dimanche 30 juin 2013

Beaucoup de bruit pour rien de William Shakespeare : réponse à l'énigme n° 72

Mois anglais de Ttitine et Lou
La pièce Beaucoup de bruit pour rien a été publiée en 1600 et été vraisemblablement interprétée au théâtre en 1598-1599. Si cette comédie a la faveur du public, elle a essuyé au cours des siècles de nombreuses critiques, ce qui n'empêche pas d'être une délicieuse comédie et l'une des plus jouées sur scène.

Beaucoup de Bruit pour rien de Kenneth Branagh

Beaucoup de bruit pour rien, le titre, résume bien la pièce. Tous les personnages s'y agitent, se disputent, s'accusent, souffrent ou rient, mais pour des raisons qui  ne correspondent à aucune réalité. Il s'agit d'une comédie des erreurs, les personnages portent des masques au sens propre, se déguisent, refusent de s'avouer leurs sentiments, jouent sans cesse un rôle et se laissent abuser par les apparences.
La pièce est fondée sur un parallèle entre deux couples, les inénarrables Benedict, gentilhomme de Padoue, et Beatrice, nièce de Leonardo, seigneur de Messsine, qui représentent l'aspect comique. Tous deux professent le même dédain pour le mariage, tous deux sont dotés d'une grande intelligence, d'un esprit brillant et d'un art piquant de la répartie, tous deux s'affrontent dans des joutes verbales qui sont un des grand plaisirs du spectacle. Et tous deux se détestent bien sûr, sauf qu'ils ne s'intéressent qu'à l'un et l'autre et prennent bien trop de plaisir à se disputer … ensemble! Mais pour s'avouer leur amour, il leur faudra l'intervention malicieuse de leurs amis qui imaginent une ruse dans laquelle les deux jeunes gens tombent de plain-pied! Beaucoup de bruit pour rien!
L'autre couple, Hero et Claudio, incarnent le pendant romanesque de Benedict et Beatrice.  Ainsi Héro, la fille vertueuse de Léonato, est fiancée à Claudio, seigneur de Florence et compagnon d'armes du prince d'Aragon, Don Pedro. Ils vont se marier mais Don Juan, le frère bâtard de Don Pedro, plein de haine pour Claudio veut empêcher le mariage. Grâce à un subterfuge, il fait croire au jeune homme que sa promise le trompe. Claudio, furieux, la répudie en public ; celle-ci, déshonorée, s'évanouit et bientôt son père effondré annonce sa mort. Mais est-elle réellement morte? Le spectateur sait que non! Comment Claudio comprendra-t-il son erreur?  Le personnage a été trompé par l'apparence, toute l'accusation repose sur du vide. Son attitude a provoqué larmes et cris, souffrances, fureur et querelles. Bref! Là encore beaucoup de bruit pour rien!

Pourtant, même si nous restons dans le domaine de la comédie, il y a dans les deux derniers actes où Hero est faussement accusée une violence qui tranche avec le ton de la comédie. En fait, tous  les ingrédients de la tragédie sont réunis et annoncent déjà Othello : Claudio se laisse berner par Don Juan et ses comparses, il est prompt à croire à la culpabilité de Hero, il est cruel et impitoyable quand il l'humilie devant tous, Hero meurt symboliquement comme Desdemone mourra réellement.  Il bafoue Léonato, le père de Hero, qui demande justice en vain. Il raille Benedict qui le défie pour venger Hero à la demande de Beatrice.

C'est ce qui a suscité les critiques négatives  des critiques envers cette pièce : En premier lieu, écrit Palmer, il semble que Shakespeare ait fait l'erreur de choisir une histoire romanesque qui ne se prêtait pas à un traitement comique.

Et c'est vrai que ces scènes sont chargés d'une si forte émotion que la fonction comique de Benedict ou des personnages de farce comme Verjus et Cornouille, ne parvient pas à les dédramatiser. Si bien que Claudio nous apparaît comme un personnage brutal, dur, sans aucune sensibilité. Son amour semble bien superficiel à tel point que certains critiques ont pu dire que son mariage n'était que de convenance. Ce que n'a pas voulu Shakespeare. Claudio aime Hero d'amour vrai mais le dramaturge en voulant maintenir le registre comique ne peut pas développer les sentiments du jeune homme sauf au moment où il exprime sa douleur d'avoir été trahi par Hero. A sa mort, il nous paraîtra par contre bien indifférent.

Kenneth Branagh et Emma Thompson : Benedict et Beatrice

C'est certainement une erreur que j'ai ressentie chaque fois que j'ai vu la pièce. Je n'arrive pas à croire à l'amour de Claudio et je suis furieuse que Hero l'épouse malgré tout! Ceci dit, j'adore cette pièce brillante et gaie et les personnages de Beatrice et de Benedict qui sont mes chouchous.  Et puis quelle femme, cette Beatrice! Elle n'a pas l'intention de se laisser dominer par les mâles et elle agit en conséquence. Je suis sûre qu'à cette époque on l'appellerait facilement mégère mais heureusement non apprivoisée (ouf!). Elle a les qualités de la Catherine de La mégère apprivoisée sans en avoir les défauts et elle se montre l'égale de Benedict qui la reconnaît comme telle..

Acte II scène 1
Leonato 
Allons ma nièce, j'espère te voir un jour pourvue d'un mari.
Beatrice
Pas avant que Dieu fasse les hommes de quelque autre substance que l'argile. N'est-ce pas affligeant pour une femme d'être sous la domination d'un petit tas de fanfaronne poussière, d'avoir à rendre compte de sa vie à une motte de glaise despotique? Non, mon oncle, je n'y consens pas. Les fils d'Adam sont tous mes frères et vraiment, je tiendrais à péché de prendre un mari parmi les miens.

 Le film de Kenneth Branagh : J'ai adoré l'interprétation de Kenneth Branagh et d'Emma Thompson dans les rôles de Benedict et Beatrice : ils sont pleins d'esprit, de gaité, de vivacité. les autres personnages aussi sont très bien interprétés. La mise en scène dans des décors naturels est vivante, amusante et enlevée. Un film très réussi.



La réponse à l'énigme de ce samedi 29 Juin :


 
  l'énigme n°72


la pièce : Beaucoup de bruit pour rien de William Shakespeare


le film : Beaucoup de bruit pour rien de Kenneth Brenagh


Les vainqueurs du jour  : Dasola, Eeguab, Keisha, Lewerenz,  Nanou, Pierrot Bâton ... et merci à vous tous, les fidèles qui êtes venus au  rendez-vous du cinéma et de la littérature chaque samedi pendant toute l'année.


 Ceci est le dernier samedi avant les vacances. Je vous souhaite à tous un bel été et de bonnes vacances!

Challenge de Maggie et Claudialucia

Théâtre  : Challenge d'Emelle

15 commentaires:

  1. J'ai failli emprunter ce film à la bibliothèque pas plus tard que cette semaine, et j'ai reposé le DVD. Vu ton billet (et celui de Wens), il faudra que je l'emprunte la prochaine fois... C'est pour regarder avec mon fils, on va aller voir ensemble l'an prochain "Richard III" au théâtre et même si ça n'est pas du tout le même registre, j'avais envie de lui faire goûter Shakespeare. Le film conserve-t-il le texte ou est-ce une adaptation ?
    Nous sommes allés voir "Bérénice" ensemble et je crois bien qu'il n'a pas compris grand-chose (heureusement, dès le début, je lui ai dit que "hymen" signifiait "mariage", ce qu'il ignorait, tu imagines le reste... il est quand même en 3° et un des meilleurs élèves de sa classe, si ce n'est le meilleur en français. Le niveau général me désespère (d'où le théâtre, d'où les films...etc)).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une adaptation pour le cinéma mais c'est le texte de Shakespeare... C'est difficile de faire étudier du Racine ou du Corneille aux enfants; ils n'ont pas tous le niveau pour comprendre la langue du XVII siècle. Par contre, on leur demande des analyses poussées en littérature française à partir de la seconde. A mon avis, les meilleurs sont aussi bons et peut-être plus encore que ce que nous l'étions.D'autre part pour aller au théâtre,cinéma, il faut avoir un milieu social qui le permette. Je n'ai pas d'inquiétude pour ton fils! J'ai pu montrer beaucoup de pièces de Shakespeare à ma fille quand elle était plus jeune au festival d'Avignon. Elle voyait une vingtaine de pièces de différents auteurs chaque année. Une vraie passionnée!

      Supprimer
  2. Je n'ai pas lu cette pièce! Elle semble intéressante... tout ce que je me rappelle de comédie shakespearienne c'est Comme il vous plaira et la fameuse mégère...
    Bonnes vacances!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup Beaucoup de bruit pour rien; Et puis ça fait du bien de voir un personnage féminin de cette trempe ! Beatrice n'est pas une potiche soumise!

      Supprimer
  3. Ah ! J' suis bien contente ! Moi aussi, ça m' énerve que Hero retombe dans les bras du Claudio!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Copine, Pierrot! La pauvre Hero, elle ne va pas avoir la vie douce! Mais bon, Shakespeare a déjà fait l'effort de nous montrer une femme égale à l'homme, il fallait bien que l'autre entre dans le rang.

      Supprimer
  4. Je n'ai pas eu le temps de venir jouer hier, mais je ne pense pas que j'aurais trouvé !!! En tous cas de bonnes vacances à vous deux, bises !^^

    RépondreSupprimer
  5. Merci.. On commence par le festival d'Avignon! Si j'ai le courage , j'écrirai sur ce que je vais voir. Bonnes vacances à toi aussi.

    RépondreSupprimer
  6. C'est une pièce que j'aime beaucoup, elle est finalement si positive et enthousiasmante ! Je crois que j'ai le dvd quelque part, je vais peut-être le regarder, tu m'en a donné envie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est effectivement un film à voir et à revoir.

      Supprimer
  7. Réponses
    1. A toi aussi Miriam, bon été et beau voyage!

      Supprimer
  8. Je me suis endormie durant le film ! je suis d'accord avec toi sur les personnages et je n'ai pas aimé Claudio.

    Bonnes vacances !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu t'es endormi? Par ennui? ou fatigue? Bonnes vacances à toi aussi!

      Supprimer
  9. Certainement les deux ! J'ai dû fermer les yeux après la fête où Claudio se déclare et je les ai ouverts lorsque Hero apparaît.
    Claudio n'avait pas l'air très touché par la mort de Hero.
    Le duo Benedict et Beatrice était formidable !

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.