mardi 13 décembre 2011

Invitation au romantisme : Childe Harold en Italie Lord Byron

Lord Byron de Richard Westall


De temps en temps, je vous invite à aller voir des billets écrits dans le cadre du challenge romantique afin d'en découvrir les richesses et trésors et, bien sûr, ce sera chacune(e) son tour! Il ne s'agit pas d'un bilan mais d'une invitation  dans l'univers romantique de la blogosphère. Mardi dernier vous étiez invités dans plusieurs blogs pour aller à la rencontre de la musique romantique : ICI

Le blog de Tilia : Echos de mon grenier

Dans le beau blog de Tilia, consacré à la peinture, c'est à une promenade en Italie avec Byron à laquelle vous êtes invités et plus particulièrement à la lecture d'un billet qui allie poésie,  peinture et musique.
Childe Harold en Italie

Child Harold's Pilgrimage, poème de Lord Byron comportant quatre chants, fait partie des œuvres majeures du Romantisme qui ont eut une grande influence sur les Arts.
En poésie, "
Le dernier chant du pélérinage d'Harold"  a été composé par Lamartine en hommage à Byron en 1825, l'année suivant sa  disparition.
En peinture, "Child Harold's Pilgrimage" est un tableau de Turner dont le titre et la dédicace sont issus du quatrième chant de Childe Harold, celui que Byron a rédigé en Italie. L'œuvre entière de Byron à profondément influencé Turner, ce sera l'objet d'un billet à venir.
En musique, Berlioz a donné le titre "Harold en Italie" à sa symphonie avec alto principal, composée en 1834 à la demande de Paganin
i. Lire la suite

 Requiem pastoral

Un autre article est dédié au peintre romantique anglais Sir Edwin Henri Landseer pour son tableau :   le vieux berger pleuré par son chien
 
En ce 2 novembre, jour traditionnellement réservé au souvenir de nos disparus, le hasard a fait pencher la balance du choix de mon billet en faveur d'un tableau rattaché au Romantisme.
Lire la suite
  
Sir Edwin Henri Landseer, peintre animalier (1802-1873)





8 commentaires:

  1. Malgré l'importance de Byron sur le romantisme j'avoue n'avoir jamais rien lu de lui, il faut que j'y pense ! merci pour cette présentation !

    RépondreSupprimer
  2. Je pense surtout à Byron en Grèce! Je ne sais pas si j'aurai le temps de concocter un billet là-dessus. Merci encore à Tilia pour le lien, j'ai téléchargé le texte

    RépondreSupprimer
  3. Merci, Claudialucia, pour cette belle présentation. Le portrait de Sir Edwin Henri Landseer dans une attitude napoléonienne ne manque pas de sel ! Sir Francis Grant a peint un autre portrait d'Edwin Landseer, où le chien se voir mieux que sur celui-ci. Les deux sont dans cette page.
    Bonne semaine et à bientôt

    @ Miriam
    Heureuse de savoir que mon habitude d'indiquer autant que possible tous les liens sources dans mes notes ait pu te rendre service. Je lirai ton billet avec intérêt.

    RépondreSupprimer
  4. @ george : Le billet de Tilia est très intéressant pour nous permettre de décovurir le poète.

    RépondreSupprimer
  5. a miriam : Byron en Grèce après l'Italie, voilà qui serait fort intéressant. La traduction indiquée par Tilia est d'ailleurs agréable et claire.

    RépondreSupprimer
  6. @ Tilia ; Finalement ils ont beau le détester (Napoléon) ils l'ont presque tous imité!Chateaubriand aussi s'est fait peindre en Napoléon.
    Merci pour le lien et pour ton article. j'espère que tu auras eu de la visite.

    RépondreSupprimer
  7. J'ai fait mes petits achats ( sans Lord Byron que je n'ai pas encore lu) pour le challenge : graziella et ann Radcliffe.

    RépondreSupprimer
  8. Merci pour cette belle présentation ! j'ai un peu lu Byron, il y a longtemps, et je ne sais plus si je l'aime bien ou pas... Une bonne raison de le relire en somme :)

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.