dimanche 13 novembre 2011

Victor Hugo : Souvenir de la nuit du 4

La liberté guidant le peuple  Eugène Delacroix

Victor Hugo  qui s'est exilé après le coup d'état de Louis Napoléon Bonaparte le 2 décembre 1851 écrit Les châtiments pour combattre le gouvernement de celui qui a pris le nom de Napoléon III. L'anecdote à laquelle le poète fait allusion est historique. Le 4 août 1851, le surlendemain du coup d'état, la troupe a ouvert le feu sur la foule qui se promenait sur le boulevard.

L'allégorie de Delacroix La liberté guidant le peuple reste la meilleure illustration de l'insurrection générale du Romantisme contre toutes les barrières. Celles-ci sont bien sûr littéraires (le théâtre et la poésie, notamment, ont été secouées durablement dans leurs formes) mais aussi politiques, et l'on a pu affirmer non sans raison que les journées révolutionnaires de 1830 et 1848 sont romantiques, comme romantiques ont été les luttes pour l'indépendance que mènent alors la Grèce, l'Espagne ou la Pologne. De cette effervescence, Hugo représente tous les aspects, du "bonnet rouge mis au vieux dictionnaire" jusqu'au non défintif que son exil opposa au Second Empire : "le Romantisme, dit-il encore, c'est le libéralisme en littérature".  (citation article sur le Romantisme ici)

Souvenir de la nuit du 4

L'enfant avait reçu deux balles dans la tête.
Le logis était propre, humble, paisible, honnête ;
On voyait un rameau bénit sur un portrait.
Une vieille grand-mère était là qui pleurait.
Nous le déshabillions en silence. Sa bouche,
Pâle, s'ouvrait ; la mort noyait son oeil farouche ;
Ses bras pendants semblaient demander des appuis.
Il avait dans sa poche une toupie en buis.
On pouvait mettre un doigt dans les trous de ses plaies.
Avez-vous vu saigner la mûre dans les haies ?
Son crâne était ouvert comme un bois qui se fend.
L'aïeule regarda déshabiller l'enfant,
Disant : - comme il est blanc ! approchez donc la lampe.
Dieu ! ses pauvres cheveux sont collés sur sa tempe ! -
Et quand ce fut fini, le prit sur ses genoux.
La nuit était lugubre ; on entendait des coups
De fusil dans la rue où l'on en tuait d'autres.
- Il faut ensevelir l'enfant, dirent les nôtres.
Et l'on prit un drap blanc dans l'armoire en noyer.
L'aïeule cependant l'approchait du foyer
Comme pour réchauffer ses membres déjà roides.
Hélas ! ce que la mort touche de ses mains froides
Ne se réchauffe plus aux foyers d'ici-bas !
Elle pencha la tête et lui tira ses bas,
Et dans ses vieilles mains prit les pieds du cadavre.
- Est-ce que ce n'est pas une chose qui navre !
Cria-t-elle ; monsieur, il n'avait pas huit ans !
Ses maîtres, il allait en classe, étaient contents.
Monsieur, quand il fallait que je fisse une lettre,
C'est lui qui l'écrivait. Est-ce qu'on va se mettre
A tuer les enfants maintenant ? Ah ! mon Dieu !
On est donc des brigands ! Je vous demande un peu,
Il jouait ce matin, là, devant la fenêtre !
Dire qu'ils m'ont tué ce pauvre petit être !
Il passait dans la rue, ils ont tiré dessus.
Monsieur, il était bon et doux comme un Jésus.
Moi je suis vieille, il est tout simple que je parte ;
Cela n'aurait rien fait à monsieur Bonaparte
De me tuer au lieu de tuer mon enfant ! -
Elle s'interrompit, les sanglots l'étouffant,
Puis elle dit, et tous pleuraient près de l'aïeule :
- Que vais-je devenir à présent toute seule ?
Expliquez-moi cela, vous autres, aujourd'hui.
Hélas ! je n'avais plus de sa mère que lui.
Pourquoi l'a-t-on tué ? Je veux qu'on me l'explique.
L'enfant n'a pas crié vive la République.

Nous nous taisions, debout et graves, chapeau bas,
Tremblant devant ce deuil qu'on ne console pas.

Vous ne compreniez point, mère, la politique.
Monsieur Napoléon, c'est son nom authentique,
Est pauvre, et même prince ; il aime les palais ;
Il lui convient d'avoir des chevaux, des valets,
De l'argent pour son jeu, sa table, son alcôve,
Ses chasses ; par la même occasion, il sauve
La famille, l'église et la société ;
Il veut avoir Saint-Cloud, plein de roses l'été,
Où viendront l'adorer les préfets et les maires ;
C'est pour cela qu'il faut que les vieilles grand-mères,
De leurs pauvres doigts gris que fait trembler le temps,
Cousent dans le linceul des enfants de sept ans.

Francisco  Goya: Saturne dévorant ses enfants



7 commentaires:

  1. Joli billet. Je te rejoins dimanche prochain ( complètement perdue dans la peinture romantique en ce moment... )

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce billet qui m'ouvre une porte vers la peinture la prochaine fois que je parlerai du Ventre de Paris avec mes élèves!

    Mes premières contributions se font attendre, car j'en suis aux dernières semaines de ma session. Début décembre, je serai donc plus libre pour me consacrer aux divers sujets qui me trottent dans la tête!

    RépondreSupprimer
  3. Un poème qui garde toujours même actualité et même force, et qui me touche toujours autant...

    RépondreSupprimer
  4. @ emmyne : Bonne nouvelle. A dimanche prochain alors!

    RépondreSupprimer
  5. @ Marie José : bon travail avec tes élèves. Il n'y pas d'urgence pour le challenge. Mieux vaut, en effet, le faire tranquillement quand on est libre et qu'on peut apprécier.

    RépondreSupprimer
  6. @ Kagire : je suis comme toi!Il y a peut-être un peu trop de pathos (?) mais ça marche avec moi!

    RépondreSupprimer
  7. Romantiques et révolutionnaires?
    J'ai peut être eu le tort de commencer par Chateaubriand qui était plutôt conservateur politiquement.
    je n'avais pas envisagé ton point de vue. C'est la richesse de ce challenge que de confronter des points de vue différents qui nous donnent des éclairages inattendus

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.