jeudi 11 septembre 2014

Les mémoires d'Hadrien de Jean Petrement d'après Marguerite Yourcenar




Si je n'ai pas fini Les mémoires d'Hadrien de Marguerite Yourcenar pour cette LC j'ai vu pendant le festival d'Avignon la pièce que le metteur en scène Jean Pétrement a créée à partir du livre de Marguerite Yourcenar et de Antinoüs de Fernando Pessoa. Je n'avais pas eu le temps de rédiger un billet sur cette pièce mais voici le moment venu pendant que je poursuis ma lecture de l'oeuvre originale.

La pièce de Jean Petrement

L'empereur Hadrien proche de sa mort dicte ses mémoires à Antoine, une jeune noble qui lui sert  de secrétaire. Il destine ces dernières pensées à son petit-fils et successeur Marc-Aurèle pour l'aider dans l'exercice du pouvoir. Autour de lui, Elixa, une jeune esclave dont Antoine est amoureux accompagne les derniers moments de son maître et lui distribue en même temps que ses soins des avis bien tranchés car elle n'a pas la langue ni l'intelligence dans sa poche. Ce qui permet au metteur en scène d'opposer la jeunesse et ses élans à la vieillesse au seuil de la mort. Apparaît un quatrième personnage sous les traits de l'impératrice Plotine, femme de l'empereur Trajan qui a aidé Hadrien dans l'accession au pouvoir et qui semble-t-il vient l'assister au moment de sa mort, figure tutélaire de la femme, impératrice, qui veilla sur lui comme une mère. Ainsi la pièce apparaît comme un huis-clos où dialoguent des personnages comme le souhaitait l'écrivaine à l'origine  : "J’imaginais longtemps l’ouvrage sous forme d’une série de dialogues …"



Le texte de Marguerite Yourcenar présente les pensées philosophiques et politiques de cet empereur  humaniste qui cherche à trouver un sens à sa vie et à sa mort. Il raconte sa jeunesse, est contre les  guerres de conquête, pacifie l'empire, il expose ses idées sur la liberté, sur son amour pour le jeune Antinous,  il dit sa conception du pouvoir..  Le texte évoque aussi la culture de cet homme, poète et amoureux de littérature, grand ami des arts.

Fernando Pessoa

Il n'est pas étonnant que Jean Petrement (qui interprète le rôle titre) ait associé au texte de Yourcenar, l'Antinous de Pessoa rappelant l'amour fou d'Hadrien pour ce jeune homme d'une beauté légendaire qu'il fit statufier à l'égal d'un dieu après sa mort tragique. Le poème de Pessoa répond harmonieusement à l'oeuvre de Yourcenar.
It rained outside right into Hadrian's soul.
The boy lay dead
On the low couch, on whose denuded whole,
To Hadrian's eyes, that at their seeing bled,
The shadowy light of Death's eclipse was shed.
The boy lay dead and the day seemed a night
Outside. The rain fell like a sick affright
Of Nature at her work in killing him.
Through the mind's galleries of their past delight
The very light of memory was dim.
                             (début du poème de Pessoa écrit en anglais)

La pièce est de facture classique. On a l'impression d'assister à une tragédie du XVII siècle où la langue très élégante est une fin en soi.  On la goûte et les comédiens qui  jouent d'une manière sobre et épurée la mettent en valeur. Il n'est pas besoin de connaître l'oeuvre de Yourcenar pour l'apprécier.
Le décor est réduit au maximum dans la chapelle du Roy René qui n'a besoin de rien pour exister. Je n'ai pas aimé par contre les costumes modernes et les pieds nus des hommes qui contrastent peu agréablement avec les tenues à l'antique des femmes. Et si c'est pour rappeler la modernité de l'oeuvre, le texte est bien suffisant pour cela!  
Un bon spectacle théâtral qui permet d'aller à la rencontre d'une oeuvre capitale de la littérature.


LC avec Maggie, Océane, Praline, Alison, Margotte





8 commentaires:

  1. Je ne connais pas du tout le livre de Pessoa, mais ca me tente bien ! même si ce n'est pas le thème de ton billet ! J'ai été fasciné par le contexte et la personnalité d'Hadrien. En plus de l'écriture de Yourcenar que j'espère tu apprécieras ! MERCI pour cette participation. Je fais le lien et je m'excuse pour le quiproquo...

    RépondreSupprimer
  2. le quiproquo n'est pas grave et bien sûr je continue la lecture du livre.

    RépondreSupprimer
  3. Voilà qui est une belle variation ! J'aurais bien aimé la voir, je me demande s'il en existe une captation ??

    Sinon, oui pour l'Enéas ce dimanche !

    RépondreSupprimer
  4. merci pour le challenge!
    il faudrait que je tente cette lecture un jour!

    RépondreSupprimer
  5. J'aurais bien aimé voir la pièce. J'avais beaucoup aimé le livre, l'écriture de Yourcenatr est d'une grande pureté, si on peu dire, concise, mais poétique aussi parfois. Cette femme a toujours été un mystère pour moi.

    RépondreSupprimer
  6. Cela me donne envie d'aller au théâtre ! et surtout de lire le texte de Pessoa que je ne connaissais pas. Bonne journée à toi :-)

    RépondreSupprimer
  7. Je n'ai pas lu ton billet à la sortie parce que je comptais bien m'associer à votre lecture commune. Le livre étant à la campagne j'ai dû attendre une visite à ma mère (qui voulait justement le relire). J'ai bientôt fini le livre mais mon billet sortira à la fin du carnet sarde en octobre. D'ici là j'espère bien trouver le livre de Pessoa

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.