vendredi 9 novembre 2012

Des mots, une histoire : Combat de Titans











 Combat de Titans




Comme des chaussures qui scintillent sur la banquise, satinées     
Comme en apnée d'admiration sur le circuit de nos idées
Comme la vérification ultime d'un vil canular susceptible
De mentir et d'emménager dans le sous-sol de nos pensées
Comme un tournoi où ils s'affrontent, le surineur et le kiné
Se sont battus, se sont traînés sur le noir pavé  de nos nuits
Comme un combat de chevaliers, le choc des lances a explosé
Mais le tueur a pardonné!

dédié à Eeguab et Wens
















Cette fois-ci, j'ai déclaré forfait avec les mots imposés dans l'atelier d'écriture d'Olivia. Et puis impressionnée par le combat de titans des susnommés, j'ai écrit ce petit texte : apnée – admiration – tournoi – vérification – pardonner – mentir – circuit – chaussures – canular – susceptible – emménager – satiné – banquise – cape – scintiller – pavé

20 commentaires:

  1. Bon. On sait qui a gagné, d' accord. Mais pour qui se battaient ces 2 oiseaux là ??? Hein ? Dis-donc ???

    RépondreSupprimer
  2. j'ai gagné sans gloire contre un titan de pacotille!

    RépondreSupprimer
  3. Bravo Claudia !!! Si maintenant ils se battent ces deux là où va-ton ??? Moi je dis 1-0 pour le Kiné, parce que sans doulos...le surineur n'est plus rien, rien du tout !!! :)
    Ton poème est éloquent et ils ont eu le mérite de te faire retrouver l'inspiration !!!^^

    RépondreSupprimer
  4. Beau sens de l'humour,éloquente Claudia,et beau sens de l'épique dans ton texte à propos de ce combat fratricide et surtout,je l'espère, un peu sinistrosicide.

    RépondreSupprimer
  5. Ben c'est Eeguab qui a commencé, il me semble, Pierrot, il a piqué le chapeau de Wens...
    Et Wens criait partout ce matin pour retrouver son Doulos ! MDR !
    Bravo Claudia, tu as de l'humour et ne prends pas partie !!!
    Bon we & bisous d'O.

    RépondreSupprimer
  6. @ Pierrot : avec le ramdam qu'a fait Wens tu devrais savoir que Eeguab lui a piqué son chapeau!

    RépondreSupprimer
  7. @ Aspho : ce sont deux grands gamins, tu ne trouves pas?

    RépondreSupprimer
  8. @ Thérèse : et oui, on s'amuse dans l'atelier d'écriture!

    RépondreSupprimer
  9. @ Eeguab : waouh! Un combat épique! Il m'a fallu au moins le style d'Homère pour en rendre compte!

    RépondreSupprimer
  10. @ Soène : et oui c'est Eeguab qui a commencé et alors il a piqué le doulos de Wens et alors Wens.... dans la cour de récré!

    RépondreSupprimer
  11. Je sais pas qui est qui, qui fait quoi mais c'est épique ! Un air moyen-âgeux et moderne à la fois plane dangereusement...

    RépondreSupprimer
  12. Ouf ils sont saufs tous les deux :-)
    Jolie l'image du sous sol de nos pensées:-) et aussi le noir pavé de nos nuits :-)

    RépondreSupprimer
  13. Ceci confirme que Wens se ramoli. ;-) Non, sérieusement, ton hommage est bien vu et bien écrit. :D Comme toujours tu nous offres un poème plein d'humour. :D

    RépondreSupprimer
  14. très bel hommage, vaincu par KO l'effeuilleur...pffff....tout ça pour un chapeau ???? mais en un coup de khandjar, c'était réglé !
    beau poème, en tout cas, les mots deviennnent de plus en plus improbables !
    biz

    RépondreSupprimer
  15. @ merquin : c'est sûr que pour ceux qui ne sont pas au courant de l'échange de textes de Eeguab et Wens, cela doit paraître un peu sybillin.Bref! On s'amuse!

    RépondreSupprimer
  16. @ Valentine : les images sont venues tant bien que mal avec des mots que je n'arrivais pas à placer!

    RépondreSupprimer
  17. @ cériat: je suis d'accord, il se ramollit! Il devient sentimental!

    RépondreSupprimer
  18. @ jeneen : comme tu y vas! Un coup de kandjar! Mais notre Wens a craqué et n'a pu le donner.Trop gentil, te dis-je!

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.