lundi 10 mars 2014

Walter Scott : Le talisman



Le roman de Walter Scott Le talisman se déroule pendant la troisième croisade organisée pour reconquérir la ville sainte de Jérusalem tombée aux mains du sultan Saladin. Richard Coeur de Lion, malade, ne peut combattre et l'armée des croisés est immobilisée dans l'attente d'une amélioration de la santé du souverain anglais. Tandis que les alliés de Richard, avec, entre autres, le roi de France Philippe-Auguste, Gilles Amaury, le grand maître de l'ordre des Templiers, l'archiduc d'Autriche, Léopold V (celui-là même qui retiendra Richard prisonnier lors de son retour en Angleterre), Conrad de Montferrand, complotent, les uns pour abandonner la croisade et repartir chez eux, les autres pour maintenir leur souveraineté sur les terres de Palestine qui leur appartiennent déjà, le sultan Saladin accorde une trêve à Richard et envoie son médecin à son chevet.

Walter Scott avertit le lecteur dès la préface. Certes les personnages sont historiques mais il a pris beaucoup de liberté avec l'Histoire. De plus il a imaginé des personnage fictifs : Kenneth, un chevalier écossais, pauvre mais ardent et courageux, et la cousine du roi, qui n'a jamais existé. Une histoire d'amour chevaleresque va naître entre les deux dans la pure tradition du roman courtois .

Ce qui intéresse peut-être le plus Scott c'est d'imaginer la confrontation entre Richard Coeur de Lion et le sultan Saladin. Si Richard Coeur de Lion a un sens chatouilleux de l'honneur, s'il est présenté comme un valeureux chevalier, imposant, dominateur et grand, le meilleur sur un champ de bataille, Walter Scott se plaît à souligner ses défauts. Son caractère violent, emporté, sa morgue et le mépris qu'il manifeste souvent envers ses alliés, son manque de diplomatie, le rendent incapable de maintenir l'union de la croisade.  Face à lui, Saladin apparaît comme un sage à la culture raffinée, intelligent, réfléchi, un homme de sciences, très versée dans l'art de guérir, un souverain tout puissant qui n'a qu'une parole, mais qui n'en est pas moins un guerrier redoutable. Incontestablement supérieur à Richard!  ce qui est assez étonnant de la part d'un écrivain occidental du XIX siècle!  Il faut peut-être voir dans ces critiques, les sentiments de l'écossais Walter Scott face au souverain d'Angleterre.

Quant au récit romanesque lui-même, il m'a paru assez faible et de peu d'intérêt. L'intrigue est plus un prétexte qu'une véritable histoire en dehors de la rencontre dans le désert de Kenneth et de Saladin et de la grotte de l'ermite. Les personnages sont assez fades. Je me suis peu intéressée à eux et j'avoue que je n'ai pas trop compris l'intérêt du talisman qui donne son titre au roman. Dans l'ensemble, je n'ai pas aimé le roman malgré quelques passages intéressants.

Lecture commune avec : 

 Miriam : A partagé cette lecture commune avec nous et cela lui a donné l'idée de consacrer plusieurs billets à ses lectures sur Jérusalem dont Le talisman fait partie.. Aujourd'hui elle publie un premier volet sur Jérusalem :  la biographie de Montefiore et l'opéra de Jordi Savall

Eeguab ICI

Nathalie ICI

Shelbylee


14 commentaires:

  1. Alors évidemment je suis encore en retard, car je n'ai pas encore fini le livre, mais tu exprime bien mes impressions, je m'ennuie quand ce n'est pas Richard qui parle, du coup j'ai avancé beaucoup moins vite que je ne pensais.
    Rassure-moi, Ivanhoé, c'est mieux que cela ? Parce que j'ai acheté la version Omnibus (j'ai aussi Quentin Durward) et je regrette un peu pour l'instant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Ivanhoe, c'est le meilleur! Ne te laisse pas décourager de lire Walter Scott à cause de Le Talisman! Quentin Durward, je le me souviens l'avoir aimé mais il y a tellement longtemps que je ne sais pas l'effet qu'il me ferait aujourd'hui!

      Supprimer
  2. j'ai fait un peu la même lecture, Richard violent et sans nuance, Saladin beaucoup plus civilisé....le chevalier écossais sort probablement de l'imagination de l'écossait Scott, il fallait bien marquer leur différence! en revanche la "cousine" a bien existé sauf que c'était la sœur Jeanne et non pas la cousine Edith.Le mariage celant l'alliance entre Saladin et Richard a aussi été sérieusement envisage mais pas avec Saladin, avec Safadin. Les périodes de trêves dans le siège de Saint Jean d'Acre se sont bien déroulées. Finalement la réalité historique a été respectée beaucoup plus que je ne croyais

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai! j'ai lu que Jeanne avait refusé le mariage comme l'a fait le personnage fictif de la cousine. Quant au caractère de Richard , j'ai lu quelques précisions historiques sur Richard Coeur de Lion et là aussi la vérité du personnage semble bien respectée; violence, caractère emportée,aucune intelligence diplomatique etc.. On est loin de la légende!! par contre c'est vrai qu'il aime les poètes et à lui-même écrit des poésies.

      Supprimer
  3. J'avoue avoir sauté des pages tellement je m'ennuyais. En revanche, je suis moins étonnée que toi du Saladin positif. D'abord il y a l'idée que plus un roi est lointain, plus il est inconnu et idéal. Il y a sans doute une petite influence des mages des Mille et 1 nuits. Et je pense à 20 ans après de Dumas où le roi anglais est une sorte de saint martyr, alors que ce n'est pas vraiment un pays ami. Mais il s'agit d'une sorte de contrepoint aux rois proches, comme les deux faces d'une monnaie.
    Et je suis bien d'accord pour Ivanhoé : super roman !

    RépondreSupprimer
  4. Et bien nous sommes tous du même avis, Eeguab et Miriam aussi, pour cette LC ! On s'ennuie!!

    RépondreSupprimer
  5. Connais pas ce titre. Pourtant j'ai lu quelques W Scott, Ivanhoe, Quentin Durward, Richard coeur de lion, avec de bons souvenirs!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, ce n'est pas un titres des plus connus!

      Supprimer
  6. Hey Claudia. J'accède pour la première fois, j'espère que ça va durer. Tu as comme moi été déçue mais c'est vrai que je me suis considérablement ennuyé. A bientôt, je te tiens au courant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouf! soulagée! Merci Eeguab! Oui, ce n'est pas le meilleur de Scott, c'est le moins que l'on puisse dire!

      Supprimer
  7. aujourd'hui, la suite : le talisman

    RépondreSupprimer
  8. je vais le noter pour une prochaine lecture, j'aime assez Walter Scott et j'étais passée à côté de ce titre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi j'aime bien Scott mais il a fait mieux que le talisman!

      Supprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.