lundi 12 mars 2012

Susan Fromberg Schaeffer : Folie d'une femme séduite



La Folie d'une femme séduite de Susan Fromberg Schaeffer raconte l'histoire d'une jeune fille, Agnès Dempster, inspirée d'un fait réel survenu à la fin du XIX ème siècle. A la  mort de sa grand mère  bien-aimée, Agnès quitte la ferme familiale du  Vermont pour se rendre à la ville. Elle fuit une mère qui ne l'a jamais aimée, trop  marquée par la mort accidentelle de  sa première fille Majella et un père qui a toujours pris le parti de sa femme. Elle a seize ans. Arrivée à la ville de Montpelier, Agnès trouve du travail dans un atelier de couture après s'être installée dans une pension de famille. Là, elle rencontre Frank Holt, jeune sculpteur de pierre, dont elle va tomber amoureuse. Il s'agit pour elle d'une passion dévastatrice, bouleversante, qui l'accapare tout entière. Elle idéalise cet homme qu'elle voit doté de toutes les qualités, elle s'attache à lui avec tant d'emportement que le jeune homme prend peur et préfère rompre. Il retourne alors à ses anciennes amours, la sage et calme Jane qui lui apportera la paix et la sécurité.  C'est alors que survient le drame qui a servi de point de part à S. Schaeffer pour imaginer ce récit.

L'histoire est racontée par Agnès, âgée, et s'adresse à son amie  Margaret. Elle revient sur les évènements de sa vie pour essayer de les comprendre : ce qui m'intéresse, je crois, c'est de comprendre comment les gens se retrouvent là où ils en  sont, quand tout est fini. Mais je suis sûre à présent que ça allait bien au-delà. Peut-être ai-je encore le besoin de savoir si ma vie devait nécessairement se passer ainsi. Le récit n'est pas linéaire mélangeant le passé et le présent de la jeune femme mais aussi de ses parents, et en particulier des femmes de la famille de sa mères, toutes dotée d'une beauté si parfaite que des générations d'artistes attirés par leur renom se succédèrent pour les peindre ou les sculpter. Mais la beauté semble être pour elles plus une fatalité qu'un atout pour réussir leur vie.

LA FOLIE, L'AMOUR, LA MORT

Pour moi le thème principal du roman n'est pas, comme on le pense souvent, l'amour mais la folie et d'ailleurs les deux thèmes sont indissolublement liés, tous deux inséparables de la Mort. La passion que vit la jeune fille est une manifestation de son délire, de son exaltation qui lui fait perdre pied avec la réalité, le concret : "Je n'adorais pas Frank comme un Dieu; il était un Dieu"."Il était  la lumière du ciel. Il était le ciel.""Je baissais les yeux sur ma main et l'aimais, non parce que c'était ma main, mais parce que Frank l'aimait et la touchait". Peu à peu la jeune fille  va se désintéresser de tout ce qui n'est pas Frank, refusant d'aller travailler pour rester avec lui : Quand il se retirait dans sa chambre, j'étais jalouse des meubles parce qu'ils étaient près de lui et moi pas, et quand il partait travailler, j'étais jalouse de ses compagnons de travail, des pierres et même du sol qu'il foulait.
Plus tard le docteur Parsons en parlera en ces termes : Elle le voulait tout entier en sa possession. D'après elle, il était son moi.
Elle va ainsi perdre sa propre identité pour se fondre en l'autre, ne plus exister en dehors de l'autre.  Elle est d'ailleurs et paradoxalement très consciente de ce qu'il y a de déraisonnable et de mortifère dans ce qu'elle éprouve, elle se dit "malade d'amour" : .. parfois il lui semblait n'être pas dans son propre corps, qu'un visage étranger recouvrait le sien, qu'elle était mauvaise et que pour cela elle n'allait pas à l'église
 La perte de son identité la conduit, lors de l'abandon de Frank, à une haine de soi qui ne peut que mener à la mort. Mais sous l'emprise d'un dédoublement de la personnalité, lorsqu'elle veut se supprimer, elle tuera une personne innocente, ce qui la conduira à l'asile psychiatrique. :
Je tirai une fois et la balle entra dans la tempe. je la regardai fascinée, tomber sur le sol. C'était moi qui glissais dans le vide, du sang ruisselant de ma tempe, pour m'étendre dans la neige. Et quand je baissai les yeux sur elle, je vis qu'elle me souriait, tendant les bras vers moi, mon double, mon ombre, et je sus que c'était là le sommeil, que c'était l'étreinte que j'avais toujours recherchée...
Tout le roman prépare à ce dénouement. La folie hante ce livre. On s'aperçoit qu'elle est déjà  présente chez la grand mère Eurydice qui devient folle lorsqu'elle sait son mari atteint d'une maladie irréversible et qu'elle s'exile dans la porcherie. Elle est présente chez sa mère, Helen, qui n'est jamais plus la même après la mort horrible de son fille aînée brûlée par une lessiveuse d'eau bouillante. Déjà, enfant, Agnès était victime d'hallucinations, des ombres venaient la visiter dans sa chambre, des visages la regardaient du haut du  plafond. Elle a essayé de se suicider à l'âge de treize ans. Elle pouvait passer d'une joie excessive à un abattement sans égal en un instant.
Mais n'oublions pas que nous sommes à la fin du XIX et que cette maladie n'était pas connue, aussi lorsque le juge somme le docteur Parsons de donner un nom à cette affection, il ne peut que répondre : La maladie de la femme séduite. Voilà comment il décrit cette maladie. : L'individu en question prend simplement un autre pour lui-même.... On peut observer de phénomène chez les amoureux également. Souvent, ils déclarent : "je t'appartiens" ou "tu m'appartiens" et ça ne pose aucun problème. Ce qui en détermine la nature pathologique, c'est l'importance et la qualité de l'erreur. Les amoureux sont malgré tout conscients d'être deux individus. A un certain moment, Mlle Dempster a perdu cette conscience"
Le thème de la mort est omniprésent aussi dans le roman. Elle commence par l'abattage par son père de son animal familier, sa vache préférée. Elle continue avec la mort violente de Mejella, la soeur d'Agnès ou le bébé mort trouvé dans les bois. Elle est là dans les carrières ou les sculpteurs de pierre fabriquent les stèles funéraires, dans l'avortement qui tue son enfant, dans l'image qui torture son esprit : Comme s'ils étaient dans la chambre, je vis les engrenages de l'énorme pendule de ma grand-mère qui tournaient contre le mur. Je me vis sur des roues dentées. Au fur et à mesure qu'elle tournait, ma robe se prenait dans les dents de roues plus petites, et je me vis déchiquetée.

LA FEMME

La description de la condition féminine est aussi très intéressante. La mère et la grand mère d'Agnès ont toujours rêvé de quitter le Vermont, d'être libres mais n'y sont jamais parvenues. Agnès réalise ce rêve mais elle n'en est pas plus libre. Les femmes sont soumises à leur condition biologique et dans cette fin du XIX siècle, elles sonc cnsées ne pouvoir se réaliser qu'en ayant un enfant. Ne pas en vouloir c'est être anormale. Se faire avorter, c'est risquer sa vie, subir des souffrances et des violences atroces. On voit aussi la condition de la femme ouvrière dans l'atelier de couture où travaille Agnès.

J'ai parfois éprouvé quelques moments de lassitude au cours de ce roman de 800 pages lors de la description de la passion amoureuse. La jeune femme avec ses idées fixes, son amour maladif qui exclut tout autre intérêt, ses brusques moments de dépression qui alternent avec ses états d'âme dépressifs est un personnage qui tourne en rond. C'est normal puisqu'elle est obsessionnelle et finalement c'est une qualité de l'auteur de nous la peindre ainsi..  Mais l'on n'en prend conscience qu'après lorsque son mal est analysé. Sur le moment, on subit comme le font ses amis et son amoureux ses variations d'états d'âme, son instabilité, ses angoisses et c'est parfois pénible et même insupportable tant que l'on ne comprend pas que c'est lié à sa maladie. Ce que j'ai le plus apprécié, c'est le procès, tout ce qui a trait aux balbutiements de la psychiatrie et de la psychanalyse et la vie de la jeune femme à l'asile. Le roman est  superbement écrit dans une langue très belle, avec des temps forts, la vie dans les Hauts pâturages en est un, aussi. Un beau livre.
Notons la ressemblance de Folie d'une femme séduite avec Captive de Margaret Atwood. A partir d'un fait divers un peu semblable,  les deux écrivains ont  pourtant réalisé deux oeuvres très personnelles.




21 commentaires:

  1. J'ai une lecture commune prévue le 12 Avril pour ce roman, donc je lis ton billet en diagonale. Il a été emprunté sous mon nez à la bibliothèque, j'espère qu'il reviendra à temps !

    RépondreSupprimer
  2. Je savais qu'Aifelle devait le lire en LC, je lui souhaite bon courage... je ne pense pas que je supporterais 800 pages aussi agitées...
    Mais Captive d'Atwood m'a laissé un souvenir, lointain, mais positif

    RépondreSupprimer
  3. Le titre est très attirant... mais 800 pages ça me semble un peu long sur ce thème, je crains l'ennui que tu as connu parfois lors de ta lecture!

    RépondreSupprimer
  4. J'y ai jeté un oeil pour savoir si je rejoignais la lecture commune
    mais je dois dire que tant de souffrances et de folie m'ont effrayée...

    RépondreSupprimer
  5. Oh, je note, ça devrait me plaire !

    RépondreSupprimer
  6. Le thème semble très intéressant, mais j'ai envie de concision en ce moment... ;-)

    RépondreSupprimer
  7. Aifelle : Je n'ai pu attendre jusque là, j'avais envie de le lire.

    RépondreSupprimer
  8. @ Keisha : Au point de vue de l'agitation tu as lu pire avec Texasville!

    RépondreSupprimer
  9. @ Hélène choco : Non ce n'est pas de l'ennui! C'est le personnage et son amour fou qui m'ont paru difficiles à supporter. Mais le roman est intéressant et très bien écrit.

    RépondreSupprimer
  10. Il me plaira, c'est absolument certain, tout ce que tu écris me plait, même si c'est parfois long. Fou et long, ça me convient.

    RépondreSupprimer
  11. @ Hélène : oui, bien sûr le thème de la folie est toujours difficile à supporter. Mais ce qui est intéressant c'est l'évolution de ce personnage après le drame et aussi comment la maladie mentale était vue et traitée à cette époque-là.

    RépondreSupprimer
  12. @ Irrégulière : Oui,c'est un roman pour toi!

    RépondreSupprimer
  13. @ Ys : Moi aussi, non seulement la longueur d'un bouquin ne me rebute pas mais j'adore les pavés! Quand je parle de lassitude, ce n'est pas parce que c'est long mais parce que le personnage, quand elle est obsédée par son amour et sa beauté est tellement refermée sur elle-même qu'elle est épuisante! Mais ce qui est passionnant, c'est l'analyse du personnage, son évolution, l'étude de la folie par rapport à une époque.

    RépondreSupprimer
  14. @ Kathel : si tu as envie de concision, ne le lis pas maintenant!

    RépondreSupprimer
  15. J'ai lu ce roman il y a quelques temps, et je l'ai beaucoup aimé. Tu en parles très bien, beau billet.

    RépondreSupprimer
  16. Nadael: Merci! Je vais venir te lire car j'ai envie de découvrir ce que pense les autres blogueuses.

    RépondreSupprimer
  17. Waw, ton billet est impressionnant ! J'aimerais bien savoir en écrire d'aussi complet !
    Et le livre me semble très bien; je le note, merci !

    RépondreSupprimer
  18. @ Lewerenz :merci et je viendrai lire ton billet quand tu l'auras lu et il sera, j'en suis sûre, bien aussi complet que le mien.

    RépondreSupprimer
  19. Bonjour Claudialucia !

    Je découvre ton blog grâce à ce billet sur "Folie d'une femme séduite".
    J'ai commencé la lecture de ce roman et j'en suis à la moitié. C'est fou comme les pages se tournent vite et comme on se sent happé par l'histoire. J'ai du mal à le lâcher.
    J'ai parcouru ton article en diagonale, il est très complet et promet d'être très intéressant alors je repasserai le lire en détail et te laisser mes impressions dès que j'aurais terminé ma lecture.
    Je te dis à bientôt donc !

    RépondreSupprimer
  20. @ Aaliz : Régale-toi bien! A bientôt. Mais d'ici là je vais aller découvrir le tien.

    RépondreSupprimer
  21. Eh bien ... je l'ai englouti !^^
    Une vraie merveille ! Je ne comprends pas que ce roman ne soit pas plus célèbre. J'ai eu un mal fou à écrire mon billet. Finalement j'ai relevé à peu près les mêmes choses que toi sauf que je le dis beaucoup moins bien !^^
    Et je ne savais pas que Margaret Atwood avait écrit un roman similaire. Je le note en tout cas ! (en espérant qu'il soit un peu moins glauque que "La servante écarlate" bien que je l'ai beaucoup aimé).
    A bientôt ! ^^

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.