samedi 18 février 2012

Un livre/ Un film : énigme N°22




Wens de En effeuillant le chrysanthème et moi-même, nous vous proposons, le samedi, un jeu sous forme d'énigme qui unit nos deux passions : La littérature et le cinéma! Il s'intitule : Un livre, Un film.

Chez Wens vous devez trouver le film et le réalisateur, chez moi le livre et l'auteur.

Consignes :  Vous pouvez donner vos réponses par mail (que vous trouverez dans mon profil) : Qui êtes-vous? et  me laisser un mot dans les commentaires sans révéler la réponse pour m'avertir de votre participation. Le résultat de l'énigme et la proclamation des vainqueurs seront donnés le Dimanche.
Enigme 22

Cette nouvelle qui atteint  à la perfection du genre a assuré le succès littéraire d'un écrivain français du XIXème siècle. Tous les thèmes chers à l'auteur y sont rassemblés. L'héroïne éponyme se nomme Elizabeth R. mais est plus connue par son surnom Le texte cité en extrait vous permet de savoir à quelle époque et dans quelles circonstances se déroule le récit. La nouvelle est plus facile à trouver, me semble-t-il, que le film qui ne porte pas le même titre :  Allez voir chez Wens ICI

  La Garde nationale qui, depuis deux mois, faisait des reconnaissances très prudentes dans les bois voisins, fusillant parfois ses propres sentinelles, et se préparant au combat quand un petit lapin remuait sous des broussailles, était rentrée dans ses foyers. Ses armes, ses uniformes, tout son attirail meurtrier, dont elle épouvantait naguère les bornes des routes nationales à trois lieues à la ronde, avaient subitement disparu.
      Les derniers soldats français venaient enfin de traverser la Seine pour gagner P. par S. et B.  et, marchant après tous, le général désespéré, ne pouvant rien tenter avec ces loques disparates, éperdu lui-même dans la grande débâcle d'un peuple habitué à vaincre et désastreusement battu malgré sa bravoure légendaire, s'en allait à pied, entre deux officiers d'ordonnance.
      Puis un calme profond, une attente épouvantée et silencieuse avaient plané sur la cité. Beaucoup de bourgeois bedonnants, émasculés par le commerce, attendaient anxieusement les vainqueurs, tremblant qu'on ne considérât comme une arme leurs broches à rôtir ou leurs grands couteaux de cuisine.

15 commentaires:

  1. C'est bon.Bon week-end.

    RépondreSupprimer
  2. j'ai eu un peu de mal cette fois mais j'ai trouvé! L'honneur est sauf...
    J'envoie un mail ...

    RépondreSupprimer
  3. Bravo à tous les trois! Vous êtes "trop" forts!

    RépondreSupprimer
  4. le livre, facile ! mais alors le film...je cherche !biz

    RépondreSupprimer
  5. Je dois avoir le cerveau qui ramollit mais je cale totalement livre et film c'est tout un c'est à dire rien rien rien

    RépondreSupprimer
  6. Dominique, c'est un gars d'chez moi ! normand pur jus. Qui a écrit plein de nouvelles. Alors ?

    RépondreSupprimer
  7. @ jeneen : bravo pour le livre; Allez un petit effort pour le film! Tiens compte de la photo chez Wens.

    RépondreSupprimer
  8. @ dominique : l'indice d'Aifelle doit t'éclairer?

    RépondreSupprimer
  9. @ Aifelle : tu ne pouvais pas ne pas trouver!

    RépondreSupprimer
  10. Je ne me rappelais plus de ces premières lignes, mais bon un auteur Normand qui a connu la gloire grâce à une nouvelle écrite à Médan, il n'y en a pas beaucoup ! :-) Je t'envoie un mail

    RépondreSupprimer
  11. Assez facile cette fois, même si j'ai douté à cause du film qui aurait un nom différent ! Bien joué !

    RépondreSupprimer
  12. @ maggie ; tu as raison, il n'y en a pas beaucoup! Bravo!

    RépondreSupprimer
  13. Nanou : Bravo à toi aussi! et tu as trouvé le film?

    RépondreSupprimer
  14. j'ai trouvé !

    (et je ne m'en savonne pas les main !)

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.