mardi 7 mars 2017

Venise au temps du Carnaval (10) : Tancredi Parmeggiani

Tancredi Parmeggiani : Composition
L’exposition Tancredi Parmeggiani  (1927-1964) dit Tancredi qui a lieu jusqu’au 13 mars à la fondation Guggenheim à Venise s’intitule, selon une déclaration de l’artiste en 1962 en réponse à la guerre du Vietnam, celle d’Algérie et la guerre froide entre URSS et USA.  : Mon arme contre la bombe atomique est un brin d’herbe.



Trityptique : Hiroshima (1962)


Tancredi a fait ses études aux Beaux-Arts de Venise. Il a connu Peggy Guggenheim dans les années 1950 et celle-ci lance sa carrière (comme elle l’a fait pour Jackson Pollock) en lui donnant une résidence dans son palais et en le faisant connaître au cours de nombreuses expositions à Milan, Turin, Paris.
Tancredi
Ce qui frappe dans la rétrospective, c’est la succession de styles différents comme si l’artiste recevait une multitude d’influences mais qu’il se les appropriait à une vitesse record, en faisant chaque fois quelque chose de très personnel, d’abouti! Puis,  repartant déjà vers d’autres horizons ! Le magazine « Le curieux des arts » le surnomme « le météorite de la peinture », ce qui lui va bien ! Il faut dire qu’il est mort à l’âge de 37 ans et l’on ne peut savoir quel aurait été le style de sa maturité ou s'il aurait continué ses recherches en toute liberté.  En fait, il représente un condensé de l’évolution de l’art contemporain du XX siècle.

Les premières oeuvres sont des portraits et autoportraits.  Puis viennent ses oeuvres des années 1950 où l'on sent tour à tour l'influence du pointillisme, de Pollock, du Futurisme mais toujours avec une touche très personnelle, une oeuvre tout en mouvement,  animée d'un dynamisme qui semble toujours nous entraîner dans son sillage coloré. Incroyable sensation de vie, d'animation,  d'être au centre d'une gigantesque fourmilière ou pris dans le tourbillon des astres.  L'impression aussi d'un total désordre  qui s'inscrit dans un ordre rigoureux.
Tancredi Parmeggiani : Primevera (1951)
Tancredi :  Spazio, Acqua, Natura, Spectacolo (1958)
Tancredi : Sans titre (Composition)  1957)
Et puis au cours de ces années 50, il adopte une autre manière, tout à lui, avec des figures géométriques, carreaux  rouges ou bruns, qui semblent se diluer comme effacés dans l'eau : toute sa série : Proposition pour Venise illustre ce thème.
A proposito di venezia (1955)
Tancredi : Citta (1954)
Tableaux qui aboutissent à cette extraordinaire peinture blanche où l'oeil devine en transparence, cachés dans la brume, comme derrière une vitre embuée ou une pellicule de glace, des édifices partiellement écroulés.
Tancredi : Sans titre (a propos de l'eau) 1958_50
J'ai adoré cette peinture qui paraît irréelle. Et la technique?  Comment parvenir à faire voir au-delà? Comment rendre cet aspect translucide qui laisse seulement deviner les formes, cette opalescence immatérielle qui s'accompagne de mystère? Et pourtant tout est là, l'eau de la lagune que l'on peut imaginer peinte au petit matin,  et, derrière, les formes fantasmagoriques des palais vénitiens. Evidemment, réduit à la taille d'une petite photographie, ce magnifique tableau, je le suppose, ne vous dira rien !


Enfin entre 1963-64 , peu avant son suicide en 1964,  il se tourne vers une nouvelle expérimentation, peintures et collages qu'il intitule : Diari paesani Fleurs 101% peintes par moi et par les autres où les couleurs vibrent, célébrant la nature, où la joie de vivre semble exploser.



Tancredi Parmeggiani est paraît-il peu connu en France. Quel dommage qu'il n'y ait pas plus d'expositions sur lui chez nous !

5 commentaires:

  1. J'aime ses rythmes et couleurs. Les dernières toiles avec motifs sont déconcertantes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les collages? C'est très beau, gai et coloré, mais cela me paraît plus "facile" par rapport aux autres tableaux. Mais je me trompe peut-être?

      Supprimer
  2. Voici qui est bien coloré, avec réflexion je crois que j'ai vu quelques oeuvres à Rome. Commentaire?????

    RépondreSupprimer
  3. C'est possible ! Il a une grande notoriété dans le monde et en particulier en Italie donc pourquoi pas à Rome? Que veux-tu dire par "commentaire?????"
    Mais les photos ne peuvent pas rendre le mouvement, l'animation des tableaux comme Primevara ou Sans titre (composition 1957) ni la transparence de la surface blanche dans A propos d'eau.

    RépondreSupprimer
  4. Là encore, j'aime énormément Primavera mais tout est intéressant. C'est sûr qu'une reproduction photo est un peu pauvre, mais au moins ça donne envie d'en voir plus sur l'artiste, en vrai, si jamais j'ai la chance d'avoir une expo à ma portée un jour.

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.