jeudi 15 décembre 2011

Hommage à Tony Hillerman : Le dernier chant du Navajo :


vaudou21142_1.1227386198.jpg
Peintures sèches :   rituels de guérison

Le 26 octobre 2008, le Vent-qui-est-dedans s'est libéré de Tony Hillerman pour aller saluer le nouveau jour. A quatre-vingt-trois ans, le "grand ami du Peuple" a quitté le Cinquième Monde. Sa, Celle-qui-apporte-le-Grand-Âge, est venue le chercher. J'entends les voix de Première Femme et de Premier Homme qui vont s'affaiblissant sur les Quatre Montagnes Sacrées où s'efface peu à peu le hurlement de Coyote... Avec Tony Hillerman s'arrêtent aussi les aventures du lieutenant Joe Leaphorn et de Jim Chee, policiers Navajo, enfants de son esprit.
Si vous aimez le roman policier ethnologique ainsi que l'on a nommé ce genre nouveau, n'hésitez pas! Lisez Tony Hillerman dans l'ordre chronologique, si possible, pour pouvoir suivre les étapes de la carrière de Joe Leaphorn, et les grands moments de sa vie, l'amour qu'il porte à sa femme, son  deuil... puis l'arrivée tardive, quelques romans plus tard, de Jim Chee, policier lui aussi, jeune homme proche de son peuple, qui veut devenir Medecine-man et exécuter les rites guérisseurs, les peintures sèches, la Voie du Sommet-de-la-Montagne ou celle de la Bénédiction... Deux héros que l'on retrouve d'un livre à l'autre et que l'on reconnaît comme des amis, heureux d'avoir de leurs nouvelles, désolés des coups durs que la vie leur inflige.
Le pays que décrit Tony Hillerman est d'une beauté aride, poussiéreuse, colorée, appelé Fours Corners où, fait unique dans le pays, les frontières séparent quatre Etats, Arizona, Utah, Colorado, Nouveau-Mexique; c'est la plus grande réserve d'indiens des Etats-Unis limitée par les Quatre Montagnes Sacrées qui correspondent grossièrement aux quatre points cardinaux. La parfaite connaissance du Dineh, le Peuple (c'est le nom que se donnent les Navajos) et l'empathie que Tony Hillerman éprouve envers lui rend la lecture de ses livres passionnante.
Mais le meilleur hommage que l'on puisse rendre à un écrivain est de lui laisser la parole :

Dans Porteurs de Peau, Jim Chee vit dans une maison mobile. Un chatte abandonnée par  des estivants a fait son apparition près de chez lui pendant l'hiver. Elle est maigre, efflanquée..

 Chee doutait de pouvoir approcher suffisamment la chatte pour parvenir à mettre la main sur elle et il n'avait pas essayé. Il y avait trop du navajo traditionnaliste en lui pour intervenir dans la vie d'un animal sans avoir une raison de le faire. Mais il était curieux. Un animal comme celui-là, élevé  et nourri parmi les hommes blancs saurait-il retrouver assez de ses instincts de chasseur pour survivre dans le monde des Navajos? Sa curiosité s'était graduellement muée en une admiration sans exagération. Avant le début de l'été, l'animal avait acquis la sagesse en même temps que les traces dans sa chair. Il avait cessé de donner la chasse aux chiens de prairie et se concentrait sur les petits rongeurs et les oiseaux. Il avait appris comment se cacher, comment s'échapper. Il avait appris à s'endurcir et à survivre.
Dans Blaireau se cache, Jim Chee se rend à l'hôpital où Nakaï, un shaman, est en train  de mourir d'un cancer. Celui est sous oxygène, relié par "des tubes à la vie" et par des fils "aux ordinateurs mesurant le Vent Sacré"...

Il replaça le masque sur son visage, inhala de l'oxygène, l'ôta à nouveau.
-Les bilagaana (les hommes blancs) ne comprennent pas la mort. C'est l'autre extrémité du cercle, pas une chose contre laquelle il faut combattre et lutter. As-tu remarqué que les hommes meurent juste à la fin de la nuit, quand les étoiles brillent encore à l'ouest et qu'on peut apercevoir l'éclat de Garçon de l'Aube, à l'est sur les montagnes? C'est pour que le Vent Sacré qui est en eux puisse aller bénir le nouveau jour. J'ai toujours pensé que je mourrai comme ça. Pendant l'été. A notre campement dans les Chuska. Avec les étoiles au-dessus de moi. Avec mon vent-qui-est-dedans qui se libère. Et non pas en agonisant enfermé dans... 
Dans Coyote attend, Joe Leaphorn vient de perdre sa femme, Emma. Il demande à Jim Chee d'exécuter pour lui la Voie de la Bénédiction et des peintures sèches qui contraindraient " les puissances à rendre Joe Leaphorn à une vie apportant "la beauté tout autour de lui"...

Puis Jim Chee avait sorti de sa jish (sa bourse à médecine) en peau de daim le petit sac de cuir qui était sa bourse des Quatre Montagnes, deux jeux de bâtons de prières, une boîte de tabac à priser qui contenait des pointes de flèches en silex, et une demi-douzaine de petits sacs de pollen. Il avait solennellement dessiné les contours des traces de pas sur le sol et inscrit dedans à l'aide du pollen les symboles des rayons du soleil sur lesquels Leaphorn allait marcher. Derrière Chee, par la porte du Hogan qui s'ouvrait sur l'est, Leaphorn voyait les remparts déchiquetés des monts Carrizo qui réflétaient le rose du crépuscule. Il avait respiré la fumée du pin pignon qui montait des feux de cuisson faits par les proches d'Emma et par ses propres amis venus se joindre à lui pour ce voyage dans le monde spirituel de son peuple.
Voir deux sites : hillerman.1227461617.jpg
 Tony Hillerman polarnoir

Billet programmé en novembre 2008 dans mon ancien blog

20 commentaires:

  1. Joli billet qui me rappelle Tony Hillerman dont j'ai,lu quelques enquêtes jadis.Je retournerai faire un tour prochainement en pays Navajo.Nous sommes tellement sollicités par les livres que parfois on ne ait plus où donner de la tête.

    RépondreSupprimer
  2. c'est le premier auteur de polars ethnos que j'ai découvert il y a bien longtemps et que j'ai adoré. souvenirs souvenirs!

    RépondreSupprimer
  3. Tu penses bien que j'en ai lu (hélas sûrement dans le désordre!) et Four corners cela me dit quelque chose...

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Claudia Lucia, billet bien troussé qui me donne des regrets de ne pas avoir encore lu du Hillerman. C'est une grosse lacune dans ma culture de littérature policière. Merci et bonne journée.

    RépondreSupprimer
  5. Je n'ai jamais lu Tony Hillerman, mais voila un billet qui donne envie d'ouvrir un de ses livres. Je note.

    RépondreSupprimer
  6. Un auteur que je n'ai pas relu depuis longtemps, j'aimais bien l'ambiance un peu ésotérique de ses romans

    RépondreSupprimer
  7. Equilibre et harmonie avec la nature definissent l'essence des Navajos. Hillerman a ete vraiment bien inspire dans ses ecrits.

    RépondreSupprimer
  8. @ Eeguab : c'est vrai; il y a telelment de livres que l'on n'a même plus le temps de relire les anciens!

    RépondreSupprimer
  9. @ miriam : cette mythologie indienne que Tony Hillerman nous fait découvrir un un charme fou!

    RépondreSupprimer
  10. @ Keisha : Fours corners : j'aimerais bien aller voir un peu de ce côté-là! Pour le moment je ne connais des Etats-Unis que Washington!

    RépondreSupprimer
  11. @ dasola : une lacune facile à combler! Ce sont des livres agréables qui se lisent sans difficultés.

    RépondreSupprimer
  12. @ lireau jardin : Cette lecture te plairait peut-être? C'est un genre bien particulier.

    RépondreSupprimer
  13. @ Thérèse : Oui, j'ai l'impression que Hillerman était imprégné de cette culture et qu'il a su en rendre l'essence.

    RépondreSupprimer
  14. @ Dominique : Comme dans tous les policiers que j'aime, ce n'est pas tant l'histoire policière qui me plaît que ce qu'il y a autour, ici les personnages et la culture des Navajos.

    RépondreSupprimer
  15. J'en ai lu un il y a longtemps, qui ne m'avait pas spécialement marquée. Je lui redonnerais bien une chance, il y a eu une époque où j'étais tellement fatiguée que je n'appréciais plus rien.

    RépondreSupprimer
  16. Tony Hillerman, un réel bonheur...il faudrait pouvoir les relire dans l'ordre des parutions.

    RépondreSupprimer
  17. @ Aifelle : Oui, la fatigue empêche souvent d'apprécier! Il faut lui redonner sa chance.

    RépondreSupprimer
  18. j'ai découvert Tony Hillerman tout à fait par hasard il y a une quinzaine d'année,et je peux dire que j'ai fait une magnifique rencontre avec un auteur et avec un peuple que je ne connaissais que de nom.ces livres réussissent à me captiver autant par leurs intrigues que par la découverte de la culture et de la mythologie Navajo(hopi aussi).en plus,ils ont une particularité rare;je peux les lire et les relire sans me lasser.Tony Hillerman était-il le seul de son style,ou existe-t-il d'autres auteurs de polars "ethniques" aussi efficaces et "instructifs",aussi prenant sans faire dans la surenchère?

    RépondreSupprimer
  19. @ anonyme : Les romans de Arthur Upfied sur les aborigènes ne sont pas mal du tout. (je préfère Hillerman mais celui -ci s'est inspiré d'Upfield pour créer son univers).

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.