samedi 15 juillet 2017

Die Kabale der Scheinheiligen/ Das Leben des Herrn de Molière d'après le roman de Monsieur Molière de Mikhaïl Boulgakov Festival In d'Avignon

Dans le parc des Expositions le roman de Monsieur Molière (source)

Die Kabale der Scheinheiligen/ Das Leben des Herrn de Molière  : La cabale des dévots/ La vie de Monsieur Molière mise en scène de Franz Castorf
        d'après le roman de Boulgakov : le roman de monsieur Molière

D’abord première grogne par rapport à ce spectacle : je pensais voir une adaptation d’un livre de Boulgakov sur la vie Molière. Certes, je savais bien qu’à travers eux, Franz Castorf, le metteur en scène allemand qui vient d’être viré du théâtre de Berlin, allait parler de lui-même sur le  thème universel de l’artiste par rapport au pouvoir.  Mais non… Boulgakov et Molière ne sont qu’un prétexte pour explorer ce thème qui est traité d’une manière plutôt chaotique, brouillonnne, un petit extrait par ci par là de Racine et de Molière et surtout une pénible et longue reconstitution du tournage d’un film de Fassbinder où il est question du pouvoir de l’argent. De temps en temps, un portrait de Staline pour illustrer Boulgakov, une grande pièce d’or qui tourne intitulé Versace pour symboliser le pouvoir, celui du Roi Soleil et celui de l’argent. Des moments très bavards qui m’ont passablement irritée et un symbolisme bien lourd.
Et puis comme je cherche un sens dans tout cela, je me suis demandée pourquoi le metteur en scène faisait jouer la Phèdre de Racine par Madeleine Béjart  (Jeanne Balibar) d’une  manière aussi ridicule et insupportable. Je me suis dit que c’était peut-être pour montrer l’échec de Molière dans la tragédie? Mais alors pourquoi le comédien qui dit la fameuse tirade de l’Avare l’interprète-t-il lui aussi d’une manière fausse et lamentable ? L’explication ne tient plus puisque Molière a réussi dans le comique. Donc, il faut bien se dire que le metteur en scène cherche à provoquer son public, à n’être pas là où on l’attend.  Cela me paraît tellement gratuit ! Par exemple au moment où J. Balibar encourage l'un des comédiens à insulter le public ! On dirait du théâtre post-soixante huitard !

Mais ce n’est pas le plus grave. Dans cet immense parc de l’Exposition où se déroule ce spectacle le metteur en scène croit résoudre le problème de l’espace par la vidéo. Les comédiens sont au fond de de ce plateau démesuré, on peut à peine les distinguer, ou cachés dans les décors monumentaux et tout ce que l’on en voit, ce sont leurs visages sur un écran.  Je ne suis pas contre l’utilisation de la vidéo dans les spectacles quand cela est justifié  et quand cela apporte quelque chose à la mise en scène comme dans Les Damnés ou Le Maître et la Marguerite. Ce n’est pas le cas ici ! A la limite je préfèrerais aller voir un bon film sur le même thème!
Mais le pire c’est que je me suis mortellement ennuyée, je n’ai été réveillée que par la scène dans laquelle Madeleine Béjart apprenant que Molière veut épouser sa fille a une crise de désespoir terrible, une femme de quarante ans qui a tout donné à son amant et se voit délaissée pour  une jeune fille ! Là, c’est poignant!
Il paraît aussi qu’il y a une bonne scène extraite de Le Bourgeois gentilhomme,  dit par le roi Louis XIV, un moment comique réussi comme me l’ont expliqué ceux qui sont restés jusqu’au bout. Moi, j’étais déjà partie ! Heureusement je ne suis pas critique de théâtre et rien ne m’oblige à souffrir. La culture, en particulier le théâtre doit rester un plaisir !

6 commentaires:

  1. Bon ! c'est Avignon et ses grosses déceptions. Espérons que tu te rattraperas avec un prochain spectacle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui le In peut être d'une grande qualité ou mortellement ennuyeux!

      Supprimer
  2. l'ennui au spectacle c'est terrible, j'accepte de ne pas aimer une mise en scène mais si je meurs d'ennui c'est rédhibitoire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi aussi! Souvent j'essaie de rester jusqu'au bout mais quand le spectacle dure 5 heures, là, cela devient insupportable !

      Supprimer
  3. Jeanne Balibar! Molière! boulgakov! Oh double, triple déception!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Balibar était bien dans la scène de la rupture de Madeleine et Molière; Par contre quand elle joue Phèdre, elle est ridicule ! Mais c'est le metteur en scène qui veut ça !

      Supprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.