jeudi 26 février 2015

Marcus Malte : Garden of love


Résumé :

Troublant, diabolique même, ce manuscrit qu'Alexandre Astrid reçoit par la poste. Le titre : Garden of love. L'auteur : anonyme. Une provocation pour ce flic sur la touche, à la dérive, mais pas idiot pour autant. Loin de là. Il comprend vite qu'il s'agit de sa propre vie. Dévoyée. Dévoilée. Détruite. Voilà soudain Astrid renvoyé à ses plus douloureux et violents vertiges. Car l'auteur du texte Edouard Dayms, jeune homme aussi brillant que déséquilibré exerce une impressionnante emprise sur les autres. Avec tant de perversion que s'ouvre un subtil jeu de manipulations, de peurs et de pleurs.Alex fait alors ce qu'il sait faire : il enquête, fouille, fouine. Mais cette fois, sa matière, c'est son propre passé. Comme dans un impitoyable palais des glaces où s'affronteraient passé et présent, raison et folie, Garden of love est un roman palpitant, virtuose, peuplé de voix intimes qui susurrent à l'oreille confidences et mensonges, tentations et remords. Et tendent un redoutable piège. Avec un fier aplomb. (source zulma et folio policier)


Garden of love a reçu de nombreuses distinctions et provoquent une adhésion quasi unanime. Je suis donc désolée de ne pas pouvoir communier à cette messe pro-maltienne ou marcusienne! Et que me pardonnent (si c’est possible?) les nombreuses admiratrices de Marcus! N’est-ce pas Asphodèle?

Le titre fait allusion  à un poème de William Blake : The garden  of love. Il donne au roman une coloration qui avait tout pour me plaire :
So I turned to the Garden of Love
That so many sweet flowers bore.
And I saw it was filled with graves,
And tombstones where flowers should be..


Ce retour vers le passé, vers les images de la jeunesse et de l’amour, quand tout est dit, tout est fini, quand il ne reste plus que des ombres, quand les fleurs poussent au milieu des tombes, c’est ce que va vivre le personnage Alexandre Astrid. Ces vers me rappellent la dernière nouvelle du très beau  Les gens de Dublin de Joyce.

Et certes, le roman a des qualités. j’ai aimé le style dont je me souvenais depuis ma lecture de Les harmoniques, une écriture toujours aussi belle, aux accents nostalgiques, parfois douloureux. De plus, Marcus Malte a un don pour faire vivre des personnages noirs, torturés, voire machiavéliques, en proie au mépris d’eux-mêmes, des personnages qui ont tout perdu, qui auraient pu m’emporter  entièrement si…

Si.. j’avais pu accrocher à la construction du roman dont la complexité suscite l’admiration des lecteurs mais qui, personnellement, m’a gênée.. Le jeu entre la réalité et la fiction, entre le vrai et le faux, entre ce qui est raconté et ce qui est réellement vécu, est très subtil. Un artifice de composition qui est fait pour brouiller les pistes, pour que l’on ne sache plus où l’on en est, quels sont les personnages, dans quel niveau d’histoire l’on se situe! S’agit-il du récit fictif inspiré du réel que l’auteur du manuscrit a envoyé à Alexandre Astrid ou bien de la propre expérience qu’Alexandre reconnaît comme la sienne? Les deux histoires s’interpénètrent, les personnages se brouillent, la transposition des faits réels dans la fiction nous perd. L’on ne peut que saluer la virtuosité de l’écrivain qui parvient ainsi à chambouler son lecteur. Le problème, c’est qu’à force de subtilité, à force de m’interroger sur qui était qui, j’ai perdu le contact avec les personnages et je ne suis pas parvenue à m’intéresser à eux et à me sentir complètement intégrée dans l’histoire. Autrement dit l’admiration reste intellectuelle alors que j’ai besoin, quand je lis, de vivre, de sentir, d’éprouver, quitte à réfléchir plus tard sur ce que j’ai lu. Bref! Il m’a manqué l’émotion! Dommage!


Je n'ai pas pu respecter les dates de cette Lecture commune avec Eimelle ; Jérome  ; Noukette, 
 Philipsine
 Mais mieux vaut tard que jamais!

23 commentaires:

  1. L'émotion, je l'ai eue en toute fin, lorsque j'ai compris le beaucoup de cet envoi. Voilà, elle m'a nouée la gorge. Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends; je regrette d'être passé à côté!

      Supprimer
  2. Ho mais Claudia, on ne peut pas plaire à tout le monde, j'ai même été étonnée ces derniers jours (il a été beaucoup lu en LC) de voir une telle unanimité ! Je comprends ta position, je pense que si j'avais été sous "substances" à l'époque, je n'aurais pas suivi et je l'ai même lu d'une traite sans le poser pratiquement pour être sûre de ne pas me perdre ! Mais j'étais à fond dedans ! Je n'ai pas retrouvé une telle émotion dans ses autres livres même si j'y ai passé d'excellents moments ! ;) Et Marcus Malte est très sombre (en vrai), c'est lui qui le dit !!! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais je plaisante! je savais que tu ne m'en voudrais pas! La subtilité au lieu de m'entraîner m'a agacée peut-être est-ce une question de moment? Mais je reconnais le talent de l'auteur.

      Supprimer
  3. Zut alors... Moi j'avoue, j'ai plongé corps et âme dans ce roman, tout m'a plu, tout... L'histoire, l'ambiance, le côté tordu, la construction, l'écriture de Malte... Tout !

    RépondreSupprimer
  4. Tu es le premier billet mitigé que je lis ces jours-ci sur ce roman ; de toute façon, j'ai envie de découvrir l'auteur, mais je choisirai peut-être un autre titre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'après Aspho, c'est son meilleur. Sinon j'avais bien aimé Les harmoniques.

      Supprimer
  5. Ah, les autres étaient 100>% enthousiastes, mais ton avis est intéressant à découvrir!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, un bémol dans le concert de louanges; mais j'aurais bien aimé partager cet enthousiasme!

      Supprimer
  6. Même si je suis une inconditionnelle, je ne t'en veux pas ! ;-) Je sais qu'il aurait sans doute suffi de pas grand chose pour que je n'accroche pas à cet univers, à cette construction, et que je passe mon chemin ! Il est tombé à un mauvais moment pour toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ta magnanime bonté! C'est vrai! C'était un mauvais moment!

      Supprimer
  7. je comprends tes réticences, j'ai eu du mal au début , avant de me prendre au jeu!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je sais l'exact moment où tu as été prise au jeu! mais pour moi le déclic n'a pas eu lieu.

      Supprimer
  8. De lire ces avis contredisants m'incitent a l'emprunter a notre bibliotheque si il s'y trouve...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lis le effectivement pour te faire un idée. maintenant tu le trouves en poche.

      Supprimer
  9. Nous chroniquons le même auteur aujourd'hui ! Mais pas le même livre :) j'ai mis celui-ci sur ma LAL, Marcus Malte est un auteur que je découvre tout juste, mais avec enthousiasme ! Je suis contente de lire ton avis, même s'il est mitigé : je ne suis pas d'accord sur le manque d'émotion dans son écriture ^^ mais c'est ça qui est chouette, un même auteur peut se donner différemment d'un roman à l'autre; et nous lecteurs pouvons le ressentir aussi chacun différemment !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais je parle du manque d'émotion par rapport à ce livre seulement et parce que j'ai été freinée par la construction mais pas par le style.

      Supprimer
  10. Dommage mais je comprends ton point de vue. Si on n'arrive pas à rentrer dans ce texte, impossible de l'apprécier.

    RépondreSupprimer
  11. Et bien voilà au moins un polar de moins à ajouter sur ma liste... en plus, quand je commence un auteur de polar, si cela me plaît, j'ai tendance à lire les autres alors, tu images si je commence à faire partie du club des "maltiens" ;-) Bonne soirée à toi !

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour Claudialucia, je n'ai encore rien lu de cet écrivain et tu ne me donnes pas envie de le découvrir tout de suite. Bon week-end.

    RépondreSupprimer
  13. Je l'ai ! et je vais le lire très bientôt. Je reviendrai te lire après car ton avis m'intrigue. Je croyais que tout le monde avait "adoré" !

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.