'ai sa trilogie dans ma PAL, enfin les deux premiers) est d'une fulgurance beauté... Certains passages sont vraiment, vraiment splendide mais c'est une lecture qui exige que l'on prenne son temps... (par contre pour la lecture commune c'est Ptitlapin qui participait avec nous, lien chez moi)

    RépondreSupprimer
  13. Je viens encore t'embèter un peu Claudialucia mais deux jours pour relire L'or des chambres (j'ai fini juste ce matin "Nous nous connaissons déjà" ) ça va être un peu juste, aurais tu la gentillesse de remettre la date pour le 25 octobre ??? (pour le billet de Ptitlapin je pense qu'elle a pris un peu de retard...)

    RépondreSupprimer
  14. @ l'or : Tu ne m'embêtes pas du tout , Je trouve que c'est normal de s'entendre entre nous pour faire une lecture agréable et ne pas avoir à se presser. Au 25 octobre, donc.

    Tu as raison pour AM Garat la lecture n'est pas facile mais comme je te l'ai dit dans ton blog, ce n'est pas cela qui est gênant; c'est cette distance qui s'établit entre le lecteur et l'histoire, les personnages.

    RépondreSupprimer
  15. Merci Claudialucia, ça me permettra de m'y plonger en toute sérénité... c'est justement, encore, une lecture que je ne voudrais pour rien au monde bacler... et ceci même si c'est une relecture... Bonne journée

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.