lundi 3 octobre 2011

Festival du Polar : Villeneuve-Lez-Avignon 2011

Le cloître Saint Jean : Crime scene do not cross

C'est dans le magnifique cadre de la Chartreuse que s'est déroulé, du Vendredi 30 Septembre au 2 Octobre 2011, le septième festival de Villeneuve-Les-Avignon qui mettait à l'honneur cette année le polar venu du Nord. A cette occasion, sept écrivains scandinaves étaient présents à côté d'auteurs et d'illustrateurs français, une cinquantaine d'écrivains au total et vous devez vous douter que j'ai fait le plein de livres à cette occasion! Pas autant que ce que j'aurais aimé mais.. soupir...  Sagesse, sagesse! Le festival était riche en évènements et il m'a fallu choisir.

Tout d'abord samedi après midi une table ronde sur le thème : Le polar, miroir de la société


qui réunissait de gauche à droite : Christian Roux, Jean-Hugues Oppel, l'interprète,  Ake Adwardson, le journaliste-écrivain Hubert Prolongeau.
Les écrivains ont montré à travers leurs oeuvres respectives que le roman policier ou plutôt le  roman noir en mettant en scène les oubliés de la société, mettait le doigt sur les injustices, les dysfonctionnements de cette société. Tous ont précisé qu'écrire était pour eux une urgence, quelque chose qui répondait à un besoin profond même s'ils ne se disent pas "engagés" au sens politique du mot. Et tous sont d'accord pour dire que si écrire est un travail, cela n'empêche pas le plaisir.   Ecrire un livre, c'est une question de deux ou trois ans, alors mieux vaut choisir un sujet qu'on aime avec des personnages qui nous sont chers a affirmé Christian Roux.
J.H. Oppel a cité Victor Hugo écrivant Les Misérables, Ake Edwarson, Dostoievsky avec Crime et châtiments comme les plus grands auteurs de romans noirs tant il vrai que tout grand écrivain qui se fait le reflet d'une société qui fonctionne sur la misère et l'exploitation, le crime et la malhonnêteté, ne peut qu'écrire des romans noirs.
 Enfin Ake Edwardson a parlé - et j'ai  particulièrement apprécié cette intervention- de la responsabilité de l'écrivain par rapport aux morts qu'il décrit. Faisant allusion aux mauvais romans qui jouent sur l'horreur et qui font appel aux ressorts du  voyeurisme, il a précisé que le romancier a un engagement moral. S'il montre la mort, c'est avec respect et non comme une distraction morbide, c'est pour révéler ce qui ne va pas autour de lui. Christian Roux a surenchéri en précisant que quand une personne meurt, c'est toute une galaxie qui s'éteint. Un bon romancier doit en être conscient quand il écrit.

Ensuite signatures des livres achetés  :

Le suédois Ake Edwarson  dédicace le polar : Le ciel se trouve sur terre. C'est le dernier de la série  dans lequel évolue Erik Winter, son commissaire, personnage récurrent.  Ake Edwarson avait dit adieu à son héros dans un roman précédent, parce que nous a-t-il expliqué après dix livres et quinze années passées avec lui, j'avais peur de ne plus rien avoir à dire d'intéressant sur lui. Mais  il ne faut pas me croire, je suis un menteur d'où le retour de Erik Winter : Il faut dire que je voulais savoir ce qu'il devenait, j'avais presque envie de décrocher mon téléphone pour le lui demander."


Gunnar Staalesen et Leena Lehtolainen que je vais découvrir avec pour l'un : La belle dormit cent ans et pour l'autre Coeur de cuivre

Gunnar Staalesen est né à Bergen, en Norvège, ville industrielle ou côtière où il situe l'action de ses romans. Son personnage est le détective privé Varg Veum. La Belle dormit cent ans est son troisième roman.
Leena Lohtolainen est lauréate de plusieurs prix finlandais. Coeur de cuivre est le troisième épisode des aventures de l'inspectrice Maria Kallio. Enfin une femme! Il y avait d'ailleurs une table ronde à laquelle je n'ai pu assister, hélas :  Le Héros est une femme.


Jon Hallur Stefansson avec le livre L'incendiaire.  Cet écrivain islandais est notamment le traducteur en islandais de JK Rowling et Julio Cortazar. 
Après Brouillages, L'incendiaire est son second roman












Oui, je sais, au niveau des scandinaves présents il me manque le suédois Arne Dahl et Arni Thorarinsson mais ne me le faites pas remarquer,  mon banquier a dit non et non, c'est non! J'en ai des regrets mais pas éternels car je trouverai bien le moyen de me procurer un jour leurs livres!

Enfin  il fallait bien faire honneur aux français :  Sylvie Deshors et Christian Roux






 On voit ici l'illustrateur Mako dédicaçant la BD  : Octobre noir, fruit d'un travail collectif avec Daeninckx.













Ajoutons que Michel Bussi a obtenu le prix des lecteurs du festival avec Les Nymphéas noirs



 Dimanche : Lectures Boréales, dans un beau cadre de verdure, d'extraits de textes d'écrivains scandinaves par l'acteur Antoine Coesens. Un régal tant par les textes que par le talent du comédien.


Enfin pour clôturer la journée : une pièce de théâtre-oratorio : Requiem pour Miss Blandish à partir d'un roman JH Chase Pas d'orchidée pour Miss Blandish par la Compagnie Subito.





Voir le compte rendu 1 Ici  et 2 Ici de Lystig

Nous avons fait une rencontre sympathique pendant le festival :  Lire au jardin. Je vous envoie vers le commentaire qu'elle a rédigé sur la pièce de théâtre sur Miss Blandish Ici
Voir aussi le billet de Wens 1 Ici et 2 Ici

19 commentaires:

  1. Moi, c'est une photo de Wens que je veux! ;-) Je ne connais pas Stefansson mais les autres, oui... Une bien belle rencontre apparemment.

    RépondreSupprimer
  2. Il y avait bien une photo de Wens avec Mako et Daeninckx mais il a trouvé qu'elle n'avantageait pas son profil! Il est coquet papa Wens!

    RépondreSupprimer
  3. @ gwen toujours : Il y eu une lecture de Stefansson absolument magnifique. Si tout le reste du roman est de ce niveau, il promet!

    RépondreSupprimer
  4. je languis de terminer mes lectures de rentrée pour me plonger dans mes bouquins nordiques !

    (je peux voir la photo de Wens, même de dos, parce que franchement, je crois que l'on s'est manqué de peu !)

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour ton billet... faudrait peut être que je fasse un effort question polar

    RépondreSupprimer
  6. Les lectures avaient l'air très bien, c'est donc un petit regret pour moi, mais j'ai apprécié la pièce "Requiem pour Miss Blandish", un très bon moment.

    Et puis ce fut l'occasion de notre rencontre, avec toi et Wens, que j'ai vraiment beaucoup appréciée. On se reverra certainement sur un autre lieu de spectacle, et en attendant, gardons le contact !

    RépondreSupprimer
  7. Ta journée a été bien remplie ! Je ne connais pas les écrivains qui étaient présents, je retiens le Stefansson qui m'a l'air très intéressant. Mais tu auras sûrement l'occasion de nous en reparler, avec Wens.

    RépondreSupprimer
  8. Quel programme! En plus de rencontrer les écrivains, la réflexion sur l'écriture. Cela donne bien envie de lire ces polars nordiques que je ne connais pas. mais on ne peut pas tout lire.

    RépondreSupprimer
  9. Très chouette article qui déjà me rend jalouse car j'aurais bien été faire un petit détour par ce festival du polar mais cela faisait un peu loin pour moi et en plus, je trouve qu'il ne fait pas redondance avec les deux articles de Lystig, il apporte une autre vision qui a fait que j'ai pris plaisir à lire ton article.

    RépondreSupprimer
  10. @ Lystig : oui, moi aussi il faut que je termine mes lectures de rentrée avant de lire ces livres.

    RépondreSupprimer
  11. Ogresse : il faut que ce soit un plaisir bien sûr mais avec de bons polars ça vaut le coup.

    RépondreSupprimer
  12. Lire au jardin: Très heureuse aussi de t'avoir rencontrée avec ta fille; C'était très sympa.

    Un bon souvenir de la pièce de théâtre, en effet. Je n'ai pas eu le temps de la présenter.

    RépondreSupprimer
  13. Moi ausis Aifelle, je ne les connaissais pas à part Anri Thrarinsson dont j'ai lu "Le dresseur d'insectes"; Oui, dès que j'ai fini mes livres de rentrée je lis les scandinaves.

    RépondreSupprimer
  14. @ miriam : tu les liras quand tu iras dans un pays nordique. Une bonne manière de connaître le pays par l'intérieur et non comme une touriste.

    RépondreSupprimer
  15. @ de poche en poche : Merci pour ta visite à partir de Lystig. Je vais aller voir ton blog, je découvrirai ainsi de quel "pays" tu es.

    RépondreSupprimer
  16. Do not cross, je vois que tout le monde a respecté les consignes !
    Tu pourras dire à ton banquier qu'il n'y connaît rien en littérature !
    Bon, tu t'es bien éclatée quand même ;-)

    RépondreSupprimer
  17. Voilà un billet intéressant, quelle chance d'avoir participer à cette manifestation. Je reviendrais le lire un peu plus en détail demain dans mes petits temps de pause au boulot, je travaille demain et je vais animer un petit déjeuner lecture avec des enfants entre 8 et 12 ans. Je te remercie d'avoir relever que je m'étais trompée dans ma liste pour mon challenge ABC !! Pourtant j'y ai passé du temps, comme je bosse dans une bibliothèque c'est facile de trouver des auteurs sous la main mais quand même j'ai eu du mal car il y a des auteures que je ne voulais pas lire, et certaines lettres qui me manquait comme le U !! Bon j'ai tout trouvé maintenant il faut lire !!!! Je te souhaite un bon week-end.

    RépondreSupprimer
  18. @ catherine : Do not cross! Nous avons été obéissants! Oui, je me suis régalée et puis les plaintes contre le banquier étaient un peu pour la forme car je ne suis pas revenue bredouille! bref! mon banquier est presque quelqu'un de bien, il aime malgré tout la littérature!

    RépondreSupprimer
  19. Nina : Tu fais un métier passionnant; Si je n'avais pas été prof de lettres (à la retraite à présent) je crois que j'aurais voulu être bibliothécaire. Les livres toujours! Tu vas te régaler avec La Petite voleuse de livre ; donc ne regrette pas de t'être trompée. Bonne lecture et bon week end!

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.