mercredi 22 juillet 2015

Nous n’irons pas ce soir au paradis : Dante Alighieri/ Serge Maggiani


Dante Alighieri de Giotto

Nous n’irons pas ce soir au paradis parce qu’il est beaucoup trop loin et aussi parce que le spectacle est beaucoup trop court pour nous permettre d’y parvenir. En revanche nous irons en Enfer avec Dante et Serge Maggiani et quel voyage!

Le début commence comme une conférence et nous écoutons l’orateur disserter sur le poète italien puis peu à peu la magie du théâtre opère et nous nous laissons embarquer dans ce grand voyage aride et douloureux. Nous aussi nous perdons « la voie droite » et nous nous retrouvons « par une forêt obscure », sachant que peu nombreux sont ceux qui en reviennent.
Serge Maggiani distille le texte mêlant italien et français avec bonheur; on a l’impression d’être convié à goûter les mots, les faits comme une gourmandise. Il nous explique la Commedia, nous parle des personnages que l’on y rencontre, de l’époque du grand poète, nous permet de rencontrer Dante et cela avec passion et humour, sans jamais ennuyer ou être pédant.  Et comme il le dit lui-même pas besoin de décor, il faudrait toute la Toscane mais aussi toutes les flammes de l’Enfer pour cela, pas besoin de personnages sur scène, il faudrait convoquer toute la ville de Florence au début du XIV siècle, mais Dante Alhigieri, le Grand, la beauté de la langue italienne mêlée à la française et un comédien qui transmet son amour pour cette oeuvre exceptionnelle.
Si vous aimez le texte de Dante il faut y courir et si vous ne le connaissez pas, ce spectacle est une belle initiation poétique.

Nous n’irons pas ce soir au paradis
Théâtre des Halles (Chapiteau)
17H
durée 1H05
Interprète Serge Magianni


6 commentaires:

  1. ah voilà un spectacle où je serais prêtre à faire la queue pour le voir
    ouhhhh veinarde

    RépondreSupprimer
  2. Wouiiii! Veinarde! mais je ne sais pas si tu résisterais à la chaleur : 45° hier!

    RépondreSupprimer
  3. Un très beau spectacle, en effet, mais il faut tenir le coup de la chaleur. Quand je pense que l'enfer selon Dante est un coin où l'on gèle...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au coeur de l'enfer, le gel! Effectivement, sous le chapiteau, malgré la clim (insuffisante) c'était l'enfer de flammes sans compter les bancs rudimentaires = inconfort total; j'ai été très déçue par ce chapiteau. D'habitude le théâtre des Halles respecte plus son public. On peut bénéficier dans les autres salles du confort et d'une vraie climatisation. Là c'est tout le contraire! Il fallait vraiment que le spectacle en vaille la peine, ce qui était le cas.

      Supprimer
  4. Tes sélections de spectacle sont bien tentantes ! (pour l'année prochaine, peut-être)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Espérons que l'année prochaine ce sera aussi bien.

      Supprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.