mardi 10 juillet 2012

Festival OFF Avignon 2012 : Eugène Labiche, Les vivacité du capitaine Tic



Ce vaudeville Les vivacité du capitaine Tic a été joué pour la première fois à Paris en 1861. C'est une pièce peu connue, rarement jouée et ce n'est certainement pas la meilleure d'Eugène Labiche mais le spectacle mis en scène par Freddy Viau est sympathique et amusant.

Le capitaine Tic vient de démissionner de l'armée et  rentre chez sa tante. Soupe au lait, Tic a le pied vivace et botte allègrement le fondement de ses interlocuteurs lors d'un accès de colère. Dès son retour, il tombe amoureux de sa jeune cousine Lucile et réciproquement mais celle-ci est promise par son tuteur à un jeune homme fat et ennuyeux, Celestin Magis. Comme dans toute bonne comédie l'amour finit par triompher mais non sans mal et après maintes péripéties.

Comme tous les vaudevilles, Les vivacités du capitaine Tic est le reflet d'une époque révolue. Labiche y taquine les petits bourgeois prétentieux, imbus d'eux mêmes, y égratigne les militaires, dénonce discrètement la condition féminine. Pour rendre l'aspect désuet de ce monde la mise en scène place les personnages dans un décor volontairement suranné qui se joue des conventions théâtrales, les horloges n'y marchent pas et le feu est un panneau que l'on vient plaquer sur la cheminée. L'action se déroule sur un rythme d'abord un peu lent puis de plus en plus enlevé à mesure que la situation des deux amoureux se complique et que les quiproquos et rebondissements s'enchaînent. Tous les comédiens jouent avec entrain et justesse.  La réaction du public enfants ou jeunes ados dans la salle est agréablement spontanée, ils réagissent avec une bonne humeur communicative et comme les parents s'amusent aussi, tout est pour le mieux!  Un  spectacle à voir en famille pour un bon moment de détente.

Texte commun rédigé par Wens de En effeuillant le chrysanthème et Claudialucia

1 commentaire:

  1. J'ai lu le voyage de Mr Perrichon et j'avais bien aimé mais moins que Feydeau... Je compte bien en lire d'autres même si ce n'est pas comme si on les voyait jouées... Dommage, je n'ai jamais eu l'occasion de faire le festival d'avignon...

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.