dimanche 12 février 2012

Kate Morton : Les brumes de Riverton




 Les brumes de Riverton de Kate Morton est ce qu'il est convenu d'appeler une saga à propos d'une grande famille anglaise de l'époque victorienne. Il s'agit des Hatford qui possèdent le château de Riverton ou Grace, une jeune fille de quatorze ans, est embauchée comme bonne. Le récit est raconté de son point de vue lorsque, à l'âge de 98 ans et à la suite d'un film où la réalisatrice sollicite ses souvenirs, le passé remonte à sa mémoire avec ses moments heureux mais aussi ses  tragédies et ses secrets. Grace fait revivre l'adolescence des soeurs Hatford, Hannah et Emmelyne et de leur frère David. Elle raconte la vie de la domesticité mais aussi des maîtres à cette époque et nous livre les secrets de sa maîtresse Hannah qu'elle aime comme une soeur.  C'est bien sûr aussi son histoire que nous devinons en filigrane derrière le récit. A travers l'histoire des Hatford et de leur décadence, nous assistons à un changement de société et de mentalité avec les bouleversements  apportés par le changement de siècle et la guerre de 1914.

L'intérêt du livre tient pour moi à la connaissance historique de l'auteur, en particulier, des moeurs de l'époque victorienne que Kate Morton fait revivre devant nous. Je me suis intéressée à la vie de la domesticité dans une grande maison, aux préparations des repas et des fêtes, à la hiérarchie qui règne entre les domestiques aussi stricte que celle qui existe chez les Grands. Kate Morton nous dit qu'elle s'est inspirée entre autres, du film de Altmann, Gosford Park et, en effet, elle a su rendre cette atmosphère fébrile et solennelle qui fait d'un dîner une affaire d'honneur sinon d'état! La construction du récit est habile et bien menée puisque l'on ne comprendra qu'à la fin ce qui s'est réellement passé et pourquoi Grace se sent coupable. Ce sont les qualités du roman, facile à lire, qui peut plaire par son côté "romanesque", histoire d'amour, jalousie, drames et qui a plu puisqu'il est devenu un best seller. Personnellement, je l'ai lu sans déplaisir mais sans parvenir à me passionner entièrement pour ces personnages, peut-être parce qu'ils sont trop lisses, trop éloignés d'une réalité sociale qui était sans pitié pour les classes humbles.

On a comparé ce roman à celui de Margaret Atwood, Captive qui met en scène (à partir d'une histoire vraie) une servante, elle aussi dénommée Grace, accusée d'avoir tué son patron. Mais la ressemblance s'arrête là!  Pour moi, les deux romans ne sont pas  de la même force, n'ont pas la même ambition! Le roman de Margaret Atwood va beaucoup plus loin dans l'analyse sociale et psychologique des personnages. Atwood ne se contente pas de nous raconter une histoire comme le fait Kate Morton pour "faire plaisir", elle brosse un tableau très noir de la condition des femmes employées dans une grande maison et ses oeuvres sont en général un cri de protestation contre les violences qui leur sont faites et le mépris dans lequel on les tient. Lorsque Kate  Morton raconte la séduction d'une petite bonne (la mère de Grace) engrossée par le fils de la maison, elle montre le séducteur devenu vieux - toujours amoureux des années après- venir pleurer sur la tombe de la dulcinée qu'il n'a pu épouser. Quand Margaret Atwood écrit sur le même sujet, elle montre la jeune fille brisée, abandonnée avec mépris par celui qu'elle aime, chassée, se vidant de son sang jusqu'à la mort, à la suite d'un avortement pratiquée à la sauvette par un charlatan, une scène décrite avec un tel brio, une telle cruauté et en même temps une telle sobriété que le lecteur ne l'oubliera jamais.



Kate MORTON

Titulaire d'une maîtrise sur la littérature victorienne, férue de gothique, l'australienne Kate Morton est depuis toujours fascinée par les romans d'atmosphère. Son premier roman, Les brumes de Riverton, écrit à 29 ans, est un succès mondial, bientôt suivi par Le jardin des secrets paru aux Presses de la Cité. Mariée à un compositeur, elle est mère de deux enfants.



Ce livre a été lu dans le cadre du Challenge des 12 d'Ys sur les écrivains d'Australasie

Les autres écrivains  que j'ai lus dans la liste d'Ys et sur lesquels j'ai écrit un billet :

10 commentaires:

  1. Vu ton avis, je vais me réserver sagement pour ma lecture commune de "folie d'une femme séduite".

    RépondreSupprimer
  2. Je pense que je vais plutôt me tourner vers captive. Je m'étais ennuyée pendant le visinnage de Gosford park ! Trop de personnages ? pas assez d'indices sur l'histoire ?

    RépondreSupprimer
  3. Je m'agace moi-même : j'avais emprunté ce livre à la bib et j'ai dû le rendre sans l'avoir lu... j'ai "Gosford Park" en DVD là, juste sur mon étagère, et si je n’éteins pas mon ordi et ne ferme pas mon livre en cours MAINTENANT, ça va faire pareil, il va falloir que je le rende... et pour bien faire, je suis en train de regarder la série "Downtown Abbey", tout à fait dans l'ambiance (enfin j'ai vu 2 épisodes il y a un mois, c'est comme le reste, il faut que j'avance !).

    RépondreSupprimer
  4. @ Aifelle : j'ai lu aussi la folie d'une femme séduite.. pas pu attendre la LC! Ce roman raconte presque la même histoire que "Captive"! A croire que l'auteure s'en est inspirée mais pour en faire quelque chose de personnel.

    RépondreSupprimer
  5. @ maggie; Dans Gosford Park le réalisateur s'inspire très fortement de "Partie de campagne" de Renoir mais il refuse de reconnaître sa dette. ET je ne trouve pas ça fair play! Captive est un beau livre.

    RépondreSupprimer
  6. @ Ys : dur, dur , dur! Moi aussi cela m'arrive de rendre le livre avant de l'avoir lu et d'être obligée de le réemprunter. Il faudrait avoir trois vies rien que pour parvenir à lire ou voir tout ce qui nous fait envie! ET dire qu'il y a des gens qui s'ennuient! je suis en train le lire Le livre d'Hanna de Geraldine Brooks pour le 21 mais j'ai aussi le billet de la folie de la femme... à rédiger.

    RépondreSupprimer
  7. ben moi j'aime bien ton billet et je note quand même, parfois ça fait fdu bien, des lectures plus faciles. Mias je retiendrai plutôt ce que tu dis du livre de M.Atwood, que j'aime bien. bon dimanche, dame Claudialucia

    RépondreSupprimer
  8. Oui , moi aussi j'aime bien des livres plus faciles de temps en temps mais parfois je me passionne plus!et bonne nuit dame Jeneen!

    RépondreSupprimer
  9. Tout ce que j'aime. Je note avec plaisir ce livre

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.